L’Egype a un rapport relativement complexe avec le bitcoin et les cryptomonnaies. La population semble très enthousiaste à l’idée des cryptomonnaies et elle toujours plus nombreuse à l’utiliser. Cela est vérifiée par les rapport Google Trends des recherches du terme “bitcoin” en Egypte.

D’autre part, le gouvernement aurait rendu illégal les transactions en bitcoin après la dénonciation comme “haram” ( contraire au lois du Coran) le bitcoin. Cela dit, cette dénonciation reste avant tout religieuse et les sphères politiques ont encore du mal à trancher.

Cela rend donc l’adoption massive plus compliqué encore. Néanmoins, il existe encore des Égyptiens qui achètent et vendent secrètement la monnaie numérique sur des échanges peer-to-peer. De même, on sait qu’il y a un petit réseau de mineurs de cryptomonnaies qui minent chez eux, dans le plus grand secret.

Comment les mineurs de Bitcoin égyptiens procèdent-ils?

Généralement et sans surprise, les gens utilisent des ordinateurs adaptés pour miner des cryptos. Les mineurs ont mis en place un réseau souterrain à l’abri des regards du public, et seuls quelques-uns sont même disposés à parler aux médias. Beaucoup refusent même d’en parler à leur cercle proches de peur d’être démasqué..

On dit qu’en Egypte, ils sont plusieurs milliers à miner des cryptomonnaies en toute discrétion. L’un deux qui a accepté de répondre aux question du journaliste du journal CairoScene, affirme alors

«Ils auront peur de te parler. La merde arrive partout sans raison » 

«Oui, je mine les bitcoins», a déclaré un autre. “Mais ça ne veut pas dire que je vais tout vous dire.”

On peut tout à faire comprendre ces mineurs. Aussi, les mineurs egytiens semblent davantage intéressé par le minage de crypto-monnaie dans un but de faire du profit.

Créer de l’argent dans son salon, sans l’aide de personne est une véritable révolution pour eux et pour le monde en général.

Créer de l’argent numérique depuis son salon

La Banque centrale d’Egypte refuse d’accepter les devises numériques et ne reconnaît que la livre égyptienne comme monnaie légale.

S’adressant à Cairo Scene sous un pseudonyme, Hussein, un mineur de bitcoin, affirme que la loi est plutôt ambiguë en matière de bitcoin et que, par conséquent, la plupart des gens craignent d’être découverts.

«Je crois que ce que je fais est légal. Lorsque des personnes sont arrêtées pour avoir exercé des activités minières, c’est généralement parce qu’elles se font prendre au change au marché noir, ou qu’elles falsifient de l’argent et qu’elles disposent simplement de plates-formes d’exploitation minière ou de bitcoins. Les autorités le voient et associent donc la cryptomonnaie à une activité illégale », a-t-il déclaré.

Il est donc logique que la communauté minière adopte une attitude défensive. Ce qui est étonnant, c’est que bitcoin n’est pas techniquement interdit, alors pourquoi aller si loin pour rester caché?

Hussein explique :

«Les déclarations récentes qu’ils ont données disent que l’exploitation minière n’est pas illégale, mais elle peut certainement vous causer des ennuis. Je pense que l’administration essaie de comprendre la cryptomonnaie, mais elle est encore en train d’en apprendre davantage. Je suis sûr à 99% que s’ils en savaient plus à ce sujet, il serait complètement légalisé en Égypte…. Légal comme au Japon, aux États-Unis, en Angleterre, en Europe, légal comme dans la plupart des pays. ”

Comment Bitcoin est-il exploité en Egypte?

L’extraction de bitcoins est le processus par lequel les mineurs apportent leur puissance de calcul pour résoudre des algorithmes complexes afin de confirmer et de traiter des transactions sur la blockchain de bitcoins. C’est comme cela, qu’ils sont récompensés en bitcoin. Plus la puissance de calcul est élevée, plus la récompense est grande. C’est pourquoi des fermes minières ont été créées, hébergeant un grand nombre d’ordinateurs dotés d’une puissance de traitement supplémentaire pour gagner plus de bitcoins.

Ces fermes sont absoluement secrètes et selon nos sources privées, il y en aurait un peu partout en Afrique et notament en Afrique du Nord…

Aussi, il s’avère que c’est précisément l’Ethereum qui est actuellement la cryptomonnaie la plus exploitée en Égypte, en raison de son option minière la plus rentable et de son matériel d’extraction facilement accessible localement.

Il n’est pas évident de se procurer des Asics pour miner des bitcoins  qui sont des machines dédiés et performantes, lorsqu’on habite en Egypte.

Alors que pour miner des Ethereum, le matériel est plutôt accessible car il s’agit de carts graphiques ( GPU). Ces cartes font partie des éléments informatique classiques qui sont très utilisées par les joueurs de jeux vidéos par exemple.

 

Cependant, la réalité de l’exploitation minière en Égypte est assez différente de celle que l’on trouve habituellement dans d’autres pays. Une multitude de fermes cachées où des monnaies numériques sont extraites chaque jour sont disséminées dans la métropole animée du Caire.

Vous découvrirez que les personnes qui participent à l’exploitation minière ne sont pas des hackers ou des passionnés de technologie qui font les geek toute la nuit. Non, ce sont plutôt des personnes ayant un travail “classique” et qui sont simplement intéressés par la cryptomonnaie.

Hussein, un ancien étudiant en économie, est un exemple parfait. Il a toutefois décidé de tenter sa chance sur la scène minière du bitcoin. Il a acommencé à faire ses proches recherches, seul, sur internet.

Cela étant dit, malgré le fait que la communauté soit composée de différents professionnels tels que des économistes, des médecins, des entrepreneurs et des codeurs, ils sont unis par la perspective de tirer profit de la volatilité du bitcoin et des cryptomonnaies en général.

Coûts miniers sont moins élevés car l’electricité est bon marché

La configuration minière typique comprend un PC fonctionnant à toute heure de la journée, non-stop. Ce dernier, avec des composants multiples comme des cartes graphiques est un monstre en terme de whatt. Le processus nécessite beaucoup d’énergie afin d’éviter que le matériel ne surchauffe et ne s’endommage; étant donné que les ventilateurs PC intégrés ne suffisent pas pour gérer la chaleur produite par la charge de travail constante et lourde.

Par conséquent, des ventilateurs externes et une climatisation sont nécessaires pour abaisser les températures dans les exploitations minières.

De manière surprenante, aussi exigeant qu’il soit de garder les choses au frais dans l’environnement aride de l’Égypte, le coût de l’électricité est meilleur marché que celui d’autres économies en développement. Le coût avoisine les 5 centimes par kw. Rappellons qu’en occident, cela tourne au environs de 14 centimes, soit le triple!

C’est aussi un fait surprenant que nous pouvons souligner ici : C’est précisément dans les pays en voie de dévelopement- avec un coût en électricité moindre- que miner des cryptomonnaies s’avèrent le plus rentable.

Le comble? Les gouvernements ont pour la plupart interdit son usage….

Hussein, le mineur d’Ethereum fait remarquer au journaliste qu’il paye sa facture d’électricité et que cela lui permet néanmoins de faire des profits.

Pour Mohammed, un mineur d’Ethereum basé au Caire, l’engouement pour le secteur minier est alimenté par plus que de l’électricité bon marché. Il dit que la façon dont on paye son électricité l’énergie joue un rôle important pour rendre l’entreprise de minage plus lucrative.

“Je pense qu’il est préférable d’exploiter les cryptomonnaies en Égypte, car vous payez vos factures d’énergie en devise locale, mais vous récupérez votre investissement en cryptomonnaie.”

Il explique que le bitcoin, qui constitue un actif numérique, a conservé sa valeur de manière plus fiable que la livre égyptienne, sujette à l’inflation. Ceci, combiné à une énergie bon marché, a amené certains expatriés à envisager de revenir en Égypte, ne serait-ce que pour s’adonner “aux joies” du minage.

Bassem est un Egyptien qui réside actuellement au Qatar et exploite une ferme minière pour le bitcoin. Il possède une flotte de machines ASIC optimisées pour exploiter en continu des bitcoins. Il a commencé à exploiter des bitcoin à Doha en raison de la fourniture gratuite d’électricité, mais il a maintenant pour objectif de retourner en Égypte cette année.

Il ne s’inquiète pas pour autant de payer sa facture en Egypte, car il estime que sa ferme réalisera tout de même un bon bénéfice une fois qu’il aura déduit les coûts de l’électricité.

Quels sont les avantages du minage de cryptomonnaies en Egypte?

Pour les Egyptiens, l’exploitation de la cryptomonnaie a apporté une manière en plus de s’enrichir, en quelques sortes.

Hussein, par exemple, a développé un intérêt pour les monnaies numériques en raison de ses études en économie. Il a appris le bitcoin par le biais de vidéos YouTube et a commencé à exploiter l’industrie minière en 2012. Il a ensuite quitté son emploi en Europe et est retourné en Égypte, ce qui n’aurait pas été possible sans le revenu qu’il a tiré de l’extraction de monnaies numériques.

«Le minage de crypto-monnaie m’a permis de prendre le temps de réfléchir à mes projets futurs plutôt que de m’inquiéter des dépenses mensuelles. Surtout en Egypte, en exploitant une mine, vous pouvez gagner assez d’argent pour vivre. Selon les fluctuations du marché, un investissement ponctuel de 50 000 livres égyptiennes dans l’équipement peut rapporter environ 400 dollars par mois. »

( Note : Le reportage a été réalisé en 2017 alors que le cours du bitcoin avoisinait les 4000 $, faites le calcul aujourdh’ui alors que le bitcoin atteint plus de 10 000$..)

Hussein, qui est également un opérateur en cryptomonnaie sur d’autres plateformes, insiste sur le fait qu’il a gagné plus d’argent en cryptomonnaie qu’en investissant dans l’immobilier.

Les nouvelles pièces qu’il gagne sont converties en devises fiduciaires en les échangeant directement sur des plateformes  d’échanges.

Non seulement les individus tirent profit de l’exploitation minière, mais les quincailliers locaux profitent de la demande en matériel informatiquee. Selon Mohammed, non seulement les importateurs de matériel informatique gagnent beaucoup d’argent, mais un certain nombre d’entre eux ont rejoint le train en marche et se sont lancés dans l’exploitation minière. Ce qui n’est pas étonnant.

Hussein avait ceci à ajouter,

«L’exploitation minière en Egypte est en plein essor, mais l’un des problèmes est l’équipement; Lorsque le prix d’Ethereum a grimpé en flèche, la demande en GPU était élevée et les magasins ne pouvaient pas en stocker suffisamment… Obtenir des GPU en Égypte revient à acheter de la drogue. En fait, il est plus facile de se droguer que de se procurer des GPU parfois”

À propos du vif débat mené par des critiques de certains pays musulmans qui prétendent que les cryptomonnaies pourraient être haram si on considère qu’elles rapportent de l’argent à partir de rien.

Hussein a commenté : «Mais à mon avis, ce n’est pas le cas. L’aspect commercial n’est certainement pas; c’est un accord mutuel et bitcoin est égal à argent, ce que nous utilisons déjà. Et vous pouvez réellement voir beaucoup de religieux qui extraient du bitcoin. ”

Bien que le minage de bitcoins puisse sembler peu attrayante pour la plupart en raison des besoins élevés en énergie et de la complexité technologique, le processus permet de gagner de l’argent réel pour les mineurs de cryptomonnaie égyptiens.

Un mineur à ajouté pour clôturer le reportage faire passer un message:

«Je crois en l’avenir de la crypto-monnaie – personne ne peut la réfuter. Cela se produit déjà maintenant, certains pays ont déjà officialisé le bitcoin. J’espère que l’Egypte l’utilisera éventuellement. Ils doivent savoir que les gens l’utilisent maintenant, qu’ils y croient et y font confiance. »

Vous pouvez aussi voir le reportage sur Youtube:

La source de cet article provient de l’article publié sur CairoScene.com

Total
3
Shares
Total
0
Shares
3 Shares:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous allez certainement adorer