Comprendre la blockchain et le bitcoin 

Guide pour débutant

En 2019, le bitcoin a fêté ses 10 ans d’existence…10 ans, vous vous rendez compte? C’est ce qu’il a fallut à cette technologie pour se faire “comprendre ” et adopté par une population toujours plus nombreuse.

Pourtant, vous vous dites que c’est encore compliqué? Que c’est incompréhensible? Pire, que vous n’y comprenez rien et que ce n’est pas pour vous?

Wait! Attendez, le Bitcoin ( NDLR: j’expliquerais plus bas la différence entre le bitcoin avec une lettre majuscule ou minuscule) peut paraitre complexe de prime abord, c’est vrai. Cela dit, rassurez-vous, c’est une tehcnologie parfaitement compréhensible quand elle est bien expliqué.

Ce n’est pas réservé à une élite et nous avons ( l’équipe de Zone Bitcoin) préparé ce cours pour que tout le monde puisse comprendre et maitriser cette formidable technologie, qui souffre peut -être encore, une décénnie plus tard après son apparation, de mésinformation.

Alors, si vous êtes prêt à en apprendre davantage sur la blokchain, le bitcoin et les cryptomonnaies, vous avez atterri sur la page qu’il vous fallait!

Nous allons voir dans cette formation gratuite ce qu’est le bitcoin et comment fonctionne la blokchain.

Vous pourrez ensuite, selon vos envies allez plus loin.

Introduction : Le contexte générale du système financier actuel

Dans ce premier chapitre, nous aborderons l’histoire abrég de la monnaie et du système bancaire classique. Il est essentiel de bien comprendre le statut quo de la finance actuelle pour mieux comprendre comment et pourquoi le bitcoin a été inventé.

1. Une histoire simplifiée de la banque et de la monnaie

Je ne vous fais pas ici volontairement un cours complet et précis sur l’histoire de l’argent. Ce serait beaucoup trop long et ce ne serait pas vraiment pertinent pour comprendre le bitcoin.

Nous sommes néanmoins obligé de souligner le contexte où est apparu le bitcoin car celui-ci reste fondalementalement une monnaie. Une monnaie numérique, certes mais une monnaie tout de même.

Aussi, même si vous voyez souvent une représentation du bitcoin sous forme de pièce, sachez que c’est simplement une représentation.

Une pièce de bitcoin n’existe pas autrement que sous forme digitale.

 🤔 Si, à ce stade, vous pensez que le bitcoin est une monnaie numérique légérement différente de l’euro ou du dollars, je vous arrête tout de suite. Et, vous allez vite comprendre pourquoi.

Revenons tout d’abord au base, si vous le voulez bien avec une courte retrospective de ce qu’est la monnaie.

Les origines de l’argent et de la Banque:

Tout d’abord, vous savez déjà certainement que la monnaie faisait officie autrefois de troc. C’est-à-dire qu’on s’échangeaient des objets contre d’autres objets. C’est la forme la plus primitive de la monnaie. C’est-à-dire qu’on s’échange des “choses” en fonction de la valeur qu’on leur attribue.

Par exemple, on pouvait échanger 5 poulets contre 1 mouton par exemple.

Enfin, c’est juste un exemple; Ce qui importe c’est l’idée même de l’argent dans ses formes les plus anciennes: le troc donc.

Et, ce qu’on peut souligner dans cet exemple, c’est tout simplement l’idée que la valeur était subjective et découlait d’une négocitaiton entre deux personnes. Pour telle ou telle personne, 3 poulets vaudront 1 boeuf et pour d’autres, cela vaudra un mouton. Pas vraiment de valeur objective, comme vous pouvez le voir.

C’est donc la base de l’échange vous me direz.

Mais, avec le temps et pour faciliter les échanges, on est passé à l’or. Oh lala, oui, je sais, je vais vite et fais des bonds dans l’histoire mais comprenez que c’est nécessaire pour mieux comprendre l’apparition du bitcoin.

Donc, revenons à l’or qui était parfait pour les échanges et pour plusieurs raisons:

  • C’est un métal, donc il ne s’abîme pas rapidement.
  • On peut faire beaucoup de choses avec (notament des bijoux et autres)
  • Il est rare ( on n’en trouve pas partout, comme vous le savez).

Jusqu’à maintenant, l’or reste la valeur refuge numéro 1.

Mais, vous voyez, l’or…bah c’est lourd…Pas facile de se baller avec des kilos d’or sous le bras.

Donc, même si c’était pratique en théorie, c’était pas vraiment facile en terme d’échange permanent et quotidien sans parler des risques de vols décuplés par la simple vue de l’or.

 

En fait, à partir du moment où on a commencé à déposer de l’or dans des coffres-forts ( l’ancêtre des banques, en fait), on peut dire qu’on peut commencer non pas à parler d’argent mais de monnaie.

Pourquoi? Tout simplement que lorsqu’une personne déposait de l’or, le banquier lui remettait un papier précisant la somme qu’il avait déposé. On lui donnait donc un “bon” en format papier. C’est maintenant que vous saisissez tout de suite, l’idée du billet de banque avec une somme inscrite dessus.

Désolé encore une fois, c’est vraiment très résumé, mais encore une fois, c’est l’idée qui nous intéresse ici de l’origine de la banque, hein.

Là, c’est encore très simple, n’est-ce pas et pour être précise, on est pas encore entrain de parler de système bancaire à proprement parler.

Donc, venons-en fait. Vous savez ce qui a fait que l’on a commencé à parler de banque au lieu des coffres-forts?

Eh bien, c’est pour 2 raisons principales. En fait, les personnes venaient rarement récupérer leurs or qu’elles avaient placé dans la banque. De plus, de plus en plus de personnes venaient demander des prêts!

Bam! C’est avec le travail usurier que l’on parle officiellement de banques.  Et on se situe au XVII ème siècle.

Oui, depuis tout de temps, c’est comme ça que les banques fonctionnent. Elles emettent des “bons” aux personnes qui demandent des prêts en échange d’un remboursement avec des prêts.

C’est comme ça aussi que les banques sont devenues banques et que par définition, elles gagnent beaucoup d’argent.

La monnaie basé sur l’étalon-or et sur les changes flottants

Bon, là, on va rentrer dans le dur.  Sachez que jusqu’à la première Guerre Mondiale, toutes les monnaies sont indexés par rapport à l’or. C’est le fameux étalon-or. On pouvait convertir chaque monnaie en or.

Puis, le monde tel qu’il est fait avec sa domination américain à fait qu’il y a eut les accords de Bretton Woods, en 44, qui ont déclaré que seul le dollar américain serait convertible en or.

Oui, là, l’histoire demanderait une pause sur cet événement mais ce n’est pas le sujet, ici.

Puis, en 1971, les USA se sentent piégés avec cette convertibilité car ils voiulaient émettre plus de billet qu’ils n’avaient de réserve d’or. C’est donc en 1971, que l’étalon-or est totalement supprimé.

Et, si les monnaies ne sont plus indexées sur l’or, elles le deviennent alors directement entres elle.

C’est ce qu’on appelle le change flottant. Pourquoi flottant? Tout simplement car les monnaies entres elles vont s’échanger selon les fluctuations du marché. Plus précisément, tout dépend ici de la loi de l’offre et de la demande.Un jour, 1 dollar égal 1, 20 euros puis le lendemain c’est l’inverse. (J’exagère pour souligner le caractère flottant des échanges).

Un système bancaire centralisé et …défaillant?

En fait, là où je veux en venir avec cette courte introduction, c’est que vous puissiez mieux comprendre dans quel contexte est apparu le bitcoin.

C’est vraiment important, si vous voulez mesurer toute l’ampleur de cette technologie et pourquoi on parle alors de révolution.

la banque blokchain

Alors, voyons comment fonctionnent nos banques, donc. Surtout, découvrons la faille numéro 1.

Franchement, quant tu y penses bien, c’est presque du Ponzi cette affaire.

Bon, on a bien vu qu’une banque est banque à partir du moment où elle garde de l’argent, te donne un reçu et qu’elle prête de l’argent à crédit.

Ok. Mais, si tout le monde vient récupérer son argent, que se passe-t-il? Eh bien, la banque ne pourrait pas rendre l’argent à tout le monde dans la mesure où elle l’a prêté à d’autres personnes, n’est-ce pas?

Le système bancaire repose sur le crédit et l’argent scriptural ( celui noté dans les comptes bancaires) est pour beaucoup, un argent de dette.

C’est aussi ce qui explique les crises récurrentes dus sytème financier classique, comme le dernier avec les subprimes par exemple, en 2008…

Et,c’est précisément là, à ce moment précis que le bitcoin à fait son apparition…

C’est donc l’objet du chapitre 1 : l’apparition du Bitcoin.

Je m’arrête ici dans le contexte de la banque.

D’aileurs, je répète que ceci est simplement une histoire abrégé et que les économistes ne me jettent pas des pierres.

De même, le ton neutre est parfois mis entre guillemet malgré moi pour la simple et bonne raison que le bitcoin prend ses origines dans les failles du système bancaire. Il était donc important de souligner la faiblesse du système bancaire actuel, sans vouloir être trop péjorative.

L’histoire de l’argent, de la monnaie et de la banque sont super complexes et nécessairement j’ai fais des erreurs en résumant le tout. Mea Culpa.

Je pense que c’était essentiel de contextualiser dans quel environnement financier le bitcoin est apparu.

Chapitre 1 : La création du Bitcoin

 

Nous y voilà enfin! Dans ce chapitre, on va voir commen et pourquoi le Bitcoin à fait son apparition et comment il se manifeste concrètement.

1. D’abord, il y a la blockchain?

Comme je vous l’ai dit dans l’intro, l’apparition du bitcoin date de  2008. Une personne ou un groupe de personne – on ne sait toujours pas à l’heure actuelle- prénomé Satoshi Nakamoto publie un document en ligne, une version PDF de 8 pages. Oui, en 8 pages, une vraie technologie révolutionnaire est expliquée. C’est ce qu’on appelle un White Paper et c’est ce papier qui parle et explique pour la première fois, ce qu’est la blockchain.

Ce doc est toujours disponible en libre consultation ici : https://bitcoin.org/bitcoin.pdf

Cela peut être un peu technique mais sachez que tout ce qui concerne la blokchain et le bitcoin est très bien décrit.

C’est donc ce document mis en ligne qui marque la naissance du Bitcoin.

On va explique maintenant pourquoi c’est à proprement parler révolutionnaire de dingue!

Déjà, comme vous le voyez dans l’abstrac du white paper du bitcoin : il s’agit de trouver une manière d’échanger de l’argent sans passer par une institution centrale, comme une banque par exemple.

Déjà, je trouve et tous les crypto-enthousiastes sont certainement d’accord avec cela, cette simple façon de penser est tout simplement incroyable et le système mis en place, tout bonnement génial.

Le livre de compte géant :

Vous l’avez compris, c’est la signification du terme blokchain. Une chaine de bloc en français, qui signifie en fait, un grand lovre comptable. C’est comme ça qu’on aime se représenter la blockchain.

Toutes les dépenses et achats ( dans l’idée) sont donc transcrits dans ce livre. Chaque action est notée, avec une précision folle. La date et l’heure de la transaction.

  • Jacques envoie 300 euros à Paul, le 30 aout 2019

  • Paul envoie 1000 euros à Marisk le 31 aout 2019

  • etc.

Ce document reprend toutes les transactions qu’il y a eut et qu’il y aura. Vous voyez l’idée? Une sorte de grand registre géant où tout ce qui a été fait est enregistré pour toujours. Ces opérations sont enregsitrées dans des blocks.

On ferme un block après – par exemple- 10,000 opérations enregsitrées. Puis, on en ouvre un autre block.

Une chaîne illimité de block

Là voilà, l’une des grande force de la blockchain, c’est que le registre de ces blocks est illimité. En fait, le regsitre reprend chaque block Le grand registre contient plein d’autres livres, de telle sorte à ce que ce grand livre soit illimité dans le nombre d’actions enregistrées.

Chaque début de chaque livre contient le résumé de ce qu’il y a dans le livre précédent. Les blocs se suivent les uns, les autres et  ils forment une “chaîne de blocs”, qui est la traduction littérale du mot Blokchain.

Cela dit, la blokchain dans son principe n’explique qu’une partie de ce qu’est le Bitcoin.

Remarque : Le Bitcoin avec un b majuscule représente la blokchain du bitcoin. Le bitcoin en minuscule renvoie donc à la cryptomonnaie bitcoin, qui est une simple application de cette blockchain.

Comprendre les Hash

Tout d’abord, le concept de hash est connu en informatique. Il était utilisé bien avant l’apparition du Bitcoin. Cela fait partie des mots courrament employés par les programmateurs par exemple.

Si les termes MD5, SHA1, SHA256 vous disent quelque chose, c’est que vous avez déjà un peu mis les mains dans du code, non?

Les hash sont des fonctions mathématiques qui transforment n’importe quel contenu sous la forme d’un grand nombre hexadécimal composé de lettres (de “a” à “f”) et de caractères numériques, des chiffres donc.

Par exemple, en programmation, on peut parler de hash si on “converti” le terme “travail” par une formule comme z67892dhkdhbf889920037382Y3.

Cette transformation du mot travail en cette suite de chiffres et de lettre est ce qu’on appelle le HASH.

Oui, ça ressemble à vos codes WIFI quand vous venez d’acheter une nouvelle box internet.

Imaginer la Blockchain

Normalement, la blokchain peut-être:

ce qu'est la blockchain

Dans chaque block, retenez qu’il y a toutes les opérations enregistrées, comme par exemple “Jacques a envoyé 300 euros à Paul”. Donc, là, on comprend que tout est enregistré, ok pour ça.

Mais l’autre grande innovation de cette blokchain, c’est qu’on ne peut pas la modifier. Pourquoi? Car chaque block contient un résumé du bloc précédent. Donc, personne ne peut modifier les informations contenues dans la blokchain.

C’est en fait, là que se trouve l’autre grande fonctionnalité tout bonnement dingue de la blockchain : inviolabilité.

Par exemple, dans le blockchain du Bitcoin, c’est Satoshi Nakamoto donc (le créateur du bitcoin) qui à fait la première transaction en bitcoin, précisément le 9 janvier 2009.

On peut en effet remonter à toutes les opérations sur la blockchain. Si vous pensez que ça prend trop de mémoire, il faut se dire qu’en fait, ce n’est pas énorme car nos ordinateurs deviennent de plus en plus puissants.

Depuis, la blockchain n’a cessé de grossir, car il y a un nouveau block qui se forme toutes les 10 minutes environ. Et, cela va durer jusqu’à ce que tous les bitcoins soient crée, soit 21 millions de bitcoin.

Là, c’était donc la partie visible et simplement descriptive du Bitcoin. Dans le chapitre suivant, on va fouiller un peu plus et entrer dans les détails.

2. Mieux comprendre blockchain

Maintenant, que vous pouvez imaginer grosso modo la blockchain, il est temps de voir comment ça fonctionne concrètement.

Le principe de la décentralisation Bitcoin :

Maintenant, vous allez mieux comprendre pourquoi l’introduction était nécessaire. Nous avions vu que le système financier et monétaire fonctionnait de manière centralisé. Une seule banque emet et fabrique de l’argent qui est par la suite distribués aux institutions bancaires et ensuite échangées entre les personnes. Ok.

Le Bitcoin quand à lui, fonctionne à l’inverse : de façon décentralisé. Il n’y a pas un seul ordinateur central qui crée les bitcoins. C’est plutôt un ensemble d’orindateur qui vont emettre les bitcoins.

Je sais que ça peut paraitre légèrement flou à ce stade, mais pas de souci, on est là pour tout expliquer.

C’est bien cela que l’on lis dès le titre du livre blanc : A peer-to-peer system. Donc, un échange de gré à gré pour le dire de façon conventionnelle.

Chaque ordinateur qui a une copie de la Blockchain est appelé un “noeud” du réseau dans son ensemble.

Un réseau ouvert à tous

L’autre grand principe de la Blockchain et non des moindres : il est accessible à tout le monde. Vous aussi, vous pouvez ajouter votre ordinateur au réseau. Techniquement, c’est très simple, il vous suffira de télécharger le logiciel dédié à la blokchain du bitcoin : Bitcoin Core.
Cela dit, la blockchain Bitcoin à maintenant 10 ans, donc ça risque de prendre un peu de temps, car en téléchargeant la blokchain, vous téléchargerez tout le registre depuis le début, soit plus de 65G! Mais, ce n’est pas du tout infaisable, c’est même ce qu’on font toutes les personnes qui cherchent à s’ajouter au réseau.

Là encore, vous voyez comme le Bitcoin n’est pas centralisé. Personne ne va décider si une personne peut s’ajouter ou non. Il n’y a pas de maitre ni d’autorité central. Même Satoshi Nakamoto ne peut rien faire.

Elle est là, la force de la blockchain.

Tous les ordinateurs liés font et forment la blockchain.

D’accord…mais, concrètelent, à ce stade, vous vous demandez ce que font ces réseaux d’ordinateurs avec cette blockchain. Vous vous demandez ce qu’ils font et pourquoi ils le font?

Eh bien, c’est très simple, ils le font pour valider et créer des bitcoins. Et, là nous allons entrer dans le vif du sujet.

Les mineurs de bitcoin

Sachez que les personnes qui se joignent à la blockchain sont appelés des mineurs.

⛏Si vous faites l’analogie avec les mineurs d’or, vous n’avez pas tord.

Celui qui allait dans les mines d’or, chercher de l’or devenait riche. Eh bien, c’est un peu la même idée avec les mineurs digitaux du bitcoin.

chercheurs d'or bitcoin

En fait, les mineurs vont grâce à leurs ordinateurs chiffrer et résoudre des algorithmes propres à la blockchain.

À chaque fois qu’un ordinateur résoud le premier un algorithme, il est récompensé et reçoit des fractions de bitcoin.

Lorsqu’on dit que toutes les 10 minutes, un block est crée, cela veut dire, qu’à chaque 10 minutes, un mineur est retribué en bitcoin après avoir résolu une équation mathématique avec son ordinateur.

C’est cela qu’on appeller “miner des bitcoins”. Au lieu de secouer un trémis pour trouver de l’or, on place son ordinateur pour qu’il calcule un problème mathématique.

Plus précisément, les mineurs vont tenter de résoudre et de trouver le nombre hashé ( qui a subit un hash).

Là, vous vous dites que c’est super simple?

Dans l’idée oui, très simple même. Vous pensez qu’il suffit de brancher un ordinateur et que celui-ci va résoudre seul l’équation.

En fait, au tout début de la blokchain, c’était plus ou moins le cas.

Mais au fil du temps, cela demande toujours plus d’énergie aux ordinateurs et de temps. De même, aujourd’hui, il est tout simplement impossible de miner des bitcoins avec son ordinateurs.

Il y a des machines spécialisés qui sont des sortes de calculatrice géantes qu’on appelle des ASIC, et qui sont dédiés aux minages.

Cela ressemble à ça:

Chaque année de nouveaux modèles sortent car la difficulté devient toujours plus grande.

Sachez aussi que l’on parle aussi de la “difficulté” de minage qui ne cesse d’augmenter au fur et à mesure que plus de mineurs entrent dans l’aventure.

La difficulté du minage de bitcoin est ajusté automatiquement selon le nombre d’ordinateurs qui vont hasher.

Mais, alors qui gagne des bitcoins? N’y a-t-il qu’un seul gagnant?

En fait, oui et c’est un peu comme une loterie. C’est aussi un peu injuste car seul un ordinateur va réussir à résoudre l’équation selon la puissance qu’il possède. Et, le hasard en quelques sortes.

C’est pour cela que ce n’est pas pensable de miner seul et que les mineurs se mettent dans ce qu’on appelle des “pools de minage” dans lequel ils vont miner ensemble, pour augmenter leurs puissances de calculs.

Combien gagne le mineur qui a résolu l’équation?

Cela va dépendre des années. En ce moment, le mineur qui a réussi résoudre l’équation va gagner 12.5 bitcoin. Cela vaut donc environ ( quand j’écris ces lignes) à 127 000 euros.

Oui, oui, c’est énorme. Ce n’est pas anodin si beaucoup de personnes se sont lancés dans le minage de bitcoin!

Aussi, le Bitcoin a été calculé pour s’arrêter lorsqu’on aura miner 21 millions de bitcoin. Cela nous donne environ, selon les estimations, jusqu’à l’an 2140.

Pour aller encore plus loin, il existe maintenant des fermes de minage de bitcoin. Un peu partout dans le monde et surtout en Chine.

C’est assez impressionnant et cela ressemble à ça :

En fait, les fermes de minage permettent aux particuliers de louer des machines pour ne pas avoir à les acheter elles-mêmes; C’est ce qu’on appelle le cloud-mining. Mais, ce n’est pas l’objet de cette leçon.

Pourquoi les mineurs doivent-ils résoudre des équations?

C’est la question légitime. Pourquoi il y a besoin de résoudre des équations mathématiques. En fait, c’est du fait même qu’il y ait plusieurs ordinateurs qui travaillent en même temps pour résoudre l’équation, que cela valide la blockchain.

Je m’explique, chaque mineurs en cherchant à résoudre une équation va faire indirectement, ce qu’on appelle une “preuve de travail”. Une Proof-of-work en anglais.

C’est comme le nom l’indique, une preuve qu’un travail a été effectué et que les bitcoins ne sortent pas comme ça, par pur hasard.

Il y a un vrai travail derrière, quelque chose qui justifie la création d’un bitcoin.

 😯 Sinon, ce serait vide. Si le bitcoin était crée comme ça, ex nihilo sans rien derrière, tout son génie aurait été effacé.

Si on parle de preuve de travail, c’est surtout parce que  les calculs des ordinateurs vont en même temps empêcher la falsification de la blockchain.

Le système- bien conçu- fait que si une personne voulait modifier la blockchain, il devrait avoir plus de 50% de la puissance de calcul de tous les ordinateurs.

Le système est fait de telle sorte que, si vous vouliez pirater la blockchain, il vous faudrait contrôler plus de 50% de la puissance de calcul de tous les ordinateurs qui minent sur la planète !

C’est donc tout l’intérêt de la blockchain a être décentralisé et à fonctionner avec plusieurs entités. C’est la multiplicité et le fait que ce soit décentralisé qui fait que la blockchain est une technologie fiable.

Un système infaillible

Comme on l’a vu dans le chapitre sur le système bancaire actuel, il y a une petite faille dans le fait qu’il repose (trop?) sur le crédit.

C’est-à-dire qu’une personne peut dépenser de l’argent qu’elle n’a pas, car elle l’aura emprunté.

Ok. Mais, c’était aussi un défi que s’était donné le Bitcoin de résoudre. Éviter le problème de la double dépense.  Éviter tout simplement qu’une personne dépense deux fois un montant qu’elle possède.

Ainsi, avec le Bitcoin, on doit toujours attendre qu’une transaction soit validée. Ce n’est pas instantané comme on peut le penser. Il faut pas mal de transactions pour valider définitivement une transaction de type Jacques envoie à Paul 3 bitcoins.

On attend que plusieurs bloks soient ajoutés la blockchain pour qu’il y ait validation et cela peut prendre une dizaine de minutes!

On ne peut pas non plus modifier ou efface une transaction. Avec la blokchain, on ne peut pas revenir en arrière.

Chapitre 2 : Le fonctionnent du bitcoin

 

Maintenant que nous avons vu le principe général de la blokchain, nous pouvons enfin nous intéresser plus largement au bitcoin.

Des bitcoins dans la blockchain

Dans les exemples d’opérations enregistrées dans la blockchain, j’ai souvent pris l’exemple de type “Jacques envoie 300 euros à Paul”. En fait, il faudrait pour être précis que je précise qu’il s’agit de bitcoin.

Je devrais aussi préciser que Jacques ne s’appelle pas Jacques mais qu’il est identifié à une adresse spécifique qui ressemble  à ça : EZI388839geyrdnqk2910JKKEL.

Je serais encore plus précise par la suite, ne vous en faites pas, car cette adresse n’est pas anodine et a de vraies spécificités.

Là, tu te dis peut-être en mode filou que c’est simple. Que tu as simplement à écrire que tu Paul t’a envoyé à toi aussi 50 btc pour que tu devienne riche en un claquement de hash?

Pas si vite.

Satoshi Nakamoto y a pensé et à cherché la manière d’empêcher des mecs mal intentionné de pourrir la blockchain.

C’est ainsi qu’il a pensé à la signature sur la Blockchain.

Il faut en fait que la personne qui envoie des bitcoins à une personne signe pour que cette transaction soit prise en compte.

Et, là, vous vous demandez comment elle signe?

Non, ce n’est pas une signature comme vous l’imaginez. Il s’agit en fait, d’une signature électronique grâce à la cryptographie asymétrique.

Compliqué, hein? Mais pas tant que ça, vous allez voir.

La signature électronique et les clés…

En fait, vous connaissez déjà la cryptographie asymétique. C’est comme cela qu’on sécurisé les échanges sur internet depuis bien longtemps.

C’est par exemple cette cryptographie qui vous permet entre autres de payer sur internet. Typiquement, tous les sites comme ce blog qui utilise un protocole HTTPS utilise ce système.

La cryptographie asymétrique sert donc à deux choses. D’une part, à encrypter les informations à d’autres personnes. C’est ce qu’il se passe sur les sites HTTPS. D’autre part, cela permet de signer des messages.

Quand on dit signer un message, on veut tout simplement dire authentifier l’émetteur.

Satoshi Nakamoto a eut le génie d’imaginer la chose de la façon suivante :

  • Il faut qu’il y ait une clé privée: que seule la personne affecté connait et qui ne doit être divulgué à personne.
  • Il faut aussi avoir une clé publique : Cette clé peut etre communiqué à tout le monde. C’est ce qui renvoie au compte d’une personne, à son nom. Qui permet de l’identifier.

Les clés vont de pair l’une avec l’autre :  elles sont liées l’une à l’autre.

Pour l’instant et dans ce cours, ce qui nous intéresse, c’est de simplifier les choses. Vous pourrez en apprendre plus et de façon plus profonde par la suite.

Votre adresse dans le monde

Vous possédez votre clé publique et c’est cette clé qui vous permettra de recevoir des bitcoins. Ce sera votre adresse IBAN en quelques sortes, si vous voulez une image plus claire.

Aussi, les portefeuilles de bitcoin en ligne ne stockent pas à proprement parler votre argent. L’argent est enregistré dans la blokchain en fait. Les portefeilles stockent en revanche les paires de clé que vous avez.

D’ailleurs, vous n’avez pas qu’une seule adresse mais plusieurs.

Souvent, on a plusieurs adresses pour dispatcher les montants. Comme cela, on a pas une adresse avec tout nos bitcoins visibles aurprès de tous.

Aussi, techniquement, c’est très simple.  Les logiciels portefeuilles de Bitcoins créent les clés à notre place. Pas besoin d’être un geek pour cela.

On n’est pas obligé de télécharger toute la blokchain sur son ordinateur pour vérifier qu’une transaction a eut lieu.

On peut aussi y accéder en ligne. Le plus populaire de tous les sites reste le site blockchain.info.

Ainsi, on peut voir la liste des derniers blocks de la blockchain. Vous pouvez même rechercher une transaction sur la blokchain. Pour cela, vous pouvez entrer votre adresse publique par exemple.

Vous pouvez tout voir sur le portail blokchain. Sous la forme de graphique ou de visuel. Vous pouvez même voir les pools de minage qui ont résout le plus d’équations par exemple.

La transparence de la blockchain:

Si vous cliquez sur le premier bloc qui a été crée, vous allez voir tous les détails. Vous verrez combien il y a eu de transaction, le montant de la récompense pour avoir résolu l’algorithme et même l’auteur de celui qui eut la récompense ( en général, une pool).

chaine de bloc

Chapitre 3 : Acheter ses propres bitcoin

Eh bien, nous y voilà! Nous pouvons enfin passer à la pratique maintenant.

Alors, il existe pas mal de sites pour acheter des bitcoins, mais il y a une sorte de consensus à passer par coinbase car c’est vraiment très pratique et très simple.

En fait, vous pouvez en acheter avec votre carte bancaire en un simple clic. Vous pouvez en acheter autant que vous le voulez et vous pouvez même décider d’acheter d’autres cryptomonnaies.

Voilà, j’espère que ce cours vous aura permis de comprendre un peu mieux la blokchain et le fonctionnement du bitcoin.

Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas.

Sachez aussi que je prévois d’ajouter des vidéos ou des sons à ces plications et d’offir des formations plus poussés pour ceux qui veulent passer la deuxième, comme on dit 😉