chainlink Link C'EST quoi

Comprendre chainlink et la nécessité des Oracles

Chainlink fait partie des projets les plus ambitieux de l’univers crypto. C’est même l’un des plus ancien qui cherche à offrir un service d’oracle. Pour l’info, on appelle cela des oracles pour faire référence aux oracles de la Grèce Antique, qui fournissait des prédictions divinatoires…Comme l’oracle de Delphes, par exemple, les oracles sur la blockchain sont là pour nous donner des informations essentielles.

Chainlink est un réseau d’oracle décentralisé donc, qui veut relier les smart contracts avec les informations du monde réel. Développé par Sergey Nazarov et Steve Ellis, qui sont devenus par la suite des figures notoires de la crypto-sphère.

Avec une capitalisation boursière toujours plus importante, nous allons voir ici de quoi il s’agit concrètement.

L’ICO de Chainlink à eut lieu en 2017 et à l’époque, 32 millions de dollars ont été levé par la société avec 35% des tokens LINK vendus au public.

Certaines personnes ont notamment critiqué le fait que seulement 35% des tokens aient étés vendus, le reste étant destinés aux fondateurs et au développement du projet. Quand bien même les critiques, cela n’a pas empêché le projet Chainlink de prendre toujours plus d’ampleur.

Disons aussi que Chainlink est précieux (en tous les cas dans son objectif) pour le bon fonctionnement de la blockchain.

Il faut savoir que l’apparition d’Ethereum sur la scène crypto à bouleversé considérablement la manière dont on envisageait l’usage de blockchain. Les smart contracts sont alors devenus via Ethereum des solutions concrètes pour créer des applications décentralisées.

Cela dit, même si en théorie, les smart contracts sont astucieux et formidables en terme d’exécution, il y a quand même des problèmes internes. En fait, les smart contracts ne peuvent gérer que les informations qui sont disponibles sur la blockchain sur laquelle ils vont fonctionner. Ils ne peuvent pas, donc, par définition, avoir accès à des informations extérieures comme de savoir si tel ou événement s’est produit, si un événement climatique ou si une loi vient d’apparaître par exemple, et qui peut avoir une incidence sur l’exécution du programme.

C’est pour résoudre ce type de problème qu’on parle d’oracle. Chainlink s’est donc montré très ingénieux en proposant aux smart contrats d pouvoir utiliser des réseaux d’oracles afin d’obtenir des informations cruciales (off-chain), qui viennent de l’extérieur.

Ainsi, Chainlink à donc proposer de réunir et de connecter les données on-chain ( ce qui est présent sur la blockchain) et les données off-chain ( celles qui sont extérieures à la blockchain).

Ainsi, pour fonctionner, Chainlink est constitué de deux infrastructures bien distinctes et complémentaire : on-chain donc et une off-chain.

Voyons cela en détail.

D’abord, voyons voir la fonction on-chain.

La composante On-Chain de Chainlink s’effectue e un contrat intelligent déployée sur le réseau Ethereum. C’est ce qu’on appelle plus exactement un “oracle contract” qui s’occupe de traiter les demandes des utilisateurs qui veulent obtenir des informations off-chain

La première composante de ChainLink est on-chain et consiste en un contrat intelligent déployé sur la blockchain Ethereum. Il s’agit d’un “oracle contract“, ou contrat d’oracle, qui va traiter les requêtes des utilisateurs qui désirent obtenir des informations off-chain. Quand un utilisateur veut obtenir une information off-chain, il va soumettre une demande au réseau ChainLink via un “user contract“, ou contrat utilisateur, et la blockchain va traiter cette requête à travers son propre “oracle contract“.

Pour aller plus en détail, il y a même 3 types de contrats différents sur Chainlink; Ces 3 contrats constituent donc la fonction on-chain de Chainlink.

  • Reputation Contract : Le contrat va ici valider que le fournisseur de l’oracle est fiable et qu’il à bonne réputation donc.
  • Aggregation contract : Le contrat va ici analyser les informations obtenues des différents oracles pour sélectionner l’info la plus pertinente.
  • Order-matching contract : Le contrat va définir un prix qui va correspondre à l’utilisateur et au fournisseur pour que l’information soit transmise.

Ainsi, dans sa fonction on-chain, Chainlink pourra alors faire suivre son process de la sélection du bon oracle jusqu’à la transmission des informations.

Maintenant, voyons voir la fonction off-chain.

La fonction off-chain est constitué des “oracles modes” qui sont connectés sur le réseau Ethereum principalement.

Les noeuds (nodes) fonctionnent en collectant les informations depuis une source off-chaine donc. Par la suite, les noeuds vont traiter les informations sur le Chainlink core, le noeud central qui va faire le lien entre les données on et off-chain.

La cryptomonnaie LINK est utilisée pour payer principalement les opérateurs des noeuds. Ceux qui fournissent des modes et qui ont des sommes importantes de LINK peuvent alors recevoir de plus gros contrats en récompense.

Le jeton LINK est un jeton ERC-20 et possède même une fonctionnalité ERC223 supplémentaire.

On voit que le token à connu une belle envolée depuis juillet 2020…

Le token sert aussi d’incitation financière pour que chacune des parties travaille correctement.

Ici, dans cet article, on a expliqué en gros ce qu’est Chainlink sans trop entrer dans les détails. Le plus important est de comprendre à travers Chainlink l’utilité des oracles en réalité.

Chailink va même encore plus loin en cherchant à les rendre toujours plus fiable.

Les avantages de Chainlink sont nombreux car le projet est ambitieux dans la mesure où ol veut faciliter l’acquisition d’information off-chain de façon efficace et fiable. On peut aussi sélectionner les paramètres de notre choix pour choisir les oracles. Il y a un système bien pensé concernant la réputation des oracles avec une incitation financière et des pénalisations pour les oracles défectueux. Cela garantie que les oracles fournissent toujours plus d’informations justes et fiables.

En ce qui concerne la société et les fondateurs du projet, tout semble sérieux et depuis l’ICO en 2017, on peut dire qu’ils ont tenu leur promesse. Ils ont su apporter des améliorations de façon régulières et continues.

À présent, des concurrents très pertinents se sont lancés et cela peut encore pousser Chainlink à faire toujours mieux… D’ailleurs, on a entendu dire que Google s’intéresse fortement à Chailink pour pouvoir éventuellement l’utiliser comme passerelle avec son service cloud de BigQuery…. Une perspective vraiment prometteuse, n’est-ce pas?

On peut acheter et investir du Chainlink sur quasiment tous les sites qui permettent d’acheter des cryptomonnaies comme Binance ou BitPanda par exemple.

C’est devenu une crypto incontournable, en effet.

En savoir plus sur Chainlink sur le site officiel.


Pour acheter des cryptomonnaies ( de façon simple):

  • Sur Binance ( Platforme complète de trading crypto)
  • Sur BitPanda ( Plateforme simple et accessible pour les débutants)

Pour générer des intérêts sur vos cryptomonnaies:

  • Sur Youhodler ( Gagnez jusqu’à 12% d’intérêts sur vos cryptos chaque semaine)
  • Sur BlockFI ( Générez des intérêts cumulés et recevez chaque mois vos gains) 

Pour sécuriser vos cryptomonnaies:

Pour se divertir et jouer 

Total
0
Shares

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article précédent

Avis SafeMoon : le token de Maddof est là?

Article suivant
avis rai.finance crypto

À quoi sert RAI. Finance, le nouveau venu sur Polkadot?

Les articles qui peuvent vous intéresser