La blockchain peut-elle favoriser l’inclusion financière ?

INCLUSION FINANCIÈRE

L’Afrique assiste à une augmentation de l’usage du Bitcoin. C’est un fait. D’ailleurs, les nombreux événements consacrés à la blockchain sur le continent témoigne de l’engouement général. Maintenant, on est en droit de se demander dans quelle mesure cela peut favoriser l’accès à la finance dans ce continent, qui, souffre d’une inclusion financière faible.

Voyons encore une fois le potentiel énorme des monnaies numériques pour modifier le paysage financier en Afrique. Plus encore, intéressons-nous à comment la blockchain peut influencer largement l’inclusion financière.

Il semble en effet de plus en plus évident et clair que les nouvelles technologies financières ( fintech) associés à la blockchain vont pouvoir combler les failles du système actuel.

Pour que l’article soit plus ludique à lire, nous avons décidé de le rédiger sous forme de question-réponse.

En espérant que ce cela plus pertinent pour la compréhension du texte.

 

1) Les cryptomonnaies sont-elles la solution ultime pour les personnes non bancarisées en Afrique?

L’intérêt pour les monnaies numériques continue de gagner du terrain – en particulier la technologie de blockchain qui a le potentiel de révolutionner le monde de la finance. De même, les innovations financières liés à la blockchain peuvent atteindre plus facilement les personnes non bancarisés.

L’un des principaux attraits de la blockchain est son rôle de grand registre inviolable pouvant prendre en charge des applications décentralisées qui suppriment les intermédiaires. Il n’existe pas d’individu, de groupe ou d’organisation – comme une banque – qui contrôle la devise numérique ou toute autre application compatible avec la blockchain. Les pays africains connaissent un retard dans les infrastructures notamment du fait que ces mêmes intermédiaires sont défaillants. Ils reposent également de façon excessive sur l’humain, qui est sujet à la corruption et au travail mal exécuté.

Avec la blockchain, c’est le langage informatique et la programmation qui remplace l’homme. Cela donne ainsi une efficacité imbattable.

En ce qui concerne la corruption, tout est dans le domaine public. Tout est contrôlé par toutes les personnes participant au réseau. La corruption est quasiment impossible à tous les niveaux.

2) Les cryptomonnaies sont utilisées  pour faciliter les paiements de fonds à l’étranger.

Envoyer des bitcoins en Afrique est devenu moins cher et plus rapide que de le faire via les institutions traditionnels tels que WesternUnion ou Moneygram. Les taux de commission à 20% sont en effet rédhibitoires pour de nombreuses personnes souhaitent envoyer de l’argent à la famille ( généralement) restée en Afrique.

Une grande partie de la population mondiale n’a pas de banque et les crypto monnaies peuvent être facilement déployées sur les réseaux mobiles, permettant ainsi l’accès au capital financier dans les communautés les plus éloignées.

En fait, pour des pays ayant une faible infrastructure bancaire et financière en générale, les crypotmonnaies apparaissent comme un moyen ultime d’en créer de nouvelles.

Dans le monde, il y a 2,5 milliards de personnes qui n’ont pas accès à des banques ou à des comptes et la plupart d’entre elles vivent dans des pays économiquement et politiquement instables.

En utilisant des bitcoins pour stocker de la richesse, vous éliminez les chances qu’un gouvernement local exproprie les fonds d’un compte bancaire. De même, si à cause d’une mauvaise gestion financière, le pays connait une inflation ravageuse ( comme en Argentine ou au Ghana), c’est aussi la bonne manière de sécuriser son capital.

Ce sont des activités corrompues en cours qui ont un impact non seulement sur les individus mais aussi sur les organisations, telles que les organismes de bienfaisance bien financés qui sont actifs dans les pays en développement. Une étude du groupe de campagne et de plaidoyer ONE a révélé que de telles pratiques de corruption entraînaient une sortie de fonds de 585 milliards de livres sterling par an dans les pays en développement.

 

3/ Les crypto monnaies peuvent réussir là où les banques ont échoué

Les envois de fonds en Bitcoin pourraient permettre à un petit commerçant situé dans une région éloignée d’un pays en développement de recevoir, d’envoyer et de stocker le capital nécessaire au développement de son entreprise, par exemple.  

Il peut sans devoir s’appuyer sur une infrastructure complexe, plus coûteuse et moins efficace être payé par ses clients  Les envois de fonds en Bitcoin ( ou dans une autre crypto monnaie)  pourraient ouvrir la voie à un marché plus international et instantané pour le commerce.

Imaginez juste les différentes possibilités que les cryptomonnaies apportent dans le paysage commercial . La capacité d’envoi de fonds signifie qu’un commerçant indépendant ou un commerçant dans les régions les plus pauvres du monde peut développer une activité mondiale sans avoir à compter sur une infrastructure payée, approuvée et soutenue par le système bancaire et le gouvernement.

En outre, la capacité accrue d’accéder à de l’argent peut avoir un impact direct sur la richesse d’un individu et de sa communauté. Les ménages kényans ruraux qui adoptent M-Pesa peuvent augmenter considérablement leurs revenus uniquement grâce à ce système de paiement novateur. Il n’y a plus besoin de cash pour régler telle ou telle prestation.

Imaginez ce qui pourrait arriver si une monnaie aussi internationale que le bitcoin était adoptée à la place: le potentiel serait énorme, en effet.

En outre, un système de blockchain transparent  sur lequel les gens choisissent de dépenser leur argent – et qui constitue la partie la plus importante de Bitcoin – créera le besoin d’une plus grande transparence dans le système politique et économique. Enfin, c’est ce qu’on est en droit de penser et d’imaginer.

En fin de compte, cela donnera plus de pouvoir et d’égalité aux personnes qui sont souvent réprimées par leurs moyens économiques. Pour la première fois dans l’histoire économique moderne, ce serait l’individu qui aurait pleinement contrôle de ses finances. 

 

3) En supposant qu’il y ait une demande, quels sont les principaux défis à relever pour réussir à implanter ces nouvelles technologies financières?

Le principal défi sera la connectivité; La connexion internet autrement dit. Oui, le problème actuel et à court terme avec la monnaie numérique est qu’il faut que les utilisateurs d’une transaction aient accès à un smartphone et à une bonne connexion Internet. Inévitablement,  la plupart des personnes non bancarisées n’y ont pas accès….

Sans ces éléments, il est encore plus restrictif d’envoyer ou de recevoir de la monnaie numérique que d’autres transferts de fonds comme le permet actuellement M-Pesa, si l’on considère les pays africains.

Et une fois la connectivité établie, il est nécessaire qu’un écosystème dédié de technologues et de jeunes entreprises serve le marché sous-financé, en concevant des produits conviviaux pour un marché qui n’a pas l’avantage d’être natif du numérique.

Ceci est crucial pour atteindre et aider la population des non-bancarisés et favoriser in fine l’inclusion financière.

 

L’acceptation et la liquidité du marché local constituent un autre problème majeur. En d’autres termes, l’échange sans friction entre la nouvelle monnaie et la monnaie locale. C’est même le défi majeur qui se pose à l’usage des cryptomonnaies.

Malgré ces défis, des progrès sont en cours. Il existe des services d’envoi et de réception de cryptomonnaies qui sont prometteuses et qui pourraient changer les choses dans un proche avenir.

Le lancement de smartphones bon marché et de bonne qualité pourrait aussi toucher les millions de personnes qui en ont besoin. En outre, la société britannique Kipochi a lancé une solution novatrice qui permet aux utilisateurs d’envoyer ou de recevoir des bitcoins et de les convertir vers et à partir d’un solde M-Pesa. Ce n’est qu’une question de temps avant de voir une plus grande adoption.

4) Quels sont les services aux personnes non bancarisés via des monnaies virtuelles qui sont le plus attendu?

Il y aujourd’hui des entreprises incroyables qui travaillent dur pour faire avancer l’adoption de la crypto monnaie par la population. Ces entreprises font des progrès pour tirer parti de la technologie qui finira par inonder de nombreuses industries traditionnelles.

Parmi les sociétés qui font -selon moi- le mieux avancer la technologie blockchain en faveur de l’inclusion financière, nous pouvons citer :

  • Electroneum : Une cryptomonnaie qui se veut “légère” et idéale pour les transferts de paiement à l’international.
  • Stably– qui permet d’envoyer des Stablecoins à l’international en réduisant les frais d’envois.

Les banques établies et les entreprises technologiques testent également le potentiel des technologies sous-jacentes aux cryptomonnaies monnaies numériques. IBM, par exemple, explore la blockchain en tant que colonne vertébrale technologique pour créer des réseaux de grande envergure à faible coût – très demandés dans les économies émergentes.

Les grandes banques comme RBS et Barclays expérimentent également la blockchain pour développer des systèmes bancaires optimisés pour la blockchain.

Ensemble, ces types d’entreprises avant-gardistes favorisent l’adoption et aident à la création d’un marché mondial auquel nous pouvons tous participer de manière plus universelle et plus démocratique.

 

Total
2
Shares
Total
0
Shares
2 Shares:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.