crypto launchpad

LaunchPad Crypto : La chasse au trésor des tokens

La manière dont les entreprises lancent leurs projets crypto évolue constamment. Tout avait commencé avec les fameuses ICO qui reproduisait de façon ouverte les IPO des sociétés établies dans la finance classique. Sauf que là, pas besoin d’avocat, pas besoin de prêt bancaire, ni même de licence ou de suivre une reglémentation, il suffisait d’avoir juste un compte bancaire ( même dans un paradis fiscal, ça allait très bien) pour lever des fonds, un peu de la manière des plateformes de crowdfunding en fait.

Dans les ICO, tout le monde pouvait participer au financement d’une entreprise en achetant le token de la société. Tout le monde s’y est jeté à coeur perdu, tous, cherchant dans ces investissements intempestifs, la crypto pépite qui afficherait d’aussi bon résultats que le bitcoin, par exemple.

Alors, ce fût une sorte de nouvelle ruée vers l’or qui à commencé et l’engouement était aussi bien du côté des entreprises ( qui pouvait en un temps records et sans même avoir à développer leurs projets) lever des millions de dollars. Comme ça, quasiment, en claquant des doigts. Quelques publicités, quelques promesses de rendement fous, et un calendrier bien précis( et très rarement observés), et voilà, vous aviez tous les ingrédients pour lever des capitaux.

Seulement, les arnaques et les fuites de capitaux n’ont pas laissé indifférents les États et les juridiques ( US surtout) et c’est à partir de là qu’on a commencé à réglementer un peu toutes ces levées de fonds considérées comme sauvage.

On va voir voir, ici ( très rapidement) l’évolution des levées de fonds, de l’ICO jusqu’au launchpad avec les IDO.

Mise en contexte : Les différentes levées de fond  jusqu’à maintenant

ICO : Initial Coin Offering

Tout avait commencé avec les ICO avec un énorme pic de projets lancés en 2017. Les ICO ont commencé à gagné de la traction dès 2016 et ont littéralement explosé en 2017 pour atteindre une la somme de 2,6 billions de dollars ( Rapport Funderbeam)

Rapport complet sur les ICO crypto disponible sur le site funderbeam.

 On s’en souvient tous tant c’était la frénésie. On nous promettait de gagner des millions d’euros avec un tout petit investissement de 200$. On nous disait qu’on était entrain d’investir dans le prochain bitcoin et les promesses ont vite laissés place à la désolation.

Même si beaucoup de projets ont tenus leurs promesses et sont devenus aujourd’hui de bons projets avec des sociétés viable financièrement ( Tezos, Filecoin, sont de parfaits exemples de réussites).

Pas de papiers, pas de documents à remplir, grâce aux ICO, tout le monde (avec un minimum de capital qui plus est) pouvait devenir business angel et acheter des tokens de projets naissants, potentiellement, les grosses boites de demain.

Seulement, il y avait quelques problèmes à cette effervescence incontrôlée.

Pour lutter contre cet argent parti dans des paradis fiscaux et pour lutter contre les inévitables arnaques qui ont éclos à ce moment là ( c’était bien trop facile de faire une voir tout cet argent investi parti dans des paradis fiscaux sans aucun moyen de les limiter à rendu les États frileux et ils se sont penchés sur le problème. 

Pour mieux réguler ces investissements, les États ont décidé d’imposer une certaine législation pour mieux encadrer ses levées de fonds, considérés comme sauvage. Sauvage, parce qu’elles étaient ouvertes à tous les investisseurs, qu’ils viennent de Chine ou du Guatemala et que pour participer, il fallait simplement envoyer du BTC ou de l’ETH. 

De nouvelles formes d’ico ont donc fait leurs appariions. 

Si le sujet vous intéresse, vous pouvez lire des articles qui explique l’histoire de ces levées plus en détails :

Cependant, pour résumer, voilà ce qu’il faut retenir:

STO : Les Security Token

Aux États-Unis, les offres STO sont réservées aux investisseurs qualifiés. Toutefois, si vous résidez en dehors des États-Unis, la règle de l’investisseur qualifié ne s’applique pas à vous et vous pouvez participer à la plupart des STO. À moins, bien sûr, qu’elles ne soient soumises à des restrictions plus spécifiques. es Security Tokens n’a rien à voir avec les Tokenized securities.Les STO sont censées constituer une option alternative conforme à la réglementation aux ventes de jetons ordinaires. Elles visent à corriger les inégalités perçues du côté des investisseurs, telles que l’octroi aux détenteurs de Security Tokens de droits sur des dividendes ou d’autres sources de revenus prédéfinies. Cependant, contrairement aux ICO, la STO va encore plus loin et distribue des jetons qui ont le statut de valeur mobilière comme des titres financiers. Elles sont liées à un actif de placement sous-jacent, comme des actions, des obligations, des fonds de placements immobiliers ou d’autres fonds.

Très clairement, au vu des inconvénients ( longueur du processus, restrictions au niveau des investisseurs avec nécessité d’avoir un capital, non anonymat des investisseurs), c’est un modèle qui à pu sembler au début intéressant mais qui à vite été délaissé.

C’est comme ça, que l’idée des IEO à fait son petit chemin.

IEO : Initial Exchange Offering.

La grande différence avec l’ICO, c’est que là, c’est la plateforme d’échange qui va se charger de la présente des jetons. Ce n’est pas un contrat autonome qui va donc créer et assurer la vente de token. C’est une forme d’ICO qui se fait de façon centralisé donc.

Le grand avantage de ce système, c’est que les plateformes centralisées vont faire le travail du tri en amont et de due diligence. Pour maintenir leurs crédibilité, les projets sont sélectionnés attentivement.

C’est toute la réputation de l’échange qui est en jeu.

Ainsi, le KYC est déjà remplie et on connait aussi donc l’identité des investisseurs par ailleurs. Ce qui permet de réglementer le tout, au final.

Seulement, cela reste néanmoins trop réglementé dans l’absolu. Les critères de sélection pouvait prendre du temps et des critères de non-concurrence par exemple, sans parler des frais très chers pour être listé, ont finalement abouti à une utilisation non massive des IEO.

Cela dit, il y a encore des IEO disponibles comme sur le site Probit par exemple.

C’est pour lutter contre ces failles qu’on en est venu dernièrement à créer des IDO.

IDO :  Initial Dex Exchange

Là, disons que c’est une forme d’IEO sauf qu’au lieu de s’effectue sur une plateforme d’échange centralisé, cela se fait sur une plateforme décentralisé, d’où la présence du mot DEX dans le sigle). C’est la mise sur le marché d’un jeton sur un DEX donc comme Uniswap ou Pancakeswap, par exemple.

Les IDO sont maintenant accessibles très souvent à travers ce qu’on appelle des launchpad. C’est surtout Binance qui en a été à l’origine et depuis cela à fait son bonhomme de chemin et de plus en plus de plateforme propose ce type de lancement.

Ainsi, tout le monde peut investir et acheter des tokens avant leurs mise sur le marché. C’est donc l’occasion d’acheter à moindre prix des tokens de projets prometteurs.

1/ C’est quoi un Launchpad et quels sont les avantages?

Un launchpad offre la possibilité à des touts nouveaux projets d’accéder très rapidement et facilement à du capital pour se lancer. Ils vendent donc une certaine quantité de jetons à un prix fortement réduit. Ce prix discount est justifié par le fait que l’entreprise est encore jeune et que le pari de la réussite est donc plus risqué. Les investisseurs peuvent donc investir à moindre coût et si l’entreprise suit ses promesses, il se retrouve alors avec des jetons qui ont prix (beaucoup) de valeur. 

Ce qui est bien avec les launchpad, c’est qu’ils font une sorte de travail en amont que l’investisseur n’a pas toujours les compétences ni même le temps d’effectuer correctement.

Ainsi, il va pouvoir investir sur des projets plus sûres que pour les ICO. 

On peut y voir une nette amélioration des versions précédentes. Maintenant, il y a des projets qu’on met des sur des Launchpad (rampes de lancements) et d’autres sont mises dans des incubateurs. 

Les avantages sont doubles autant pour l’investisseur que pour l’entrepreneur qui lance son projet. Dans son cas, il peut là encore accéder à un capital de départ relativement facilement. 

D’un point de vue de l’investisseur, il peut accéder rapidement à des nouveaux jetons, et investir avec un capital plus faible.

C’est en vogue en ce moment et voir dans cet article quels sont les plateformes qui proposent ce type de levées de fonds.

Disclaimer utile : Cependant, les taux de retour varient et il est impératif de mener des recherches et une diligence raisonnable avant d’investir dans un nouveau projet.

2/ Comment participer à une IDO via un launchpad?

Il faut savoir qu’il y a de plus en plus de launchpad et chacune des structures modifie certaines paramètres. Même si cela diffère d’une plateforme à une autre, fondamentalement, les étapes sont les mêmes pour participer à une IDO.

1ère étape ( Acheter et stacker des tokens du launchpad) : Il faut en général posséder le token des plateformes. Par exemple, pour Polkastater, il vous faut des tokens POLS et pour DuckStart, il vous faut des DUCK, etc.

Plus vous posséder ces tokens, plus votre allocation sera grande. En fait, il vous faut ces tokens pour pouvoir y participer. 

 En général, il faut stacker (verrouiller) pendant un certain temps (sans pouvoir retirer votre jeton) le jeton du launchpad pour avoir le droit de participer à l’IDO. Il faut faire attention avant de stacker vos tokens, car, en attendant, le cours du jeton peut chuter, il peut y avoir piratage, etc. 

2ème étape: Saisir un projet  :  Le launchpad prévient les détenteurs qu’une nouvelle IDO va sortir. Bien sûr, il y a un effet d’urgence et de FOMO, c’est là, qu’il faut faire preuve de vigilance et ne pas saisir n’importe quelle occasion.  Certains projet exigent un KYC qui peut être simple comme simplement le faire de rejoindre un groupe Telegram ou de renseigner votre adresse crypto.  À ce moment, c’est bien d’en profiter pour regarder le projet en profondeur ( analyser son tokenomics) et ses fondamentaux.

3ème étape: Vous investissez : Chaque launchpad va le faire à sa façon comme par exemple via une loterie ou une allocation selon le montant de tokens que vous possédez. Souvent, on voit que c’est selon les places qu’il ya. Cela s’appelle des FCPS : : First-Come, First-Served, soit le premier arrivé, premier servi. C’est ça aussi qui fait que les IDO s’achèvent souvent en quelques heures.

Vous envoyer vos et on vous envoie en échange les tokens de l’IDO. Certains IDO vous envoie les token immédiatement et d’autres le feront à un certain moment et libérés petit à petite lors d’une période d’acquisition des droits qu’on appelle vesting. C’est mis en place pour limiter les effets de pump & dump des ventes massives.

Les Crypto Launchpad qu’il faut observer 

Comme il faut acheter le jeton du launchpad, en plus des fonds qu’il faut envoyer au projet pour l’IDO, il faut bien choisir son launchpad et bien analyser les projets qu’ils sélectionnent;

Launchpad de Binance ( Binance Launchpool)

Bien évidement, on commence par Binance Lauchpoold car ça été la première plateforme à proposer ce type de service. Même si Le plus emblématique reste Injective Protocol qui connait d’ialleurs, jusqu’à aujourd’hui, un bel engouement. 

Au-delà du fait que ce soit le plus ancien, c’est aussi celui qui propose les projets les plus matures et les plus développés.

La plupart des nouveaux projets cryptes qui voient le jour sur Binance passent par LaunPad. D’ailleurs, Pancakeswap a lui même été proposé via ce service. 

En fait, en passant par Launchpad, les sociétés ont étés incubés au préalable. Elles sont reçu les conseils d’expert, du marketing jusqu’au audit du code pour être sûre qu’au lancement, elles soient prête. Le processus de candidature est plutôt sélectif et seuls les projets les plus pertinents sont retenus. 

Ainsi, quand une crypto est proposé sur Launchpad, on est quasiment certains d’avoir un projet stable qui à un vraie service à proposer. Binance ne propose des projets qui en fait ont un stade de développement plutôt mature. Contrairement aux ICO, par exemple, où le projet était à peine pensé qu’il récoltait des fonds. Non, là, avec Binance par exemple, le projet en incubation vérifie tous les éléments qui feront que ce projet et l’équipe dirigeante pourront gérer la société convenablement et en faire une entreprise qui va soutenir sa croissance. 

Ainsi, selon les types de prokets, Binance propose soit des IEO ou des IDO. 

Il y a 3 options principales pour participer via binance LaunchPool. Notez par ailleurs qu’il y a une différence entre binance launchpad et binance launchpool.

  • Binance Launchpad :  Il faut simplement posséder des BNB qu’on a pas besoin de stacker mais qu’il faut avoir un certain temps avant d’obtenir un droit de participation. Là, c’est le premier arrivé, premier servi. Souvent, ça se fait en quelques minutes, donc, faut vraiment aller très vite.
  • Binance LaunchPOOL : Quand la vente sur launchpad est terminé, on peut retrouver les tokens des IDO et là, on peut stacker ses BNB (ou d’autres jetons) pour faire du farming des tokens du projet. C’est donc une méthode simple même s’il ya moins de rendement que si on participe au launchpad.
  • BNB Vault : La on peut farmer de façon automatique tous les jetons qui sont actuellement dans le launchpad et recevoir en plus une rumination en BNB. C’est vraiment une façon simple et rentable de gagner de manière continue des BNB et des tokens de projets nouvellement lancés. 

>> Découvrir Binance Launchpool

Polkastarter : Le launchpad raffiné

Vous avez peut-être entendu parler de Polkastarter et bien ce n’est peut-être que le début. C’est en tout cas, le plus médiatisé. Cela à beaucoup fait parler de lui et la hausse du Polkadot à bien montré ce nouvel engouement pour Polkadot. Et plus encore, c’est aussi pour la qualité des projets qui ont été proposé que Polkadot à gagné une certaine nouvelle crédibilité en quelque sortes.  Les projets proposés affichent de bons résultats. Eh oui, plus une plateforme propose de bons projets rentables et sérieux, plus on aura tendance à la suivre et investir plus facilement. 

Il y a deux méthodes pour investir sur Polkastarter : 

  • Via un système de lotterie pour les membres : Là, il faut avoir 3000 POLS dans son portefeuille et les avoir pendant 7 jours avant l’IDO pour pouvoir participer au programme de liquidiité. La, selon les projets, il faudra remplir quelques taches ( comme le partage sur les réseaux sociaux) pour pouvoir être sélectionné parmi les membres. 
  • Les pools publics : la chance sera votre amie. Il ne faut pas avoir de POLS pour participer. C’est le premier arrivé, premier servi et ça va très très vite. Et certains vont simplement payer les frais de transactions très élevés et voir leur demande échoué..Très risqué donc. Certaines ventes se sont réalisés en moins de 10 secondes, c’est vous dire à quel point cela peut aller vite ! Il faut se tenir prêt et ne pas rater l’occasion.

On a vu des projets comme FireProtocol ou encore Maha Dao faire leur lancement avec Polkastarter.

Découvrir Polkastarter

DuckDAO avec son launchpad DuckSTARTER

Là, on va parler de DuckDAO qui connait lui aussi un très beau succès. L’engagement de communauté est très fort. C’est fondamentalement un projet d’incubateur crypto décentralisé là encore. Le jeton associé est le DuckDAODime (DDIM) et il faut en posséder pour investir dans les projets proposés.  En fait, en possédant du DDIM, les investisseurs ont alors un accès avant tout le monde sur la vente de jetons. 

Parmi les projets lancés, on peut citer Fyooz, Bondly et Base Protocol par exemple.

DuckDao utilise un système à plusieurs strates et il faut posséder des DDIM tokens pour avoir accès aux ventes de jetons. Ceux qui possèdent des DDIM peuvent alors avoir des allocations pour les projets lancés sur la plateforme. Ainsi, les utilisateurs pourront alors déposer des USDC (le montant varie selon les projets) pour participer.

DuckStarter est une plateforme très récente, lancée en 2021 et déjà, elle à réunit un nombre d’utilisateurs et d’investisseurs toujours plus importants.

Découvrir DuckStarter

TrustSwap : le launchpad hyper prometteur

C’est l’un de nos préférés sur zonebitcoin, qu’on soit franc avec vous. En fait, au-delà du lanchpad, le projet TrustSwap s’avère très intéressant.

Nous avons un article sur le sujet de Trustswap et préparons une vidéo prochainement, tant ça vaut la peine de le découvrir.

Les jetons précédemment lancés su TrustSwap incluent Glitch Finance (GLCH) et Yield App (YLD), l’un des protocoles les plus solides qui existe ( bien que cela soit encore récent).

Découvrir TrustSwap

Mot final sur les launchpad crypto

Bien évidement, même si tout cela est très tentant, il faut bien faire vos recherches, il y a aussi beaucoup de scams.

Il y a des projets médiatisés qui n’en valent pas la peine et des petits projets crypto bien plus prometteurs qui n’ont pas la lumière qu’ils méritent.

Ne succombez pas au Fomo et à la peur de rater le train. Si vous suivez bien les fondamentaux, qu’importe la violence du marché, vous serez toujours gagnant au final.

Investissez dans des projets qui ont du sens et ne soyez pas influencé, surtout.

Bon investissement.


Voir la version vidéo ici:

Total
0
Shares

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article précédent
DFNITY C'est quoi

Dfinity (ICP): Le projet de l'internet Computer qui veut tout renverser

Article suivant
superfarm c'est quoi

SuperFarm, le farming de NFT, est-ce vraiment super ?

Les articles qui peuvent vous intéresser