énergie gaspillée afrique

Comment le Bitcoin économise l’énergie gaspillée en Afrique?

Alex Gladstein, directeur la Human Rights Foundation explique comment Bitcoin permet de financer l'énergie gaspillée pour financer les infrastructures électriques et donne du pouvoir à des millions de personnes.
25 janvier 2024

Des centaines de millions d’Africains sont confrontés à deux problèmes qui les empêchent de progresser : 600 millions d’entre eux n’ont pas l’électricité, tandis que la quasi-totalité des 1,4 milliard d’habitants du continent manque de monnaie de qualité. Comparez cela aux États-Unis, en Europe du Nord ou au Japon, où presque tout le monde a accès à une énergie constante et abordable et à une monnaie de réserve largement acceptée comme le dollar, l’euro ou le yen.

Plus les Africains souffrent de coupures d’électricité et d’une inflation élevée, plus il leur est difficile de prendre une longueur d’avance, malgré tous les efforts fournis. Pire encore, les fournisseurs d’énergie et financiers traditionnels ne sont pas incités à réduire ce problème, ce qui signifie que la dépréciation monétaire, les pièges de la dette et les coupures d’électricité persistent.

La plupart des gens pourraient considérer cette situation et conclure que le développement en Afrique sera très compliqué encore dans le futur. Bien qu’elle bénéficie de sources d’énergie abondantes telles que de puissants fleuves, un soleil permanent, des vents violents et de la chaleur géothermique, l’Afrique reste largement incapable d’exploiter ces ressources naturelles pour sa croissance économique. Une rivière peut la traverser, mais le développement humain dans la région dépend douloureusement de la charité ou d’emprunts financiers étrangers qui s’avèrent très coûteux. Jusqu’à maintenant.

Aux yeux de certains entrepreneurs, éducateurs et militants du continent, une invention est apparue qui pourrait potentiellement révolutionner l’accès à une électricité fiable et à une monnaie de haute qualité – les éléments constitutifs du progrès – pour la population africaine en croissance rapide. Croyez-le ou non, cette invention est leBitcoin.

I. Le minage à l’ombre du Mt Mulangé

À un peu plus d’une heure au sud-est de la ville de Blantyre, dans le sud du Malawi, le long de routes de terre pittoresques, se dresse le mont Mulanje. Un magnifique massif de 3 000 mètres d’altitude, l’un des plus hauts sommets d’Afrique australe, avec son complexe de falaises et de vallées, à cheval sur la frontière avec le Mozambique. Le paysage à couper le souffle rivalise avec celui de Yosemite, mais étant donné son emplacement éloigné, il y a de nombreux jours dans l’année où les guides locaux disent qu’il n’y a aucun randonneur. Dans n’importe quel autre pays, Mulanje pourrait être le site d’un parc national – avec des falaises de granit vertigineuses – mais la plupart du temps, la région reste calme.

Aux XVIIIe et XIXe siècles, la région fut durement touchée par l’esclavage européen et arabe. Le Portugal, Oman, la Grande-Bretagne et d’autres empires ont extrait des centaines de milliers d’esclaves du Mozambique, du Malawi et des régions environnantes pour les expédier pour du travail forcé en Amérique et au Moyen-Orient via des ports régionaux comme Zanzibar. Au mieux, 1 personne sur 5 a survécu au voyage. Les routes des esclaves traversaient le mont Mulanje, qui constituait un repère facilement identifiable le long du chemin. Aujourd’hui, les contreforts de la montagne sont parsemés de forêts luxuriantes, de plantations de thé luxuriantes et d’agriculteurs cultivant des ananas, des bananes et du maïs. L’écosystème est un trésor mondial, avec des plantes et des animaux endémiques, notamment des cycadales préhistoriques, l’arbre national en voie de disparition du Malawi, le cèdre Mulanje et certains des insectes et reptiles parmi les plus rares de la planète.

Malheureusement, l’exploitation d’antan continue, mais sous des formes différentes. L’exploitation forestière et minière menacent l’environnement local, et sans infrastructure industrielle, les habitants sont isolés et livrés à eux-mêmes.

La population d’ici est peut-être dotée de nombreuses ressources naturelles, mais la mère du progrès moderne lui a échappé. Seulement environ 15 % des Malawiens – et seulement 5 % environ des personnes vivant dans les zones rurales du pays – ont accès à l’électricité. À Bondo, un petit village au pied du mont Mulanje, certains habitants ont eu pour la première fois accès à l’éclairage la nuit en 2016. « Avant cela », selon le chef principal de la ville, « il n’y avait que l’obscurité ».

Ce manque d’électricité crée plusieurs problèmes pour une population croissante. Au lieu d’allumer un poêle, les habitants exploitent la zone autour de la montagne, abattant des arbres et des broussailles pour faire du feu ou créer du charbon de bois pour cuisiner. La nuit, les enfants étudient à la lumière dangereuses des lampes à pétrole et parfois ils n’étudient pas du tout. L’exploitation forestière dévaste la forêt et les incendies et les lampes créent une pollution nocive de l’air intérieur. Des donateurs étrangers, dont le gouvernement écossais, ont financé une petite centrale hydroélectrique pour Bondo en 2008 et, après huit longues années de construction, elle a commencé à fournir de l’électricité pour une partie de la population locale.

Pendant cette période, Carl Bruessow – un randonneur passionné et directeur du “Mt. Mulanje Conservation Trust” – a contribué à la création de la “Mulanje Electricity Generation Agency (Mega)”, le premier fournisseur privé d’énergie micro-hydroélectrique du Malawi. Mega est également une entreprise sociale dont la mission est de fournir de l’électricité aux citoyens de Bondo. Le coût brut de l’électricité produite par un petit projet hydroélectrique comme celui financé par les Écossais sur les rives d’une rivière à Mulanje est extrêmement élevé, proche de 90 cents le kilowattheure. Pour le contexte, l’électricité résidentielle aux États-Unis ou en Europe varie de 10 cents à 20 cents le KwH.

L’électricité du réseau en Afrique varie généralement entre 20 et 40 cents par kWh. Par exemple, au Kenya, c’est 27 cents. Carl, dans ses efforts pour redonner à la communauté locale, a largement subventionné ce coût pour les résidents de Bondo. Grâce à sa générosité, ils ont payé moins de 20 centimes par kWh à Mega pour l’électricité.

Carl a couvert la différence, mais une telle opération n’était pas viable. Jusqu’à présent, plus de 2 000 foyers étaient connectés au méga-réseau, mais 3 000 autres attendaient toujours d’être raccordés à leur domicile, et Carl manquait d’argent. Les centrales électriques produisaient plus qu’assez d’électricité pour alimenter 5 000 foyers, mais une grande partie de l’électricité restait inutilisée et ne pouvait pas être vendue, car Mega n’avait pas de capital pour pouvoir acheter l’équipement nécessaire pour connecter de nouveaux foyers. Il n’y avait pas non plus de capitaux pour envisager une expansion afin que l’énergie hydroélectrique ne diminue pas à la fin de l’été, pendant la saison sèche.

Dans certains endroits, les opérations industrielles pourraient acheter de l’électricité rurale inutilisée. Mais dans un endroit comme Bondo, il n’y a tout simplement pas beaucoup d’entreprises qui ont besoin d’électricité. L’électricité excédentaire ne pouvait pas être vendue, alors les centrales électriques ont construit des machines qui n’existaient que pour créer de l’énergie inutilisée. Cela était particulièrement tragique lorsqu’il pleuvait beaucoup, ou lors de périodes de faible demande comme la nuit, lorsque les centrales étaient obligées de dissiper l’écrasante majorité de leur précieuse électricité : un gaspillage total.

Il y a deux ans, les entrepreneurs Erik Hersman, Janet Maingi et Philip Walton ont lancé Gridless, une nouvelle société axée sur l’exploitation minière de Bitcoin hors réseau en Afrique. Le trio avait de l’expérience dans des sociétés comme Ushahidi, BRCK et iHub, avec une expertise dans la construction de matériel, l’écriture de logiciels, ainsi que dans la mise à l’échelle des infrastructures de communication et Internet, ce qui leur donne un curriculum vitae approprié pour cette nouvelle activité. L’une de leurs premières visites sur site a eu lieu à Bondo, où ils ont visité et inspecté les centrales électriques de Bondo avec Carl. Début 2023, un centre de données Bitcoin a été installé et lancé, et désormais, Carl et Mega disposent d’une nouvelle source de capital. En décembre, j’ai pu me rendre à Bondo pour comprendre comment tout cela fonctionne.

Aujourd’hui, tout excédent d’énergie généré par les centrales électriques de Bondo est vendu en temps réel au réseau Bitcoin par les mineurs de Gridless, et Carl reçoit 30 % de ces revenus. Il arrive directement dans le portefeuille de Mega, en BTC directement. Le nouveau capital permet à Mega de connecter davantage de clients à l’électricité, de réduire les coûts et d’étendre ses opérations, pour finalement connecter tous les habitants de la région de Bondo à l’électricité. Mega, la communauté et Gridless en profitent tous. Et qu’est-ce qu’il en ressort ici ? Aucune aide ou subvention gouvernementale n’est requise.

Bitcoin est souvent présenté par les critiques comme une activité qui gaspille de l’énergie. Mais à Bondo, comme dans tant d’autres endroits dans le monde, il devient extrêmement clair que si vous n’exploitez pas de Bitcoin, vous gaspillez de l’énergie. Ce qui était autrefois un écueil est désormais une opportunité. Les mineurs de Bitcoin peuvent être considérés comme des bousiers ( NDLR : il s’agit de scarabées qui nourrissent presque exclusivement d’excréments et de résidus de parturitions) récupérant l’énergie gaspillée dont personne d’autre ne veut et la transformant en quelque chose de précieux.

À mesure que Mega connecte de plus en plus de clients, Gridless pourrait débrancher certaines de ses machines minières et déménager ailleurs, ou peut-être déménager pour exploiter la production de nouvelles centrales électriques situées dans la même zone et qui attendent de se connecter à leurs clients. Si le réseau Bitcoin paie X, les clients devront payer X+1, de sorte qu’à terme, les mineurs commenceront à payer plus cher. Mais même dans une situation où, à 17 heures, la demande locale de Bondo absorbe presque la pleine capacité disponible, l’exploitation minière peut toujours être lucrative, car la demande est si faible et la rivière ne s’arrête jamais de couler.

Ailleurs au Malawi, le réseau national électrique est défaillant. Depuis décembre 2023, les personnes qui reçoivent l’électricité du réseau souffrent de 6 à 8 heures de « délestage » par jour, où de vastes pans de la population du pays n’ont plus accès à l’électricité. Mais à Bondo, il n’y a pas de gaspillage. Le mini-réseau est correctement équilibré par la demande des mineurs de Bitcoin. S’il n’y a pas assez d’énergie hydraulique, le logiciel automatisé de Gridless éteint les ASICs. S’il y a trop d’énergie hydraulique provenant, par exemple, de l’un des cyclones tropicaux qui frappent périodiquement la région, le fonctionnement ASIC de Gridless l’absorbe, à l’inverse. Il n’est pas étonnant que dans la petite Bondo, l’électricité fonctionne de manière plus constante que dans les grandes villes.

Une nuit, lors de ma visite à Bondo, Carl m’a demandé de faire une pause alors que le coucher du soleil s’estompait, pour regarder les collines autour de nous : toutes les lumières s’allumaient, partout au pied du mont Mulanje. C’était un spectacle puissant à voir, et stupéfiant de penser que le Bitcoin permettait de convertir l’énergie gaspillée en progrès humain.

Le potentiel de mise à l’échelle de ce modèle est ahurissant. Considérez : la production d’électricité en Afrique est généralement planifiée sur une période de 30 ans, par exemple. Les sites sont donc construits en se basant sur la capacité future, et non sur la capacité actuelle. Ainsi, lorsqu’un site comme celui de Bondo se lance, il faut un certain temps avant de pouvoir passer de 0 % à 20 % de capacité. À ce stade, avant Bitcoin, la compagnie d’électricité aurait peut-être dû facturer 5 fois le prix de l’électricité qu’elle vendait, juste pour se maintenir financièrement.

C’est catastrophique pour les clients, en particulier ceux à l’image du village Bondo, qui disposent des revenus disponibles les plus faibles du continent. Mais avec Bitcoin, le réseau achète désormais 100 % de toute l’électricité excédentaire disponible, ce qui réduit les coûts même si seul un petit pourcentage de la capacité de la centrale électrique est acheté par des consommateurs particuliers ou industriels.

On nous dit de croire que des progrès sont toujours possibles et que l’innovation humaine pure rendra les choses meilleures et moins chères. Mais au Malawi, compte tenu de l’effondrement de la monnaie locale, “le kwacha”, et du manque d’incitations aux investissements dans les infrastructures, l’expansion du réseau électrique n’a pas seulement été bloquée, elle est devenue prohibitive.

Bitcoin résout ce problème de deux manières : en fournissant directement une monnaie peer-to-peer de haute qualité aux producteurs d’électricité, et en leur permettant d’utiliser toute leur capacité, à tout moment, en abaissant les prix pour leurs clients et en augmentant leur bénéfices.

Selon Erik, environ 95 % de toutes les petites productions d’électricité en Afrique rurale sont financées par des financements concessionnels, alors qu’il faudra peut-être cinq à sept ans pour lever des fonds auprès de organisations caritatives. Le processus dépend de l’altruisme et la subvention, c’est quelqu’un d’autre qui « fait ce qu’il faut ».

Les microcentrales hydroélectriques de Bondo, par exemple, ont été financées par des donateurs étrangers, qui peuvent être très utiles pour lancer un projet mais qui ne prennent généralement pas en charge la facture des coûts d’exploitation ou d’expansion en cours. Ils ne sont pas non plus soumis à l’urgence et acceptent un délai de huit ans pour connecter les gens au réseau. Avec Bitcoin, les incitations sont différentes. Fini les donateurs, place aux co-investisseurs, qui sont très intéressés à ce que l’électricité soit opérationnelle le plus rapidement possible.

Pour l’avenir, il y a encore beaucoup de travail à faire à Bondo. Carl et Mega déterminent actuellement comment tirer parti de leur nouvelle source de revenus du réseau Bitcoin pour connecter des centaines de nouvelles maisons à l’électricité. Ils envisagent également l’agrandissement d’une nouvelle centrale électrique plus grande pour résoudre le problème de la baisse de production d’énergie pendant les deux mois les plus secs de l’année.

Il serait bien entendu construit en partenariat avec Gridless, afin de pouvoir commencer à générer des revenus immédiatement, dès le premier jour, même si la connexion de nouvelles maisons et entreprises peut prendre du temps.

L’importance cruciale de l’électricité a été soulignée lorsque nous avons rencontré les dirigeants communautaires de Bondo et les membres du comité d’électricité des résidents. Ils ont énuméré tous les nouveaux avantages dont bénéficie désormais la ville : auparavant, ils devaient parcourir 20 kilomètres à pied pour accéder à des choses comme des moulins à maïs, ou des téléviseurs, ou un réfrigérateur ou pour recharger leurs téléphones, ou pour que leurs enfants étudient le soir, ou pour obtenir des soins de santé. Maintenant, ils n’ont plus besoin de se déplacer.

Les femmes que nous avons rencontré ont même souligné une chose amusante : avant, les hommes du village allaient en ville pour regarder le football le soir, abandonnant un temps leurs familles. Mais aujourd’hui, ils ne partent pas, ils le regardent juste chez eux et sont là pour leurs femmes et leurs enfants. Les LED remplacent les lampes au kérosène, réduisant ainsi les risques d’incendie et la pollution de l’air intérieur. Le pourcentage des enfants qui accèdent à des niveaux de scolarité supérieurs a considérablement augmenté. La liste des améliorations des conditions de vie est longue.

À ce stade, vous vous dites peut-être : « Très bien, cela semble bien, mais pourquoi ne pas faire autre chose avec l’électricité produite par les rivières de Bondo ? Philip explique qu’aucune autre entreprise ne fonctionnerait mieux dans un endroit comme celui-ci, doté d’une énergie bon marché mais isolé des infrastructures.

Le coût de l’agriculture d’IA, par exemple, n’est que dans une faible mesure dicté par l’électricité : une puce peut coûter 30 000 dollars et consommer 1 200 watts. Comparez cela au minage de Bitcoin, où l’électricité représente une part énorme du coût, et une puce peut coûter 1 200 $ et utiliser 3 500 watts. Cela n’a donc aucun sens économique de construire un centre de données IA à Bondo, sans parler des problèmes de connectivité, de bande passante et de latence du réseau.

De plus, les processus d’IA ne peuvent pas être simplement activés et désactivés comme le minage de Bitcoin sans causer de dommages au service lui-même, de sorte que le calcul de l’IA, dans sa forme actuelle, ne peut pas être un équilibreur de réseau. Mais Bitcoin le peut : lorsque le micro-réseau doit déployer de l’électricité ailleurs, les mineurs peuvent facilement s’éteindre. Enfin, même si Mega essayait de servir les entreprises d’IA à Bondo, comment seraient-elles payées ? Ils tomberaient dans le piège des problèmes des taux de change, des frais de gestion de liée à la baisse de valeur de la monnaie locale. Avec Bitcoin, ils sont payés en satoshis qui sont acceptés dans le monde entier et vendables 24h/24 et 7j/7.

Un autre domaine à considérer concernant les conséquences du minage de Bitcoin : la chaleur. Lorsque nous avons mis nos mains sur l’air chaud qui sortait de l’arrière de l’installation Gridless à Bondo, nous avons ressenti une chaleur brûlante. Plus il y a de mineurs, plus il y a de chaleur. Un mineur est par essence un appareil de chauffage, et en plus il est étonnamment efficace.

Un nouveau documentaire Reason aide à expliquer cela, en se concentrant sur une piscine publique à Brooklyn, où le propriétaire paie désormais moins chaque mois en factures d’électricité pour chauffer l’eau de son spa avec des ASIC qu’avec des équipements de chauffage plus traditionnels. Toute opération de chauffage qui n’exploite pas Bitcoin gaspille probablement de l’énergie.

A des kilomètres au nord de Bondo, en R.D. Dans le spectaculaire parc national des Virunga au Congo, les rangers exploitent le Bitcoin avec de l’hydroélectricité bloquée depuis trois ans, générant des revenus essentiels pour la bioréserve et les cinq millions de personnes qui vivent à proximité.

En mars prochain, la chaleur des mineurs des Virunga sera exploitée pour sécher les fèves de cacao. Traditionnellement, cela se fait en plaçant les grains au soleil, où ils sont vulnérables aux intempéries et au risque d’être mangés ou volés par les animaux. Le séchage des grains avec le souffle chaud des mineurs accélérera considérablement le processus, et ce pour un coût supplémentaire minime.

Au lieu de dépenser 200 000 dollars pour une opération de séchage industriel, les gardes du parc ont simplement acheté pour 200 000 dollars d’ASIC capables de traiter le cacao et de gagner du Bitcoin en même temps. À l’avenir, si l’un de leurs concurrents transforme du cacao et n’exploite pas de Bitcoin, il gaspillera de l’énergie et sera moins compétitif.

Selon l’écologiste et partisan du Bitcoin Troy Cross , lors du dernier cycle de prix du Bitcoin qui a baissé à la fin 2021, l’exploitation minière était motivée par l’accès à des capitaux bon marché, et non par une énergie bon marché. Par exemple : Wall Street emprunte à bas prix pour acheter des actions de sociétés minières Bitcoin.

Mais au cours du prochain cycle, dit-il, cela dépendra de l’accès à une énergie bon marché. Et cela pourrait pencher en faveur de l’Afrique. Il pourrait même y avoir des endroits, dit-il, où le coût de l’exploitation minière, par exemple à Blantyre, vont dépasser les bénéfices des mineurs, mais les économies réalisées grâce à la chaleur excessive (vente de chocolat) renderont l’ensemble rentable. En réalité, dit-il, il faut penser en termes de : profit de l’exploitation minière plus profit de la chaleur moins le coût de l’exploitation minière. Partout où l’on trouve de la chaleur électrique de faible qualité, il y a des bénéfices Bitcoin non réalisés.

À Bondo, l’idée originale de Mega était de préparer des produits alimentaires à base d’ananas séchés en utilisant la chaleur excessive. Mais lors de notre visite, une nouvelle idée a germé : la mine elle-même se trouve sur une plantation de thé. Le thé, une fois cueilli, doit être séché en quelques heures, et cela se fait à l’aide de radiateurs qui aspirent l’électricité. Pourquoi ne pas utiliser des ASIC pour sécher le thé ? Les opérateurs y réfléchissent désormais.

Dans un endroit où l’électricité est généralement extrêmement rare, c’est un luxe de réfléchir à ce que l’on peut faire avec de l’énergie supplémentaire. C’est ce qu’il se passe à Bondo maintenant qu’il existe une technologie qui permet aux gens d’exploiter une nouvelle richesse, qui fait autrefois jetée par la fenêtre.

II. L’effondrement de la monnaie Kwacha

Un mercredi matin de novembre 2023, les 20 millions de citoyens du Malawi se sont réveillés et ont constaté que leur monnaie était dévaluée de 44 %. Le gouvernement et le FMI ont fait valoir que cette décision stimulerait les exportations et stabiliserait l’économie, mais pour l’individu moyen, tout ce qu’ils ressentaient était une diminution immédiate du pouvoir d’achat. De nombreux commerçants ont tout simplement fermé leurs portes pour la journée, car les employés avaient besoin de temps pour recréer les étiquettes de prix, dans les des stations-service et dans les épiceries.

Comme en Argentine, ce n’est pas une situation à laquelle la plupart des gens pouvaient échapper. En Argentine, il existe un marché noir du dollar largement accessible et sophistiqué. Au Malawi, cela n’existe pas. Les gens sont coincés avec la monnaie kwacha. Selon la Banque de réserve du pays, 85 % des Malawites ne sont pas bancarisés, ce qui signifie que presque tout le monde utilise les billets en kwacha émis par le gouvernement comme principale réserve de valeur et moyen d’échange. La dévaluation reste ici un moyen efficace de voler la population.

Si l’on devait concevoir l’arme parfaite, quelque chose qui pourrait nuire à tout le monde dans un pays en même temps, il serait difficile d’ imaginer une meilleure idée que la dévaluation de la monnaie. Contrairement à une explosion nucléaire ou à une arme biologique, elle peut blesser simultanément n’importe quelle personne. Dans ce cas précis, les dégâts ont été une réduction immédiate de 44 % du pouvoir d’achat et du niveau de vie de millions de personnes au Malawi, en particulier les classes les plus pauvres et les classes moyennes qui n’ont pas facilement accès à l’argent.

Ce n’est pas comme si le gouvernement organisait un référendum demandant aux citoyens de voter pour savoir s’ils souhaitent que leur pouvoir d’achat s’effondre la semaine suivante : bien sûr, personne ne serait d’accord.

Tout étai planifié et orchestré en secret, et cela a tendance à se produire du jour au lendemain. Ainsi, malgré le statut du Malawi en tant que pays partiellement libre, avec des élections relativement libres et équitables, la dévaluation était totalement antidémocratique. Cela fait partie d’un problème mondial plus vaste où la répression financière est ignorée, même si la répression politique est discutée et soulignée.

Les dévaluations, par exemple, ont tendance à être reléguées à la dernière page des journaux, considérées comme une question administrative. Pourtant, ils causent de graves dommages. Il est étonnant que la dévaluation ne soit pas considérée comme un crime, ni même un crime contre l’humanité. Le peuple du Malawi a résisté lors d’une série de manifestations. Ces petits soulèvements ont été réprimés, souvent brutalement, par la police. Et finalement, les manifestants ont été contraints d’abandonner et d’accepter la décision du gouvernement. Ce n’était pas non plus la première fois que le public était privé de son travail et de ses salaires à grande échelle : au cours des 20 dernières années, le kwacha a perdu 95 % de sa valeur par rapport au dollar, en grande partie lors de dévaluations planifiées comme celle-ci. .

Alors que nous traversions les marchés et les fermes près de Blantyre, il était clair que les gens qui travaillaient dur autour de nous n’avaient pas besoin d’une telle dévaluation. Ils étaient déjà parmi les plus pauvres du monde. Le revenu par habitant du Malawi, selon les Nations Unies, oscille autour de 650 dollars par an. Cela représente 33 cents de l’heure, en supposant une semaine de travail de neuf à cinq jours. Et c’est bien entendu le taux médian. Pour les personnes vivant dans des régions éloignées, c’est probablement beaucoup plus proche de 100 dollars par an ou 5 cents de l’heure. Et maintenant, chaque heure d’effort ne leur rapporte que 56 % de plus de céréales, de fruits, de viande, de temps d’antenne, d’électricité, de médicaments, d’enseignement privé ou d’essence qu’il y a deux mois.

Cette dévaluation particulière, comme tant d’autres, était le résultat de la pression étrangère du FMI et de la Banque mondiale, qui souhaitent que les pays clients passent par l’austérité avant de recevoir de nouveaux fonds. L’austérité est un euphémisme pour affaiblir la monnaie, mettre fin aux subventions sur les produits de base, réduire le bien-être social, augmenter les impôts, écraser les syndicats, nuire aux petites entreprises locales et créer des conditions plus favorables pour les grandes sociétés multinationales et les acheteurs de tout bien récolté, extrait ou produit localement. .

Après avoir achevé la dévaluation fin 2023 et satisfait ses créanciers, le Malawi a reçu le feu vert pour un prêt de 137 millions de dollars de la Banque mondiale, ainsi qu’un nouveau prêt de 175 millions de dollars du FMI. 115 millions de dollars de ces prêts ont déjà été remboursés début décembre : un plan de sauvetage de Noël pour les bureaucrates corrompus du pays. Le FMI prévoit que le Malawi aura besoin d’un allègement de dette d’un milliard de dollars au cours des trois prochaines années, ce qui entraînera une dévaluation beaucoup plus importante de sa monnaie à l’horizon.

La rumeur court qu’une autre dévaluation, peut-être encore de 25 %, est à venir. L’impact macro sur l’économie du pays a déjà été énorme : Airtel, l’un des plus grands opérateurs de téléphonie mobile du pays, a publié une déclaration fin 2023 selon laquelle le bénéfice de l’entreprise devrait être 100 % inférieur à celui enregistré en 2022. « Le L’écart défavorable », écrivent-ils, « est dû à l’impact de la perte de change… parce que le kwacha du Malawi a perdu 66 % de sa valeur par rapport au dollar américain depuis juin 2023 jusqu’à présent. » Les citoyens ont peut-être cessé de manifester dans les rues contre ce désastre, mais certains trouvent d’autres moyens, plus discrets, de mener une révolution.

Grant Gombwa est un étudiant vivant dans la région de Blantyre et est l’un des premiers organisateurs de rencontres Bitcoin du pays. Il aime l’idée d’une monnaie qu’aucun gouvernement ne peut dévaluer. La première rencontre officielle Bitcoin du Malawi aura lieu en février dans la capitale, Lilongwe. Grant fera le trajet de 5 heures pour s’unir à peut-être deux douzaines d’autres Bitcoiners. C’est un début modeste, mais compte tenu des conditions économiques, il s’agit probablement d’un ruissellement de ce qui finira par devenir un flot de nouveaux utilisateurs de Bitcoin. Grant a déclaré que, personnellement, ce qui l’inspire, c’est qu’avant, il était coincé, incapable de payer quoi que ce soit à l’étranger avec sa monnaie d’origine. Mais aujourd’hui, il a bénéficié d’une mise à niveau et peut parler le même langage monétaire que quelqu’un à New York, au Caire ou à Pékin.

Grant a estimé que parmi les jeunes du Malawi, âgés de 18 à 30 ans, presque tous possédaient un téléphone et qu’environ les deux tiers possédaient un smartphone. Bien entendu, tous les utilisateurs de smartphones ne peuvent pas se permettre des données cohérentes, mais cela ne les empêche pas d’utiliser Bitcoin.

Comme nous l’apprendrons davantage plus tard dans cette histoire, les Africains de pays comme le Malawi peuvent utiliser un service appelé Machankura pour envoyer ou recevoir des Bitcoins depuis n’importe quel téléphone basique u n’importe quel smartphone sans données : Internet n’est pas requis. Cela signifie qu’il existe une voie de sortie économique : il faudra simplement du temps à Grant et aux autres éducateurs locaux pour montrer aux gens le chemin.

Lors de nos conversations, Grant a expliqué une idée potentiellement prometteuse. Le gouvernement du Malawi, a-t-il déclaré, grâce aux incitations de bailleurs étrangers, installe des bornes de recharge pour véhicules électriques dans tout le pays. Il estime que très peu de locaux pourront réellement se permettre ce type de voiture, surtout au cours des premières années. Ainsi, ces générateurs électriques solaires resteront pour la plupart inutilisés, gaspillant l’énergie du soleil.

L’idée de Grant est d’apporter quelques ASIC à ces points de recharge probablement inactifs, de les brancher, de gagner des satoshis et de payer un pourcentage au propriétaire de la propriété pour s’assurer qu’il ne soit pas expulsé. Nous verrons si l’idée de Grant fait son chemin. Mais ce qui est certain, c’est qu’il y aura beaucoup d’autres idées de ce type, nées d’endroits comme Blantyre et Bondo, maintenant que l’énergie gaspillée peut être transformée en capital.

III. Transformer le feu en or numérique

La vallée du Grand Rift est l’une des plus grandes zones d’activité sismique et volcanique au monde. Le potentiel d’énergie géothermique dans cette partie de l’Afrique, qui s’étend sur 7 000 kilomètres au sud de la mer Rouge jusqu’au Mozambique, est vaste et presque entièrement inexploité.

Pour avoir une idée du potentiel que pourrait avoir l’exploitation minière de Bitcoin dans la région, j’ai visité un site situé à quelques heures de Nairobi, au Kenya, sur les rives du lac Naivasha. La situation est représentative de nombreuses opérations industrielles en Afrique rurale, ou d’ailleurs dans les zones rurales du monde entier. Une centrale géothermique de 1,4 mégawatt (qui canalise la vapeur chaude s’élevant d’un trou de 2 000 mètres de profondeur à travers une turbine pour produire de l’électricité) alimente une pompe à eau située à environ un kilomètre de là, sur les rives du lac.

La pompe pousse l’eau du lac jusqu’à un complexe de champs voisin, où des fleurs sont cultivées et exportées dans des supermarchés en Europe. Ce n’est qu’une des fermes de fleurs dans un pays qui en regorge : le Kenya est le plus grand exportateur de fleurs au monde, et tous ces champs ont besoin d’irrigation, et toute cette irrigation a besoin d’électricité.

Voici le problème : ces pompes à eau ne consomment pas d’énergie de manière constante. Cependant, l’énergie géothermique est toujours active, ce qui laisse entendre qu’une énorme quantité d’électricité est gaspillée en attendant que quelqu’un (ou quelque chose) vienne l’acheter. La géothermie est probablement la meilleure source d’énergie existante au monde pour l’exploitation minière de Bitcoin. L’hydroélectricité est une bonne chose, mais pendant les mois secs, elle peut ralentir. Le nucléaire serait peut-être meilleur dans l’absolu, mais il n’est pas pratique pour le moment pour les petits sites, et il faudra au moins dix ans avant qu’il soit déployé à travers l’Afrique.

La géothermie est 100 % propre et 100 % cohérente. Une centrale comme celle de Naivasha pourrait fonctionner pendant 40 ans, sans interruption et sans changement dans la production d’électricité. C’est l’un des nombreux systèmes qui représentent un total de 1 gigawatt (soit mille mégawatts) de production d’électricité rien que dans cette région. Le contremaître en charge du site nous indique que les collines et vallées environnantes pourraient effectivement supporter jusqu’à 10 GW d’électricité géothermique, mais que le reste serait inexploité.

À la pompe, nous voyons quelque chose qui pourrait bientôt être présent dans n’importe quelle opération industrielle dans la campagne africaine : une petite cabane surmontée d’un appareil Starlink émettant un fort bourdonnement. À l’intérieur se trouvent 144 ASIC Whatsminer, installés, soigneusement connectés et gérés par Gridless. Tout, de la cabane elle-même au logiciel, est fabriqué sur mesure en Afrique par des Africains. Il s’agit d’un centre de 500 kilowatts, ce qui est à peu près parfait, selon Erik, pour une situation comme celle-ci. Il me montre l’électricité réellement utilisée par les ASIC sur son téléphone portable : environ 375 kW en moyenne, chaque jour.

Ceci est projetable dans le futur. Gridless a réalisé une étude rétrospective de 5 ans sur les revenus miniers de Bitcoin et peut prédire qu’il sera payé entre 7 et 9 cents par kilowattheure par le réseau Bitcoin. Si le prix du BTC augmente, les bénéfices seront réduits par la nouvelle concurrence minière. Si le prix du BTC baisse, il devient plus facile de miner grâce à l’ajustement de la difficulté.

Le coût initial pour une installation comme celle du lac Naivasha se situe dans les six chiffres, y compris les ASIC et autres infrastructures. Les revenus quotidiens de la mine Bitcoin s’élèveront à quelques centaines de dollars. Gridless verse 30 % des revenus à la compagnie d’électricité sous forme de redevance forfaitaire pour le droit d’utiliser l’électricité bloquée. En fonction de la consistance de l’énergie excédentaire, Gridless récupère généralement son investissement en quelques années.

On peut rapidement voir à quel point le minage de Bitcoin va être extrêmement rentable dans toute l’Afrique. “En créant une centrale électrique à demande variable à l’avenir, vous devriez intégrer dès le départ l’exploitation minière de Bitcoin », explique Erik. “Sinon, vous gaspillez de l’énergie.”

Stocker l’énergie dans des batteries et l’utiliser plus tard semble être une bonne idée, mais cela n’a aucun sens économique ou technologique pour le moment, dit-il. Imaginez une opération légèrement plus grande de 2 mégawatts, similaire à celle du lac Naivasha, qui pourrait générer 1 000 000 $ de revenus bruts par an, et non pas en kwacha ou en shillings, mais en satoshis, payables directement sur le site, sans bureau de comptabilité ni frais de change nécessaires.

La scène au bord du lac est parfaitement digne d’une vision solarpunk : la chaleur de la Terre alimente l’agriculture et la mine Bitcoin élimine tout gaspillage d’électricité et la convertit en or numérique. C’est ici, dans un endroit comme celui-ci, que vous réalisez que le minage de Bitcoin n’est pas un gaspillage d’énergie aussi stupéfiant.

Plus tard, alors que je discute avec l’équipe Gridless des implications du site du lac Naivasha dans un restaurant de Nairobi, l’électricité est coupée pendant notre repas. Janet me dit que c’est typique au Kenya mais que Bitcoin peut aider à résoudre ce problème.

« Pendant la journée, il y a beaucoup de demande et nous éteignons nos machines », dit-elle. « La nuit, quand les gens s’endorment, nous allumons nos machines. Normalement, s’il y a trop de débranchements et trop vite, cela peut provoquer des coupures de courant. Mais nous pouvons équilibrer le réseau avec davantage de minage de Bitcoin. Nous pouvons absorber l’énergie entrante soudaine et nous pouvons ralentir les effondrements soudains de l’énergie en nous éteignant.

Les ASIC peuvent être activés et désactivés à tout moment sans nuisance, contrairement à la fabrication ou à d’autres processus informatiques, ce qui fait du minage de Bitcoin l’une des meilleures technologies au monde pour stabiliser les réseaux.

Ce que Gridless fait à petite échelle avec l’énergie hors réseau pourrait également aider les réseaux nationaux en difficulté sur tout le continent.

La micro-hydroélectricité et la géothermie ne sont pas les seules sources d’énergie suivies par Gridless. L’énergie solaire, disent-ils, ne fournit de l’énergie que pendant un tiers de la journée et nécessite une technologie de batterie coûteuse pour être viable. De telles batteries pourraient tripler le coût d’exploitation d’un site électrique, le rendant ainsi beaucoup moins attrayant.

Gridless a un œil sur quelques sites éoliens, mais une autre option plus intéressante semble êtrêe l’énergie de la biomasse. Au cours des dernières semaines, la société a mis en ligne deux nouveaux sites miniers de Bitcoin en Afrique de l’Est, alimentés par la biomasse.

Une nouvelle mine orne une installation de transformation du sucre et une autre complète une usine qui raffine le sisal, une fibre résistante utilisée pour les tapis, les cordes et autres textiles. Dans les deux cas, les restes de matière végétale sont brûlés et la chaleur fait bouillir l’eau pour alimenter une turbine produisant de l’électricité. Dans les deux cas, comme c’est le cas pour la plupart des opérations industrielles africaines, le site est trop éloigné de toute communauté résidentielle pour alimenter directement les habitations ou d’autres entreprises. Souvent, l’électricité est simplement renvoyée directement dans le sol.

La biomasse est généralement considérée comme une énergie propre et renouvelable : les plantes de sisal et de sucre aspirent le dioxyde de carbone de l’air dans leurs éléments constitutifs, puis lorsqu’elles sont brûlées, ce carbone est libéré dans le ciel. La production de sisal et de sucre est répandue en Afrique de l’Est et du Sud, et pourtant l’excédent d’énergie est généralement gaspillé.

Phillip explique que même dans le cas où une unité de production d’électricité est ajoutée à une raffinerie de sisal ou de sucre, les opérateurs ne peuvent généralement pas produire d’électricité à moins qu’environ 70 % de la capacité ne soient utilisés : sinon la chaudière tombe en panne. Dans le cas de la raffinerie de sucre, personne n’était suffisamment proche pour acheter l’électricité. Dans le cas de la ferme de sisal, la fonction de production d’électricité n’a tout simplement jamais été activée. Encore une fois : entrez Bitcoin. Grâce à la technologie de Gridless, ces centrales électriques fonctionnent désormais presque à pleine capacité et économisent l’électricité auparavant orpheline, la transformant en capital.

« Les ASIC deviendront un composant intégré de tout site énergétique », déclare Philip. « Une turbine, un transformateur et un conteneur minier. C’est exactement ce que vous ferez. Si vous ne le faites pas, vous ne serez pas compétitif. Vous gaspillerez de l’énergie.

IV. Le bitcoin sans internet

En 2023, quelque 600 millions d’Africains n’avaient pas accès à Internet. Plus de la moitié du continent est toujours hors ligne. Starlink rend possible ce que Gridless fait, et des entreprises innovantes comme BRCK continuent d’étendre l’accès à Internet dans les zones rurales. Mais à quoi sert Bitcoin pour le citoyen moyen d’un pays comme le Malawi, où seule une fraction de la population est en ligne ?

Il y a dix ans, Andreas Antonopolous, éducateur Bitcoin, se demandait : et si l’Afrique pouvait dépasser les néo-banques, tout comme elle avait dépassé les téléphones fixes ? Et si les gens utilisaient simplement leur téléphone pour accéder aux services financiers alimentés par Bitcoin ? Il s’est même demandé : cela serait-il possible sans accès à Internet ?

Comme le destin l’a voulu, un entrepreneur nommé Kgothasso Ngako, né à Mamelodi, un village à l’extérieur de Pretoria construit à l’origine par le gouvernement de l’apartheid d’Afrique du Sud, trouverait une solution.

“KG” comme on l’appelle communément – travaillait comme informaticien au Conseil pour la science et la recherche industrielle à Pretoria il y a environ 8 ans lorsque son patron lui a confié une nouvelle mission : en apprendre plus sur le Bitcoin.

KG s’est déjà vu proposer un paiement de 1 000 $ en Bitcoin en 2016 pour un travail à distance (1,3 BTC à l’époque, valant plus de 50 000 $ aujourd’hui), mais a plutôt préféré le paiement via PayPal. Pourquoi? Il ne savait pas comment utiliser bitcoin à cette époque. L’étude du CSIR sur laquelle il a travaillé a ravivé son intérêt, mais les chercheurs ont finalement conclu que la technologie blockchain était plus intéressante que le bitcoin lui-même.

En 2017, le prix du Bitcoin a grimpé en flèche et KG, comme beaucoup d’autres, a finalement jeté un coup d’oeil plus attentif. Mais ce qui a initialement attiré son intérêt, c’est la galaxie de jetons cryptographiques qui ont germé autour de Bitcoin. Début 2018, lorsque le prochain marché baissier a commencé à se faire sentir, il a échangé un nombre impressionnant de jetons sur Binance. Il avait un tas d’altcoins qui avaient perdu tellement de valeur qu’ils ne pouvaient même pas être échangés sur le site, alors KG a visité une « page poussiéreuse » pour les convertir en jeton BNB natif de Binance et à partir de là, il les a convertis en BTC.

Il a finalement fait suffisamment de lectures et de recherches et en a vu assez : il voulait commencer à épargner et à travailler dans le Bitcoin, pas dans d’autres monnaies numériques. Warren Buffet notamment l’avait inspiré : qu’est-ce qui prendra de la valeur sur 30 ans, pensait KG ? Bitcoin, pensa-t-il, et peut-être pas tellement les autres jetons.

Le premier projet Bitcoin créé par KG est Exonumia, du nom d’un ancien mot désignant l’étude des monnaies et de la numismatique. En 2018, il n’était pas prêt à contribuer au Bitcoin avec du code, mais au moins, pensait-il, il pourrait présenter l’idée à davantage de personnes. Exonumia est une plateforme de traduction à l’échelle africaine, toujours opérationnelle aujourd’hui, qui met du matériel éducatif Bitcoin dans des dizaines de langues africaines, du berbère au malgache en passant par le shona. La clé, selon KG, était l’architecture de la traduction elle-même.

La plupart des gens essaieraient d’automatiser les traductions à l’aide d’un logiciel. Mais ce n’était pas tout le but de la mission. Construire un réseau humain était le véritable objectif. KG a donc procédé « lentement » en recrutant des personnes dans divers pays d’Afrique et en les rémunérant pour faire le travail. Au fil du temps, il a fait la connaissance de Bitcoiners dans des dizaines d’endroits à travers le continent. En 2019, il a élargi ce réseau en hébergeant des espaces réguliers sur Twitter et en invitant toute personne en Afrique intéressée par Bitcoin. Les gens lui envoyaient des messages à l’improviste sur le compte Exonumia, avec de nouvelles idées, de nouveaux pays, et de nouveaux projets étaient nés.

Après son travail au CSIR, KG a occupé un poste chez AWS. Mais en fin de compte, le travail là-bas avait l’impression de l’éloigner encore plus des choses qu’il trouvait intéressantes. C’était, comme il le dit, complètement déconnecté des réalités de la vie dans les “townships” sud-africains où il a grandi.

Son projet Exomunia semblait bien plus important. Fin 2020, il décide de quitter le monde de l’entreprise et de travailler à plein temps sur Bitcoin. Le premier projet logiciel qu’il a lancé était un VPN, appelé ContentConnect.Net. La confidentialité est extrêmement importante pour KG. Il n’y a pas si longtemps, dit-il, les Sud-Africains vivaient sous un état dictatorial de surveillance et de contrôle. Il a souligné que Steve Biko (NDLR : un militant de la lutte anti-apartheid) avait publié sous un pseudonyme ses célèbres essais « J’écris ce que j’aime » : une fois que les autorités ont découvert qu’il en était l’auteur, elles l’ont traduit en justice et l’ont tué.

Tout le monde peut être un héros, dit KG, mais s’ils sentent que c’est trop risqué, ils ne prendront pas les mesures les plus importantes. Créer un VPN renforçant la confidentialité et accessible aux Africains était donc un objectif louable.

Le prochain projet de KG était une solution logicielle à ce qu’il considérait comme l’un des plus grands obstacles à l’adoption du Bitcoin en Afrique : le manque d’accès à Internet. Il y a 10 ans, il faisait partie d’un effort du MIT Global Startup Labs travaillant sur l’argent mobile en Afrique du Sud. Le problème était que le système d’argent mobile était fragmenté et ils voulaient essayer de relier les différents types de crédits utilisés à travers le pays. C’est là qu’il a commencé à bricoler l’USSD : un protocole de communication par messagerie texte, sans Internet requis. En mai 2022, un Bitcoiner namibien a écrit : « Il doit y avoir un moyen d’obtenir un portefeuille Bitcoin sur un téléphone mobile autre qu’un smartphone. Quelqu’un est certainement assez intelligent pour comprendre cela. Je crois en toi.” KG a rapidement répondu : « Donnez-moi 2 semaines. » Il était prêt. Il avait subi une réduction de salaire (connue sous le nom de « dividende de l’âme ») lorsqu’il avait quitté Amazon pour travailler sur son VPN, mais il était plus motivé que jamais pour travailler sur Bitcoin.

Quelques jours après son célèbre tweet, avec à l’esprit l’expérience du défi du MIT il y a dix ans, il a lancé Machankura, faisant référence au terme argot sud-africain qui désigne l’argent. Le nouveau service permet aux utilisateurs de téléphones multifonctions – ou aux utilisateurs de smartphones sans données – d’envoyer, de recevoir et de sauvegarder des Bitcoins. Certains des plus grands défis que Machankura surmonte se situent dans le domaine UX : traditionnellement, pour utiliser Bitcoin, les gens doivent copier et coller une adresse ou lire un code QR. Mais les téléphones basiques en général n’ont pas cette fonctionnalités.

L’outil devrait également utiliser Lightning, pour surmonter les frais de transaction on-chain de plus en plus élevés, mais USSD a une limite de 182 caractères, donc les longues factures Lightning ne conviendraient pas. La solution a consisté à adopter l’adresse Lightning, un mécanisme inventé par les ingénieurs logiciels brésiliens Andre Neves et Fiatjaf, qui donne aux utilisateurs de Machankura une identité lisible par courrier électronique.

Par exemple : [votre numéro de téléphone]@8333.mobi.

Aujourd’hui, les utilisateurs de Machankura peuvent s’envoyer du Bitcoin en utilisant des numéros de téléphone ou des « noms d’utilisateur » d’adresse Lightning. Ils peuvent également utiliser des adresses en chaîne ou des factures Lightning, en supposant que leurs téléphones disposent d’une fonctionnalité copier-coller, mais les deux premières options sont les plus utilisées. Pour lancer le service, un utilisateur compose un numéro depuis son téléphone, générant une réponse textuelle avec diverses options, une sorte d’arbre de décision. Pour envoyer, appuyez sur 1, etc. À partir de là, un utilisateur peut faire diverses choses avec Bitcoin sans Internet.

Une fonctionnalité puissante est le chevauchement avec Azteco, un service de bons (voucher). Ainsi, par exemple, KG pourrait se rendre dans un local en Afrique du Sud et acheter en espèces un bon appelé “OneVoucher”. Au Kenya, quelqu’un pourrait acheter un bon similaire en utilisant MPESA. Il s’agit d’un code à 16 chiffres comportant une certaine valeur, et ce code peut être saisi dans le menu Machankura. En fin de compte, KG et son équipe achètent un bon Azteco avec le code à 16 chiffres et créditent le compte de l’utilisateur Machankura. Cela permet aux utilisateurs de Machankura de « recharger » facilement leur compte Bitcoin en utilisant de l’argent liquide ou des crédits MPESA.

Machankura dispose également d’une API pour Bitrefill, de sorte que tout produit disponible sur Bitrefill peut être vendu sur l’interface utilisateur de l’application. La disponibilité varie selon les pays, mais lorsqu’ils accèdent à l’option 4 dans l’application, ils peuvent échanger des biens et des services : par exemple, du temps d’antenne ou des bons d’épicerie. Cela signifie qu’aujourd’hui, alors que nous entamons l’année 2024, la base d’utilisateurs de Machankura, composée de 12 000 Africains, est en mesure d’envoyer et de recevoir de la valeur dans le monde entier, d’acheter des minutes mobiles, d’acheter des bons d’achat de gaz ou d’essence, d’acheter de l’électricité (au moyen de bons prépayés) ou échangez en espèces, le tout en utilisant Bitcoin, sans Internet. Le rêve de KG commence à se réaliser.

Bien entendu, de grands défis demeurent. L’une d’elles s’étend à l’ensemble du continent africain. Actuellement, KG travaille avec des services comme Africas Talking pour accéder à différents réseaux télécoms. Dans ce modèle, Machankura paie une redevance mensuelle à Africas Talking pour le temps d’antenne, au lieu que les utilisateurs paient directement les télécommunications. La mise à l’échelle est un processus lent mais régulier, mais elle se produit même dans des endroits comme le Malawi. Un deuxième défi est la garde de bitcoin. Pour le moment, Machankura est un service de garde custodial. Signification : ils détiennent votre Bitcoin. “Pas vos clés, pas vos pièces”.

Ainsi, même s’il s’agit d’un outil très utile, il ne confère pas de droits de propriété à ses utilisateurs. Mais, dans le mois à venir, Machankura prévoit de publier une preuve de concept permettant aux utilisateurs de faire de l’auto-garde. Si cela fonctionne correctement, ce sera l’une des plus grandes innovations de l’histoire de Bitcoin, permettant aux personnes sans Internet d’être leur propre banque.

L’astuce, selon KG, est qu’une carte SIM est une plate-forme informatique capable de stocker des éléments. Il peut par exemple signer des transactions Bitcoin, ou s’interfacer avec le Lightning Network. Il est incité à pousser Machankura dans cette direction pour la mission de liberté humaine, mais aussi pour des raisons commerciales : ils ne veulent pas devenir aussi gros que MPesa, être responsables de tous les fonds des utilisateurs et supporter autant de risques de gestion des capitaux des clients.

Ainsi, lorsque KG s’adresse à Vodaphone pour proposer un partenariat à des dizaines de millions de nouveaux utilisateurs, il peut dire : comment souhaiteriez-vous faire découvrir Bitcoin à vos utilisateurs, sans risque de contrepartie ? C’est un « oui » beaucoup plus simple que s’il disait : faisons découvrir Bitcoin à vos utilisateurs, mais vous devez détenir tous les fonds et faire face à ces réglementations, lois et responsabilités.

En Occident, l’adoption du Bitcoin pourrait signifier les forces centralisatrices des grandes opérations minières en réseau et des ETF. Mais l’ironie est qu’en Afrique, l’arc technologique du Bitcoin rend la monnaie de plus en plus décentralisée. À mesure que le réseau consomme de plus en plus d’électricité bon marché hors réseau, sur des dizaines de sites complètement séparés, il devient de plus en plus difficile de l’arrêter. Et à mesure que le réseau ajoute de plus en plus d’utilisateurs autonomes sur potentiellement des millions et des millions de cartes SIM, il devient de plus en plus instoppable.

Comme le décrit Lyn Alden dans son livre Broken Money, jusqu’à présent, la technologie monétaire moderne était inexorablement centralisatrice à mesure qu’elle devenait plus numérique et plus avancée. Bitcoin brise cette tendance et l’Afrique aide Bitcoin à la briser.

Et comme l’Afrique aide Bitcoin, Bitcoin aide les Africains. KG dit que certains utilisateurs de Machankura ont commencé avec des téléphones basique, puis, après s’être impliqués dans l’économie Bitcoin, se sont achetés un smartphone. Ils se lancent sur Internet en utilisant Bitcoin. Et d’autres, via Gridless, se lancent dans l’électricité en utilisant Bitcoin. Ensemble, ils se dirigent vers l’avenir.

V. Combler l’écart entre les hommes et les femmes

Il y a 700 millions de femmes africaines. Tous, selon Marcel Lorraine, pourraient un jour être des utilisateurs de Bitcoin. Marcel, une entrepreneure et militante sociale kenyane, s’est donné pour mission d’intégrer les femmes d’Afrique dans un nouveau système monétaire qu’elles (et non leurs maris) peuvent contrôler et qui peut améliorer de manière significative leur propre liberté.

Son voyage a commencé en 2018, alors qu’elle effectuait un travail à Nairobi et qu’elle luttait avec ses finances personnelles. Elle dirigeait Loryce, son entreprise de conseil pour les événements corporatifs et sociaux. Elle économiserait ses bénéfices, dit-elle, mais à la fin de l’année, elle avait toujours moins de profits. Le gouvernement, dit-elle, a continué à augmenter les impôts. Et sa seule option était d’épargner sur un compte bancaire en shillings, qui ne cessait de se déprécier rapidement. Pour rappel, bien qu’il ne soit pas aussi faible que le kwacha, le shilling kenyan s’est déprécié de 21 % par rapport au dollar en 2023, qui lui-même s’est également déprécié par rapport aux biens et services. En fin de compte, les Kenyans reçoivent au moins 25 % de moins pour leur salaire qu’il y a un an.

Marcel a entendu parler de crypto-monnaie et de finance décentralisée. « Puis-je être rémunérée pour cela », se demande-t-elle, « pour m’épargner les tracas des frais et de l’inflation ? » À cette époque, a-t-elle déclaré, il y avait un battage médiatique ridicule autour de la blockchain au Kenya. Il y a eu des tonnes d’escroqueries et des tonnes d’événements promus autour de différents jetons. À cette époque, il n’existait pas de pôles ou de groupes éducatifs : vous vous présentiez à un événement en espérant qu’il ne s’agissait pas d’une arnaque. «J’ai investi dans une variété de jetons», dit-elle, «y compris Bitcoin. J’ai gagné de l’argent. J’ai perdu de l’argent. C’était frustrant.

Pendant la pandémie de COVID, elle ne pouvait pas faire de production d’événements, elle faisait donc du day trading en shillings et en dollars. Elle a décidé de se concentrer sur Bitcoin, car elle n’avait pas le temps d’étudier plus d’un type d’investissement, et en plus, comme elle le dit, c’est la mère des monnaies numériques.

En 2022, Marcel a aidé à organiser le premier événement Bitcoin post-pandémique au Kenya en avril dans un hôtel de Nairobi, dans une salle de conférence remplie de Bitcoiners. Parmi les participants figuraient les éducateurs locaux Rufas Kamau et Maître Guantai, et même Paco de la India, qui était de passage dans son voyage pour parcourir le monde uniquement en utilisant Bitcoin.

Lors de cet événement, Marcel a remarqué un problème : il y avait beaucoup d’hommes mais seulement deux femmes, et elle était l’une des deux. Elle avait remarqué que les événements crypto et blockchain présentaient un écart entre les sexes, peut-être seulement 30 % de femmes. Mais 98-2% pour les événements Bitcoin ? “Nous pourrions faire mieux”, a-t-elle déclaré. Elle a donc contacté quelques amies, qui lui ont dit qu’elles avaient peur d’aller aux événements Bitcoin, parce que l’environnement semblait dominé par les hommes. OK, bien, pensa-t-elle : « Il y a un problème et je peux trouver une solution. »

Marcel a créé Bitcoin DADA en 2022 comme un espace sûr permettant aux filles et aux femmes d’en apprendre davantage sur la liberté financière. La première cohorte a eu lieu en mai, avec 20 personnes, uniquement son cercle d’amis. Depuis, elle donne des cours en ligne tous les mardis et jeudis à 21h00. Au début, il s’agissait uniquement de femmes kenyanes. Dans la deuxième cohorte, ils comptaient 40 étudiants. Chaque cohorte dure 6 semaines. Aujourd’hui, dit-elle, ils ont organisé cinq cohortes et plus de 300 femmes ont suivi le cours, avec un total de 130 diplômées. Tous ont désormais une solide compréhension du Bitcoin. Ils savent comment se protéger eux-mêmes et acheter du Bitcoin sans KYC via des transactions au comptant.

En passant par Nairobi, je regarde Marcel utiliser sans effort Bitnob et Machankura pour acheter du Bitcoin avec MPESA, puis envoyer du Bitcoin sans utiliser aucune donnée. Je pense à quel point les gens de Wall Street ou de la Silicon Valley seraient époustouflés par cet exploit, qu’elle rend si simple. Marcel suggère normalement une gamme de portefeuilles dans son cours, y compris le portefeuille self-custody Muun et Phoenix, et le portefeuille non-custodial de Wallet Of Satoshi pour les petites transactions.

Pour les échange en monnaie locales, Marcel recommande généralement l’application Bitnob, fondée au Nigéria. Les étudiants, comme tout le monde au Kenya, disposent de MPESA et utilisent Bitnob pour l’échanger contre du Bitcoin, puis retirer, par exemple, un portefeuille Muun. Le Kenya est beaucoup plus développé que le Malawi, mais de nombreux utilisateurs de smartphones ne disposent toujours pas de données cohérentes, ce qui fait de Machankura également un outil clé. Pour le programme principal, Marcel utilise le livre Mi Primer Bitcoin (créé à l’origine au Salvador), puis elle présente aux étudiants des exemples pratiques expliquant pourquoi il est important pour les femmes africaines de devenir Bitcoiners.

En 2022, Marcel a entendu parler pour la première fois de la conférence Africa Bitcoin Conférence (ABC) au Ghana. L’éducatrice autrichienne Anita Posch s’est approchée de Marcel et lui a demandé si elle y allait : non, Marcel a répondu, c’était trop cher. Mais Anita a insisté et a aidé à organiser une collecte de fonds, et a contribué pour la moitié tandis que la communauté a couvert le reste. Lors de sa visite à Accra en décembre 2022, Marcel s’est inspirée de ce que l’organisatrice de la conférence et militante togolaise des droits humains Farida Nabourema avait créé.

En 2023, Marcel est revenu à la deuxième édition de la conférence avec 4 femmes, et Bitcoin DADA a aidé deux équipes dirigées par des femmes à participer au hackathon de l’événement. Marcel propose désormais un programme de mentorat qui aide les femmes à s’exprimer en leur propre nom, que ce soit sur les réseaux sociaux ou lors d’événements comme ABC, pour les aider à raconter leurs propres histoires.

Sur le terrain, Marcel visite les universités et anime ensemble des formations pour femmes et hommes. Les étudiants sont vulnérables car ils sont souvent ciblés par des escroqueries. Elle décrit les efforts obscènes déployés par WorldCoin pour essayer d’inciter les étudiants à acheter et à échanger leur jeton au Kenya. Bitcoin, souligne-t-elle, ne dispose pas d’un budget marketing similaire. Selon elle, l’enseignement et la formation des jeunes sont sous-financés et revêtent une importance vitale. Chaque personne qui a récemment assisté à l’un de ses événements dans une université a été ciblée par WorldCoin : une réalité brutale.

Les objectifs de Marcel sont de rationaliser le programme de mentorat de DADA afin qu’ils puissent faire correspondre les talents et les compétences des entreprises Bitcoin, aider à embaucher des femmes dans le secteur et également s’étendre à différents pays. Plusieurs de ses mentorés ont déjà obtenu des emplois ou des bourses dans l’écosystème Bitcoin, dans des organisations comme Btrust ou ABC. Elle dit qu’ils comptent désormais 30 anciens élèves actifs en Ouganda, et davantage au Nigeria, en Afrique du Sud et en Tanzanie.

« Pour moi, dit Marcel, Bitcoin nous redonne la voix. C’est dur d’être Africain, et encore plus dur d’être une Africaine. Cela nous donne une indépendance financière et une opportunité de travailler sur nous-mêmes.

Marcel soutient depuis longtemps une école particulière de Kibera à Nairobi, le plus grand bidonville urbain d’Afrique. Elle a personnellement vu Bitcoin aider les gens à s’échapper. Elle sait que cela peut aider à en obtenir beaucoup plus, mais il reste encore du travail à faire.

Sa mission semble être un défi de taille : passer de ce qui ne représente probablement que quelques milliers de Bitcoineuses africaines à des dizaines de milliers, des centaines de milliers, des millions et finalement des centaines de millions. « Si je ne fais pas cela, dit Marcel, j’aurais laissé tomber mes sœurs. On pense que la finance est une affaire d’hommes, c’est pourquoi les femmes sont victimes d’abus financiers. Je ne veux pas abandonner le femmes. »

Bitcoin, dit-elle, permet de sortir des problèmes macro comme la dévaluation de la monnaie et des problèmes micro comme la répression à l’intérieur du foyer. Une grande partie de l’aide étrangère, dit-elle, n’arrive pas jusqu’aux bidonvilles. Bitcoin aide car il gsarantit que l’argent arrive directement là où il doit être : « Nous éliminons le gaspillage et la corruption. »

Lors de ma dernière nuit à Nairobi, je rencontre Felix, un entrepreneur Bitcoin local. Comme beaucoup d’autres que j’ai rencontrés, il dirige désormais une entreprise Bitcoin, dans son cas, il vend des marchandises, et il est payé en satoshis. Il explique à quel point l’intégration Lightning chez Binance a été un pas énorme pour les Kenyans, car ils peuvent désormais s’interfacer instantanément avec Wallet of Satoshi, Phoenix, Machankura et d’autres applications avec des frais très bas.

Il explique que Binance p2p est également largement utilisé pour échanger du MPESA vers le Bitcoin. Je lui pose des questions sur Marcel et il s’extasie sur son travail. Il dit qu’il est essentiel d’impliquer les femmes dans l’adoption du Bitcoin et que Marcel fait l’œuvre de Dieu dans ce domaine. «Elle est en train de combler le fossé entre les hommes et les femmes», a-t-il déclaré.

VI. Des producteurs africains, pas des consommateurs

L’exploitation minière du Bitcoin pourrait contribuer à fournir de l’électricité à des millions d’Africains, mais si les bénéfices ne sont pas dépensés dans l’économie locale et utilisables par tous les citoyens, il ne s’agit alors que d’une révolution partielle.

Si l’un des défis pour l’adoption populaire du Bitcoin en Afrique est le manque d’Internet, et un autre est la faible utilisation chez les femmes, alors un autre, selon Femi Longe, est de briser le cycle de dépendance à l’égard de l’Occident.

Femi est un entrepreneur social nigérian avec 20 ans d’expérience dans le mentorat de technologues et de fondateurs de start-up africains, et a joué un rôle clé dans la création et la gestion des deux pôles technologiques les plus importants au Nigeria et au Kenya. En 2022, il a été embauché pour diriger les Qala Fellows, une initiative de Tim Akinbo, Carla Kirk-Cohen, Bernard Parah et Abubakar Nur Khalil visant à accélérer le processus visant à inciter les ingénieurs informaticiens africains à contribuer à l’écosystème Bitcoin.

L’année dernière, Qala a été rachetée par Btrust – l’association caritative fondée par Jack Dorsey et Jay-Z pour soutenir l’infrastructure Bitcoin en Afrique et dans les pays du Sud – et renommée Btrust Builders, dont Femi siège désormais en tant que directeur. Il s’efforce d’aider les Africains à gravir les échelons de la chaîne de valeur du Bitcoin. Plutôt que d’être simplement des consommateurs, comme le sont les Africains à bien des égards dans le système financier mondial existant, il souhaite qu’ils soient des producteurs dans la nouvelle économie Bitcoin.

Femi affirme que ce voyage comporte deux étapes : premièrement, impliquer davantage les Africains dans les discussions sur les protocoles et les infrastructures. Comme le dit Jack Dorsey, si le Bitcoin veut être de l’argent pour le monde, il doit être fabriqué partout dans le monde. Femi estime que les points de vue africains seront nécessaires pour faire évoluer Bitcoin à son véritable potentiel.

Nous pouvons déjà en voir la preuve dans la feuille de route des produits de Machankura, qui pourrait aider à décentraliser et à renforcer Bitcoin en créant potentiellement des millions d’utilisateurs supplémentaires, et dans le travail de Gridless, qui rend l’exploitation minière plus résistante et plus résistant à la censure. Selon Femi, la deuxième étape du voyage consiste à créer des outils et des applications Bitcoin qui aident les Africains à améliorer leur qualité de vie, dans le contexte de leur propre communauté, ville et pays.

Femi dit que ce n’est que le début : en 2022, lorsque Qala a participé au hackathon “Build for Africa” autour de la première conférence Africa Bitcoin, ils ont eu du mal à attirer des participants. Les gens « y allaient doucement », a déclaré Femi. Mais en 2023, il a déclaré que l’afflux de talents était impressionnant. L’un des gagnants a été BitPension, une start-up visant à permettre à n’importe qui en Afrique de créer une pension libellée en BTC, où chacun peut acheter des satoshis en petites quantités chaque jour, qui entrent dans une garde personnelle limitée dans le temps. Les retraites d’aujourd’hui, dit Femi, pourraient facilement vous appauvrir, ou encore finir dans des sociétés pétrolières ou d’armement. BitPension, ou une idée similaire, pourrait changer la donne. La société a gagné 5 000 $ de BTC et construit actuellement un produit minimum viable (MVP). Femi a également souligné Splice, un autre participant au hackathon, qui exploite les communautés locales d’agents d’argent mobile pour faciliter les transactions stabilisées en dollars sur Lightning en utilisant Taproot Assets.

Femi affirme que la mentalité occidentale autour du Bitcoin est trop centrée sur l’aspect épargne, et pas assez sur la partie moyen d’échange. Selon lui, cette importance excessive accordée à l’épargne ralentit l’adoption et cimente la monnaie fiduciaire comme rampe d’accès au Bitcoin. Une grande partie du travail à faire ne consiste pas seulement à apprendre aux gens à économiser, mais également à s’asseoir avec des applications locales de covoiturage, par exemple, et à leur montrer comment ajouter des paiements Bitcoin natifs. La seule façon de sortir d’un système monétaire brisé est d’en construire un nouveau, dit-il, en laissant complètement l’ancien derrière nous.

Considérez la journée d’une personne moyenne, explique Femi, et demandez-vous : quels sont tous les points de contact où elle va interagir avec l’argent ? Maintenant : comment pouvons-nous placer Bitcoin sur l’un d’entre eux ? Comment pouvons-nous les aider à créer des options leur permettant de dépenser le Bitcoin qu’ils gagnent ? S’ils n’ont pas ces options, dit Femi, ils restent partie intégrante du système d’exploitation fiduciaire. Selon lui, plus nous avons de services marchands, plus nous pouvons acheter de biens et moins la conversion en dollars américains suscitera d’intérêt. « Si nous n’obtenons pas l’adhésion des commerçants, dit-il, nous resterons coincés dans le passé ».

Une autre idée de Femi est que les portefeuilles seront à l’avenir des fonctionnalités et non des produits de base. « L’endroit où vous conservez vos pièces est important. Le plus important est ce que vous pouvez en faire », dit-il. Il y aura, dit-il, des solutions de retraite, des solutions de règlement du commerce international, des solutions de paie : actuellement, beaucoup de ces services sont déconnectés des portefeuilles, et ils seront éventuellement intégrés.

Femi se concentre également sur l’aide aux Africains pour construire des récits forts. Il souligne qu’il n’existe pas de livres Bitcoin écrits par des Africains. « Nous devons raconter nos histoires et documenter nos expériences », dit-il. « Il existe un récit fort sur ce à quoi sert Bitcoin et à qui il s’adresse », dit-il. De nombreuses personnes qui utilisent Bitcoin dans leur vie quotidienne au-delà de leurs économies ne savent pas ou ne sont pas très douées pour expliquer cela aux autres. Ou alors, ils ne veulent peut-être pas alerter les autorités. Il cite par exemple les importateurs nigérians qui ne veulent pas que l’État sache qu’ils paient en Bitcoin. Le gouvernement, pour sa part, a demandé à toute banque de geler les comptes liés au Bitcoin ou à la crypto-monnaie.

Lorsque les gens considèrent le Nigeria comme l’un des 10 premiers pays en matière d’adoption du Bitcoin, ils disent : il y a tellement de hodlers au Nigeria. Non, dit Femi : « beaucoup de ces gens n’ont même pas de portefeuille. Il leur suffit d’envoyer des fonds en Chine demain. Ils envoient des nairas à un gars qui fait le transfert. Bitcoin commence à changer le tissu du commerce international, mais personne ne le sait. C’est en partie parce que les gens ne veulent pas que les autres connaissent les détails, mais encore une fois, c’est parce qu’il n’y a aucun investissement dans une plateforme pour aider les gens à raconter leur histoire.

L’écosystème Bitcoin, dit-il, ne fait pas le travail nécessaire pour contrer ce que pourrait dire le FMI. Il existe très peu de données empiriques sur l’adoption, ce qui, selon Femi, pourrait réellement aider les décideurs politiques. Un de ses contacts au sein du gouvernement nigérian lui a dit : « J’ai besoin de quelque chose pour me convaincre que cela a du sens, qu’il ne s’agit pas simplement de transmettre le pouvoir d’un groupe de Blancs à un autre. » Selon Femi, il n’y a pas non plus assez de travail en cours pour aider les gens à éviter les escroqueries et les stratagèmes symboliques. Cela nuit à l’individu et à tout gouvernement cherchant à innover. Regardez la République centrafricaine, dit-il. “Ils ont essayé de suivre le Salvador, mais une bande d’escrocs l’ont poussé à se concentrer plutôt sur le sangocoin.

« Pour avancer, je pense que nous devons écrire des livres », déclare Femi. «C’est effrayant pour beaucoup d’entre nous parce que nous ne l’avons jamais fait auparavant. Nous ne savons pas quel est le processus. Il dit qu’il y a 16 ou 17 ans, il voulait lire un livre de non-fiction sur l’Afrique écrit par un Africain – et il était très difficile d’en trouver un éditeur. Unchained Africa de l’économiste ghanéen George Ayittey a été l’un des premiers qu’il a vu, mais il n’y en avait pas beaucoup d’autres comme celui-ci. Selon Femi, ce problème se répercute désormais sur l’espace Bitcoin. Ce que son collègue leader du Btrust, Abubakar Nur Khalil, fait avec ses chroniques sur Forbes est formidable, dit-il, « mais nous avons besoin de livres et de mentorat pour savoir comment y parvenir ».

Femi pense que beaucoup de choses pourraient mal tourner. Il se méfie du pouvoir des milliardaires du Bitcoin alors que la monnaie continue de croître à grande échelle. « En tant qu’Africain, dit-il, nous avons vu que Bill Gates avait peut-être de bonnes intentions, mais sa fondation a actuellement une influence considérable sur la politique de santé du continent. Zuck est peut-être génial – mais encore une fois, son entreprise a une énorme influence ici. Il y a donc une partie de moi qui a peur que même si le système se décentralise, dans un monde hyperbitcoinisé, il y aura toujours des gens avec un pouvoir démesuré. La véritable promesse du Bitcoin est que tout le monde ait une chance équitable. Le monde dans lequel nous vivons est brisé : l’écart entre les plus riches et les plus pauvres, dans chaque pays, n’a jamais été aussi large. Reproduire ces mêmes déséquilibres dans le monde Bitcoin serait un échec.

Malgré cette inquiétude, Femi affirme que les Africains « ne peuvent pas se permettre de rester à l’écart ». Bitcoin, dit-il, est inévitable et existe déjà autour de nous. Il pense que cela pourrait changer le système monétaire mondial existant. « Ce qui se passe en Afrique, dit-il, affecte la manière dont les Noirs sont traités partout dans le monde. Bitcoin est une opportunité de redéfinir le système et la structure du pouvoir.

Il espère que lorsque Bitcoin aura atteint son plein potentiel, la place de l’Afrique dans le monde sera différente. Indépendant et non dépendant. « Je déteste venir d’un continent où tout le monde veut juste aider », dit-il.

Mais la seule façon pour l’Afrique de réellement bénéficier de la révolution Bitcoin, dit-il, est que les Africains montrent la voie. « L’espoir que j’ai, dit-il, n’est pas infaisable. Nous devons y parvenir.

VII. Un défaut dans la matrice

Au Kenya, j’ai eu la chance d’entendre Philip raconter l’histoire de l’origine de Gridless : il y a 10 ans, lui et Erik discutaient du parc éolien de Turkana, un énorme projet de 400 mégawatts construit au Kenya et qui n’avait plus de clients depuis des années. Le gouvernement a dû payer 9 à 10 centimes par kWh pour rien. En effet, les architectes ne construiraient pas le site sans un revenu garanti d’un gouvernement ou d’un client principal. La situation est courante : un contrat « take or pay ». Le pire : le Kenya dispose de beaucoup d’énergie géothermique bon marché, mais elle est souvent maintenue hors ligne parce que le gouvernement doit déjà payer pour l’énergie éolienne coûteuse.

Erik et Philip ont regardé cela se dérouler et ont pensé : quel désastre. Ils se sont également demandé : comment pourrions-nous résoudre ce problème ? Qu’est-ce qu’un utilisateur expérimenté qui n’a pas besoin de beaucoup de connectivité ? C’est indépendant de l’emplacement ? Au départ, ils envisageaient d’implanter une usine de transformation d’aluminium à Turkana, mais les défis logistiques étaient écrasants. Ils ont alors pensé à un centre de données. Mieux, mais Internet ne suffirait pas, pensaient-ils.

Enfin, le moment Eurêka : Bitcoin pourrait résoudre ce problème. Ils se moquent de la façon dont ils auraient pu réussir s’ils avaient pris ce risque il y a dix ans. Bien sûr, c’était le début à l’époque, et l’exploitation minière à Turkana était une idée un peu trop folle pour laquelle ils pouvaient abandonner leurs emplois actuels. Ce n’est qu’en 2022 qu’ils ont finalement mis tout en place pour faire de Gridless une réalité.

Pour de nombreux Africains, Bitcoin représente une double révolution : permettre aux communautés d’utiliser l’énergie bloquée et, en même temps, leur donner accès à une économie mondiale parallèle, basée sur les droits de propriété, sans emprunter à l’étranger sous des conditions strictes.

Dans le système financier moderne, des pays comme le Kenya, le Malawi et la RDC doivent obtenir des dollars ou des euros pour acheter des avions, des équipements industriels, des engrais, du pétrole ou même pour rembourser leurs dettes. Un producteur étranger n’acceptera pas le kwacha comme moyen de paiement. Et imprimer des kwacha pour acheter des dollars n’est pas une option : cela fait chuter la monnaie locale. Les décideurs politiques doivent donc se concentrer sur la production de produits qui répondent aux attentes des États-Unis, de l’Europe ou de la Chine, plutôt que de répondre aux besoins du pays. C’est seulement alors qu’ils pourront gagner l’argent nécessaire pour pouvoir progresser en tant que nation.

Il ne doit pas toujours en être ainsi. Si Bitcoin devient un élément de plus en plus important de l’économie mondiale, les pays africains seront en mesure de transformer leur énergie en une monnaie de réserve mondiale, sans demander la permission ni faire des affaires avec un empire ou une puissance lointaine.

La quantité relative de Bitcoin n’est peut-être pas énorme, tout bien considéré, mais l’économie est avant tout une question de marges, où cela pourrait faire une grande différence.

Aujourd’hui, l’Afrique compte 45 monnaies. Le commerce intercontinental est en proie aux retards, à la bureaucratie et à la recherche de rentes, notamment provenant de l’étranger. Fin 2022, 80 % de tous les paiements interafricains étaient traités par une entreprise européenne ou américaine. Mais dans un monde Bitcoin, les Africains pourraient commercer entre eux sans payer ce qui est essentiellement un tribut aux anciennes puissances coloniales. Il n’y aurait pas de recherche de rente globale dans la mesure où un habitant de la RDC échange avec un kenyan : il pourrait s’agir d’une véritable transaction peer-to-peer.

Il est bien sûr difficile de dire si les choses se passeront de cette manière. Mais toutes les révolutions commencent modestement et grandissent. Aujourd’hui, les individus en Afrique de l’Est peuvent déjà facilement se connecter avec leurs pairs ailleurs sur le continent, en quelques minutes ou quelques secondes, d’une manière qui ne profite pas indûment à l’Occident.

Les technologies fondamentales comme la charrue, la métallurgie, la machine à vapeur, l’avion et Internet ont fait progresser la civilisation au-delà des rêves les plus fous de nos ancêtres. Les gens d’aujourd’hui vivent sans aucun doute plus longtemps et en meilleure santé qu’il y a 1 000 ou 5 000 ans. Cela ne veut pas dire que cela a toujours été positif : l’avancement dans un endroit s’est souvent fait au détriment d’un recul dans un autre domaine.

Le colonialisme, la tyrannie, l’esclavage, l’asservissement des femmes et la guerre restent des fléaux sur la planète.

On se demande ce qui pourrait résulter d’une révolution monétaire comparable aux plus grandes inventions de l’histoire de l’humanité.

Moralement parlant, il est difficile de défendre le système actuel, dans lequel environ un milliard de personnes bénéficient d’une monnaie de réserve mondialement acceptée et librement négociable, et où sept milliards gagnent des salaires dans des supports monétaires strictement inférieures.

La monnaie dominante est parfois sauvée par des tactiques telles que des hausses agressives des taux d’intérêt qui écrasent plus de 150 autres monnaies plus faibles, réduisant ainsi les salaires de milliards de personnes. La politique et les marchés ont tous deux joué un rôle dans la création de ce système de castes monétaires, et laissé seul, il semble que celui-ci pourrait devenir de plus en plus brutal, avec des monnaies périphériques devenant de plus en plus faibles et les monnaies dominantes devenant de plus en plus répandues.

Ironiquement, lorsque l’Occident subit un effondrement financier, les gens se tournent vers le dollar.

Le lieu de naissance ne devrait pas déterminer la qualité de votre salaire, et pourtant c’est le cas. Jusqu’à maintenant. Bitcoin est, sans exagération, quelque chose comme un problème qui règle le système. Quelque chose que le système actuel n’attendait pas et ne peut pas traiter.

S’il continue de croître et de s’étendre, il finira par éliminer l’option de « dévaluation de la monnaie » que les gouvernements du Malawi et de tant d’autres pays utilisent pour maintenir à flot leurs opérations corrompues. Ils devront recourir à d’autres options : des impôts plus élevés ou une réduction des dépenses publiques, mais ils ne pourront plus perpétrer des vols massifs en appuyant simplement sur un bouton.

Il y a trois ans, inspiré initialement par la lettre aux actionnaires de Stone Ridge de 2020 rédigée par Ross Stevens et confirmée par des entretiens avec divers mineurs de Bitcoin, j’ai écrit sur la façon dont Bitcoin contribuerait à mettre en ligne de nombreuses nouvelles énergies renouvelables en Afrique. Mais je n’avais aucune idée à quelle échelle, jusqu’à ce que je commence à visiter certains des sites Gridless, et j’ai eu le temps de bien réfléchir aux implications, qui sont vraiment stupéfiantes.

Par exemple, au lieu d’un gouvernement essayant de construire des infrastructures électriques en empruntant de manière inconsidérée, en vendant des actions à des étrangers, en réduisant les dépenses budgétaires ou en augmentant les impôts, pourquoi ne pas simplement concevoir une stratégie autour de l’exploitation minière du Bitcoin ? Le Kenya pourrait envoyer une équipe de chercheurs pour cartographier tous les sites comme le lac Naivasha, déterminer le gaspillage total d’électricité sur les sites de production d’électricité existants, déterminer combien d’ASIC ils pourraient intégrer, tracer les revenus, puis contracter un dernier prêt fiduciaire du FMI ou un créancier international.

Au fil des années, les paiements fiduciaires au FMI seraient éclipsés par l’appréciation du capital provenant des opérations minières de Bitcoin. À terme, ils pourraient se libérer de leurs dettes.

On ne peut pas non plus s’empêcher de s’interroger sur les flottes d’ASIC plus anciens, qui ne sont plus très rentables avec les tarifs d’électricité occidentaux élevés, mais parfaitement fonctionnels avec l’énergie bon marché ou gratuite débloquée en Afrique et dans les pays du Sud. Ils pourraient être, et seront probablement, une aubaine pour les mineurs hors réseau dans des pays comme le Malawi. Autre chose : les événements météorologiques, les guerres commerciales et les crises financières pourraient rendre l’énergie très chère en Occident, alors que les sociétés minières pourraient devoir fermer leurs portes en Amérique ou en Europe. Mais hors réseau en Afrique, ce drame n’a pas d’importance et peut même signifier plus de Bitcoin pour les mineurs locaux.

Il ne s’agit pas seulement de ce que Bitcoin peut faire pour l’Afrique : c’est ce que l’Afrique peut faire pour Bitcoin. Si les entreprises et, un jour prochain, les États-nations et les entreprises commencent à convertir les milliers de gigawatts d’énergie hydroélectrique, géothermique et biomasse gaspillés et inexploités du continent en énergies renouvelables.

En fournissant toute cette électricité au réseau Bitcoin, à travers un système de réseau décentralisé et déconnecté, nous avons alors une monnaie mondiale beaucoup plus imparable.

Le type d’exploitation minière hors réseau qu’il est économiquement logique d’étendre à toute l’Afrique peut décentraliser Bitcoin et le rendre plus fort. De même, si les centaines de millions d’utilisateurs d’argent mobile d’aujourd’hui n’obtiennent jamais de compte bancaire, mais passent simplement de MPESA à Bitcoin en utilisant leurs cartes SIM via un service comme Machankura, le réseau devient beaucoup plus résilient.

J’ai demandé à Erik et Philip combien de temps il faudrait pour que Bitcoin commence à véritablement transformer le continent. Erik a déclaré que d’ici 30 ans, l’exploitation minière contribuera à accroître l’accès à l’électricité au Malawi de 15 % à près de 100 %. Philip a déclaré que l’Afrique pourrait, avec l’aide de Bitcoin, atteindre la consommation d’électricité par habitant de l’Europe du Nord d’ici la fin du siècle. Mais tous deux étaient d’accord sur le fait que l’adoption du Bitcoin comme moyen d’échange pourrait se produire beaucoup plus rapidement.

Pour des centaines de millions de personnes, ce n’est peut-être pas en fin de compte les Nations Unies, ni Bill et Melinda Gates, ni la Banque mondiale qui les feront entrer dans le 21e siècle, mais un réseau de logiciels open source, sans inventeur connu, et contrôlé par aucune entreprise ni gouvernement.

Pour des dizaines de brillants entrepreneurs africains, telle est la vision. Et à une époque où tant de gens sont blasés du monde qui les entoure, c’est rafraîchissant.

« Le gros problème qui nous empêche de vivre chaque jour, explique Erik, c’est le nombre de personnes qui manquent d’électricité sur ce continent. C’est impossible d’avancer sans cela”.

« Imaginez 1 000 personnes sans électricité », dit-il. «Maintenant 10 000. Maintenant 1 million. Maintenant 600 millions. Vous ne pouvez pas. C’est tellement énorme et dramatique. Et sans pouvoir, il n’y a pas de liberté. Mais maintenant, nous pouvons résoudre ce problème et gagner de l’argent en même temps.

  • Article écrit par Alex Gladstein, directeur à la Human RIght Foundation.
  • Lire l’article original ici sur le site BitcoinMagazine.
Total
0
Shares

La Rédaction ZoneBitcoin

Passionnés par le Bitcoin, nos rédacteurs tentent de démocratiser leurs connaissances à travers des articles variés et touchant différents sujets.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Total
0
Share

En savoir plus sur ZoneBitcoin

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Échangez des cryptos sur Changelly

changelly

Tracker de crypto

coinstats app

Sur Google

googlenews

Ne ratez pas :

binance afrique

Binance débarque dans 5 pays en Afrique : Voici les dates des rencontres

La plateforme d’échange crypto leader Binance s’est toujours montré très
bhoutan bitcoin

Bhoutan : Pourquoi le pays du Bonheur possède des fermes de minage bitcoin ?

Au cœur des majestueuses montagnes de l’Himalaya se cache un