bitcoin en Palestine

Examen du débat sur le rôle du Bitcoin en Palestine

8 octobre 2023

Il y a des avantages évidents à l’adoption du bitcoin en Palestine, mais des informations erronées et des risques de mauvaises interprétations subsistent.

Un débat se pose sur la question de savoir si le bitcoin peut jouer un rôle dans la quête de liberté des Palestiniens face à l’occupation israélienne. Il a débuté il y a un an, en septembre 2021, lorsque le directeur de la stratégie de la Human Rights Foundation, Alex Gladstein, a publié “Le Bitcoin peut-il être la monnaie de la liberté de la Palestine ?” dans Bitcoin Magazine. L’argument est le suivant : le bitcoin permet aux utilisateurs d’envoyer, de recevoir et de stocker de la valeur en toute sécurité sans dépendre d’un tiers. Ainsi, il renforce l’autonomie personnelle et sert de forme de résistance à l’occupation. Pour reprendre les mots de Gladstein, “C’est une protestation pacifique, un bouclier numérique, qui pourrait entraîner un grand changement.”

L’un de nous a passé beaucoup de temps dans le terrier du bitcoin ces dernières années. L’autre, plus récent dans le monde du bitcoin mais bien informé après des mois de recherche intensive sur le sujet, est palestinien de surcroit et a vécu récemment dans la bande de Gaza. Nous aborderons les préoccupations concernant la nécessité de prudence et de qualification dans certains des arguments de Gladstein vers la fin de cet article, mais en général, nous sommes d’accord avec lui pour dire que le bitcoin a le potentiel de jouer un rôle important dans la quête de liberté de la Palestine.

Tout le monde n’est pas d’accord. Au cours de la dernière année, les critiques se sont multipliées à l’encontre de cet argument. C’est une bonne chose : il faut davantage de débats sur la question de savoir si et comment le bitcoin peut améliorer la vie des personnes marginalisées. Cependant la qualité du débat compte aussi. Trop souvent, les analystes avancent des arguments mal informés, généralement parce qu’ils ne prennent pas le temps de comprendre un lieu ou une technologie, et parfois ils égarent les lecteurs simplement pour confirmer leurs idées. Un article récent présente ces deux types de critiques et mérite une réponse réfléchie. Dans notre critique ci-dessous, nous mettons en lumière les points que les critiques comprennent mal et tentons de proposer une analyse qui peut être prise au sérieux par les chercheurs, les décideurs et le grand public.

Analyse de la critique

En juillet, Hadas Thier, écrivaine et militante qui écrit dans “The Nation and Jacobin”, entre autres, a répondu à Gladstein dans un article intitulé “Le Bitcoin ne peut pas libérer la Palestine“. Écrivant pour le Middle East Research and Information Project (MERIP), un groupe de recherche indépendant à but non lucratif, Hadas Thier reconnaît la “poursuite urgente et nécessaire de l’indépendance financière palestinienne”, qu’elle qualifie d'”indiscutable”. Mais elle soutient que le bitcoin ne devrait pas jouer de rôle dans cette quête. Il y a un “abîme béant entre les promesses ambitieuses faites par Gladstein et d’autres et les capacités technologiques réelles des crypto-monnaies”, écrit-elle. Ces “fausses promesses humanitaires” ne font que présenter aux Palestiniens “des risques économiques et politiques dangereux”.

Ceux qui ont passé du temps dans cet espace sentiront déjà un problème dans cette déclaration. Le titre de l’article de Thier parle du rôle du bitcoin en Palestine, mais elle confond bitcoin avec les crypto-monnaies tout au long de l’article. Le mot “bitcoin” apparaît plus de trente fois dans l’article, mais une version de “crypto” apparaît tout aussi souvent. Thier utilise principalement “crypto” comme adjectif : adeptes de la crypto, défenseurs, enthousiastes, supporters, millionnaires, projets, actifs, portefeuilles, paiements, entrepreneurs, transactions, échanges, etc. Les défenseurs du bitcoin se sont toujours efforcés de faire la distinction entre le bitcoin et les autres crypto-monnaies ; C’est d’ailleurs la raison d’être du terme “altcoin”. Le bitcoin est la blockchain la plus ancienne, la plus décentralisée, la plus sécurisée et la plus largement adoptée, avec une politique monétaire connue et immuable et un approvisionnement fixe. Ces caractéristiques distinguent de manière significative le bitcoin de ses concurrents. Dans la mesure où un État-nation a même envisagé la possibilité d’adopter une monnaie numérique non soutenue par une banque centrale, un seul a été envisagé : le bitcoin. En 2021, le Salvador a franchi ce Rubicon. Plus tôt cette année, la République centrafricaine en a fait de même.

Au-delà de l’usage du terme crypto dans une conversation sur le rôle du bitcoin en Palestine, une grande partie de l’argumentation de Thier repose sur des critiques qui, selon elle, rendent l’actif inadapté à l’adoption. Les crypto-monnaies, écrit-elle, sont caractérisées par une “volatilité sauvage, des inégalités intégrées, des conséquences environnementales et des liens avec des activités criminelles“. En supposant un instant qu’elle parle spécifiquement du bitcoin (pas des crypto-monnaies en général), il y a un certain fond de vérité dans chacune de ces allégations. Dans l’ensemble, cependant, elles sont peu convaincantes. Passons brièvement en revue chacune d’entre elles.

Tout d’abord, il n’est pas surprenant qu’un actif aussi petit que le bitcoin, qui se négocie 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, sur peut-être le seul marché vraiment libre au monde, soit volatil. Mais la volatilité va dans les deux sens. Il y a une douzaine d’années, le prix du bitcoin était inférieur à 1 dollar. Aujourd’hui, il est d’environ 20 000 dollars. Pendant la majeure partie de la dernière décennie et plus, il a été un investissement lucratif. Bien que cela ne signifie pas que l’avenir sera semblable au passé, le mot “volatilité” n’a pas besoin d’être péjoratif. Si nous assistons à la monétisation d’un nouvel actif, d’une nouvelle monnaie, et c’est peut-être exactement ce que nous observons, alors les premiers adoptants en bénéficieront de manière disproportionnée. Il ne devrait pas être surprenant que les pays en développement, qui ont tendance à souffrir davantage dans le système financier international existant, réfléchissent davantage aux alternatives possibles que les pays développés.

Deuxièmement, l’inégalité inhérente due aux pré-minages, aux pré-ventes, etc. a été au cœur de presque tous les lancements de crypto-monnaies. Ce n’était pas le cas pour le bitcoin, qui a probablement connu le lancement le plus équitable de tous et dont le créateur, autant que nous le sachions, n’a jamais profité. On nous a récemment expliqué les choses de la manière suivante : Satoshi Nakamoto était un acheteur de bitcoin, pas un vendeur. Il a acheté du matériel et de l’électricité pour sécuriser le réseau bitcoin, puis a disparu et n’a jamais touché aux récompenses en bloc qu’il a reçues. Et même s’il est vrai que certains des premiers investisseurs dans le bitcoin ont profité énormément – c’est typique des premiers investisseurs dans n’importe quelle technologie réussie – la richesse en bitcoin se répartit de plus en plus équitablement au fil du temps. Cela contraste avec les tendances de distribution de la richesse en général. Selon des données récentes du Bureau des analyses économiques du gouvernement américain, par exemple, les États-Unis connaissent actuellement leur “quatrième décennie consécutive de croissance des inégalités de revenus et de richesse“.

Troisièmement, les prétendues conséquences environnementales du bitcoin sont graves, bien connues et largement discutées. Elles peuvent aussi être exagérées. Quiconque dit que l’empreinte environnementale du protocole est insignifiante ou sans importance a tort, mais souvent les critiques partent du principe que toute l’énergie utilisée par le protocole est gaspillée. En réalité, tous les systèmes monétaires utilisent de l’énergie, y compris le système du pétrodollar. Citant des données de l’Université de Cambridge, Lyn Alden note que le réseau bitcoin représente actuellement moins de 0,1 % de la consommation mondiale d’énergie. “À très long terme”, écrit-elle, “si le bitcoin connaît un succès retentissant et devient un actif et un système de paiement d’importance systémique utilisé par plus d’un milliard de personnes à 10-20 fois sa capitalisation boursière actuelle, il pourrait représenter plusieurs dixièmes en pourcentage de la consommation mondiale d’énergie”. En cas d’échec, en revanche, “sa consommation d’énergie stagnera et diminuera à mesure que les subventions en bloc continueront de diminuer”.

Trois questions devraient donc être au cœur de toute discussion sur le bitcoin et l’environnement.

  • Premièrement, l’énergie consacrée à la sécurisation du réseau en quête d’une meilleure monnaie vaut-elle les conséquences environnementales, surtout pour la grande partie de l’humanité qui a désespérément besoin d’une meilleure monnaie ?
  • Deuxièmement, comment les tendances positives de l’adoption de l’énergie renouvelable dans le minage de bitcoin affectent-elles ce calcul ?
  • Troisièmement, le bitcoin pourrait-il contribuer de manière significative aux solutions climatiques à long terme, par exemple grâce à l’atténuation du torchage du gaz ou à la capture du méthane émis ?
  • Nous pensons que les réponses à ces trois questions favorisent la poursuite de l’exploration de cette technologie, y compris de son mécanisme de consensus de preuve de travail.

Enfin, il est vrai que le bitcoin a été associé à des activités criminelles, et cette association ne disparaîtra jamais complètement. On peut en dire autant du dollar américain. Mais le FBI ne se préoccupe pas du bitcoin. Il s’inquiète plutôt des vulnérabilités des contrats intelligents. Citant des données de Chainalysis, un récent communiqué de presse du Bureau souligne que sur 1,3 milliard de dollars de crypto-monnaies volés à des investisseurs au premier trimestre de cette année, près de 97 % ont été volés sur des plateformes DeFi.

En revanche, le pourcentage d’activité sur le réseau bitcoin associé à des activités criminelles est en baisse. Selon un récent rapport de l’ancien directeur par intérim de la CIA, Michael Morel, “Les généralisations larges sur l’utilisation du bitcoin dans la finance illicite sont considérablement exagérées”. En fait, la transparence des blockchains publiques signifie qu’elles peuvent même être utiles pour les forces de l’ordre. Pour reprendre les mots de Morel, “L’analyse de la blockchain est un outil de lutte contre la criminalité et de collecte de renseignements hautement efficace”.

Ainsi, l’article de Thier semble avoir été écrit sans compréhension des différences entre les technologies clés (c’est-à-dire le bitcoin comme une sous-catégorie, et non comme une catégorie identique aux crypto-monnaies) et sans mention des réfutations connues des critiques courantes du bitcoin. Un autre problème dans son analyse est l’emploi de l’argument de l'”homme de paille”. À plusieurs reprises, Thier cite une interview qu’elle a menée avec Sara Roy, chercheuse principale au Center for Middle Eastern Studies de Harvard et experte de l’économie palestinienne.

Elle présente les commentaires de Roy à la fois comme opposés à l’argument de Gladstein et comme appuie à ses propos. Il est possible que Roy ne soit pas d’accord avec Gladstein sur le rôle du bitcoin en Palestine, et qu’elle soit d’accord avec Thier, mais il est impossible de le savoir en fonction de la manière dont les points de vue de Roy sont formuler.

Pour citer Thier :

“J’ai parlé à Roy de l’article de Gladstein. Elle s’est vivement opposée à l’idée que ‘la crypto-monnaie est d’une manière ou d’une autre imperméable à la réalité politique dans laquelle vivent les Palestiniens et les Israéliens’ ou qu’elle pourrait ‘donner aux Palestiniens marginalisés une égalité avec les Israéliens puissants, éliminant les asymétries flagrantes de pouvoir entre eux et accordant aux Palestiniens la souveraineté économique’.”

Bien sûr que Roy était en désaccord avec ces idées. Même le maximaliste du bitcoin le plus endurci le serait. Gladstein n’a pas non plus affirmé cela et il ne serait pas d’accord avec cette interprétation. L’insinuation dans l’article de Thier est qu’elle a présenté l’argument de Gladstein à Roy, qui s’est vigoureusement opposée à lui. Mais la citation pertinente n’est pas attribuée à Gladstein pour une bonne raison ; les pensées ne sont pas les siennes. Ce type d’analyse est soit une tentative malheureuse de renforcer un argument en détournant l’attention du lecteur, soit une mécompréhension flagrante de ce que les partisans du bitcoin estiment que l’adoption de la monnaie pourrait accomplir en Palestine.

Une dernière critique concerne un sujet important, abordé en seulement deux phrases dans l’analyse de Thier. “Dans le meilleur des cas”, écrit-elle, “certaines personnes de la classe moyenne palestinienne – presque inexistante dans la bande de Gaza et en Cisjordanie – pourraient bénéficier de paiements internationaux ou de transferts en bitcoin. Mais étant donnée la volatilité extrême de la valeur des crypto-monnaies, cela nuira plus probablement à ceux qui prennent le risque.”

L’un de nous a une expérience directe des transferts d’argent en Palestine et sait ce que c’est que de perdre de l’argent à cause d’intermédiaires – qu’ils soient des banques, des gouvernements ou de Western Union. Un rapport récent de la Banque mondiale montre qu’en 2021, 3,5 milliards de dollars de transferts ont été effectués vers la Cisjordanie et la bande de Gaza, représentant 20 % du PIB palestinien. Le chômage dans ces territoires avoisine respectivement 16 % et 47 %, et le PIB par habitant en Palestine dans son ensemble est d’environ 3 600 dollars. En d’autres termes, cela concerne tout le monde. Quand 1 000 dollars se transforment en 920 dollars à cause des frais de transaction, ou quand 100 dollars se transforment en 92 dollars, les familles et les individus qui gagnent l’équivalent de seulement quelques dollars par jour ressentent ces effets de manière profonde. Cependant, cela nécessite un délai important. Le transfert de fiat vers Gaza peut prendre des semaines.

Est-ce que le bitcoin résout ce problème ?

Peut-être, et à l’avenir, cela pourrait certainement être le cas. Si quelqu’un veut envoyer du bitcoin à Gaza dès maintenant, il peut le faire avec un smartphone. Via le Lightning Network, les frais de transaction sont pratiquement nuls. Presque immédiatement, ce bitcoin arrivera dans le portefeuille du destinataire. Il peut être transféré vers Binance et converti en stablecoin Tether (USDT) avant d’être échangé contre des shekels israéliens dans un bureau de change. Tout cela peut se faire rapidement – beaucoup plus rapidement que tout transfert en fiat – avec un risque minimal lié à la volatilité. À l’avenir, si et quand une entreprise comme Strike opère en Palestine, les transferts en fiat à travers le réseau bitcoin pourraient devenir courants et remplacer complètement la nécessité d’autres alternatives.

Avant de passer à notre propre critique de l’argument de Gladstein, nous tenons à reconnaître que Thier énonce plusieurs points avec lesquels nous sommes d’accord. Premièrement, le bitcoin n’est pas une panacée pour les problèmes des Palestiniens ou de toute autre population. Deuxièmement, “La relation monétaire entre Israël et les Palestiniens reflète une asymétrie de pouvoir plus fondamentale”. Troisièmement, “Une économie palestinienne indépendante ne naîtra pas magiquement d’une monnaie souveraine, numérique ou autre. Elle ne peut naître que grâce à la capacité à produire et à échanger des biens et des services, ce qui a été systématiquement sapé par la destruction des infrastructures physiques et la suppression de bases géographiques sur lesquelles l’accumulation de capital palestinien pourrait efficacement se dérouler”.

Ces énoncés sont vraies. La question est de savoir si l’adoption éclairée du bitcoin a le potentiel d’aider les Palestiniens à atteindre leur liberté économique. Nous croyons que c’est le cas et encourageons Thier à parler à ceux qui ont interagi avec le bitcoin en Palestine, comme Gladstein et comme nous, nous l’avons fait. Malheureusement, aucun Palestinien n’a été interviewé pour son article.

Placer le débat dans le bon cadre

Ce sujet est important. Au cours des douze dernières années, la capitalisation boursière du bitcoin a connu une croissance exponentielle, et le rythme de l’adoption des crypto-monnaies – dont la majorité a toujours été le bitcoin – a explosé, en particulier dans les pays en voie de développement. La Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED), qui plaide en faveur d’une réglementation accrue des crypto-monnaies pour atténuer les risques d’investissement dans le secteur, souligne dans un récent rapport que 15 des 20 premières économies mondiales en termes de détention de monnaies numériques en part de la population se trouvent dans les pays émergents et en développement. En d’autres termes, le système financier mondial actuel ne fonctionne pas pour de nombreux pauvres du monde, qui recherchent de plus en plus des alternatives.

Les sujets qui comptent suscitent le débat, et Gladstein mérite des éloges pour avoir lancé celui-ci. Cela dit, il ne s’agit pas d’un débat sur la gauche contre la droite, ni sur les progressistes contre les conservateurs, ni sur les Israéliens contre les Palestiniens.

Il s’agit d’un débat sur la façon de donner aux personnes marginalisées un meilleur accès à des options financières, et nous pensons que les données, ainsi que l’histoire, penchent en faveur de l’adoption éclairée du bitcoin comme une solution potentielle.

Pourquoi ne pas envisager la possibilité que le système financier mondial actuel ne fonctionne pas bien, même pour de nombreuses personnes qui vivent en dehors des États-Unis ou de l’Europe occidentale ? Pourquoi ne pas envisager la possibilité que des dizaines de millions de personnes dans le monde entier, Palestiniens compris, puissent être mieux loties grâce à des réseaux de paiement ouverts, non censurés et sans permission comme le bitcoin ? Pourquoi ne pas envisager la possibilité que la poursuite de cette technologie puisse améliorer la vie de ces personnes ?

Toutefois, une analyse raisonnable ne signifie pas accepter l’argument de Gladstein dans son intégralité. Bien que le bitcoin ait un rôle à jouer dans la recherche de la liberté par les Palestiniens, il est peu probable qu’il devienne la monnaie souveraine de la Palestine, comme le suggère Gladstein. Pourquoi ? Parce que les dirigeants palestiniens n’ont pas encore montré qu’ils étaient prêts à adopter la monnaie, et parce que les autorités israéliennes – qui ont actuellement un droit de veto sur la question monétaire – s’opposeraient probablement à cette idée. En outre, comme l’a reconnu Thier, “une économie palestinienne indépendante ne naîtra pas magiquement d’une monnaie souveraine, numérique ou autre”. Le bitcoin ne peut pas résoudre tous les problèmes économiques des Palestiniens, mais il peut être un outil potentiellement utile dans leur quête de liberté économique et de résistance à l’occupation israélienne.

En fin de compte, il est important de garder à l’esprit que le débat sur le bitcoin en Palestine est un débat complexe qui mérite une discussion nuancée.

Il ne s’agit pas d’une question de tout ou rien, mais d’une exploration des possibilités que cette technologie peut offrir aux Palestiniens dans leur lutte pour l’autonomie économique et la liberté financière.

Les critiques du bitcoin en Palestine ont soulevé des préoccupations légitimes, mais il est important de comprendre que le bitcoin est un outil, pas une solution miracle. Comme pour tout outil, son efficacité dépendra de la manière dont il est utilisé et de la manière dont il est intégré dans un contexte plus large de lutte pour la liberté et la justice.

Il est essentiel de continuer à débattre de la question et d’explorer les opportunités et les défis que le bitcoin peut présenter pour les Palestiniens et leur quête de liberté économique.

____

Les auteurs de cet article sont Mohammed Mourtaja et Seth Cantey

Lire l’article original ” Examining the debate around Bitcoin’s role in Palestine” en langue anglaise ici.

Total
0
Shares

La Rédaction ZoneBitcoin

Passionnés par le Bitcoin, nos rédacteurs tentent de démocratiser leurs connaissances à travers des articles variés et touchant différents sujets.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Total
0
Share

En savoir plus sur ZoneBitcoin

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Échangez des cryptos sur Changelly

changelly

Tracker de crypto

coinstats app

Sur Google

googlenews

Ne ratez pas :

africa bitcoin conférence 2023

Africa Bitcoin Conference 2023 : le grand rassemblement de bitcoiner au Ghana

L’Africa Bitcoin Conférence est l’un des événements cryptos le plus
bitcoin en afrique

Le bitcoin en Afrique : État des lieux des entreprises et des projets par pays

Ah, le bitcoin en Afrique…Vaste sujet, me direz-vous. Cela dit,