Ces 10 jeunes du Ghana sont entrain de construire le futur avec le bitcoin

ghana bitcoin
https://www.coindesk.com/from-ghana-to-the-bronx-meet-the-teen-bitcoiners-building-the-future

J’ai lu et article et cela m’a beaucoup plu ” From Ghana to the Bronx, these teen bitcoiners are building the future” . Du coup, j’ai décidé de le traduire car je sais que cela va intéresser pas mal de nos lecteurs à la recherche d’inspiration sur ZoneBitcoin.

Du Ghana au Bronx, ces Bitcoiners adolescents construisent l’avenir

En fait, l’article montre aussi des jeunes issus d’autres pays que le Ghana

Jemima Joseph, 18 ans, occupe un emploi d’été en tant que responsable des médias sociaux dans une startup du secteur de la crypto, après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires dans le Bronx. Elle a appris comment effectuer sa première transaction cryptomonnaie, un achat avec zcash, avec l’application mobile Flexa.

C’était un jour d’été, très chaud, lorsque Joseph a rejoint 10 autres adolescents à l’intérieur de l’incubateur d’affaires BXL dans un quartier délabré du sud du Bronx. Leur ancien professeur d’anglais au lycée, Carlos Acevedo, a organisé des ateliers de deux jours à l’intention des étudiants.

Emmanuel Ntiamoab, 18 ans, bientôt étudiant en informatique à l’université de Buffalo, est assis près de Jemina pendant la conférence.

“En tant qu’étudiants du South Bronx, nous n’avons pas souvent l’occasion de faire partie de quelque chose de plus grand”, a déclaré Ntiamoab. “Donc, si cette crypto-monnaie est vraiment comme Internet, je veux apprendre à en faire partie. Je suis intéressé par son développement. ”

Beaucoup de ces étudiants sont issus de communautés d’immigrés, ghanéens, jamaïcains, nigérians et dominicains. De plus, même parmi les étudiants américains, il y a plusieurs Portoricains. La plupart d’entre eux travaillent après les cours pour aider leurs familles. Ils connaissent bien les paiements transfrontaliers au sein des communautés émigrés. C’est en effet très courant pour la diaspora que d’envoyer de l’argent à la famille restée au pays. Ce qu’ils ne savaient pas encore, ce sont les différents outils disponibles aujourd’hui pour faciliter le transfert d’argent à l’étranger.

«Il y a une grande population de personnes non bancarisées et sous-bancarisés, ici aussi», a déclaré Acevedo à CoinDesk. «Ils paient des frais d’éviction. … Il y a moins d’agences bancaires dans le Bronx que dans tout autre arrondissement dans la ville. ”

C’est vrai. Les rues extérieures regorgent d’endroits où obtenir des emprunts, vendre des bijoux et envoyer des paiements à l’étranger, le tout avec des pancartes aux couleurs vives indiquant les frais correspondants.

Josh Swihart, vice-président du marketing pour Electric Coin Company, a déclaré à CoinDesk que chaque élève recevait une petite indemnité de Zcash pour avoir suivi l’atelier.

“J’adorerais que cela se reproduise dans d’autres villes”, a déclaré Swihart à CoinDesk. “On nous a déjà posé des questions sur Oakland.”

Bien que Joseph ait déjà un emploi d’été dans l’industrie, plusieurs autres étudiants souhaitaient trouver un stage ou rester après pour le coaching en entreprise de l’incubateur d’entreprises BXL.

Ils ont maintenant rejoint des dizaines d’adolescents du monde entier qui ont expliqué à CoinDesk leur intention de rejoindre l’industrie de la crypto-monnaie, en commençant par utiliser des actifs cryptographiques pour poursuivre leur propre éducation.

Jemima Joseph se forme toujours plus sur le Zcash avec son ami Joswald Batista, qui débute dans l’espace crypto.

 

(Photo de Leigh Cuen pour CoinDesk)

Quel est le parcours de ces adolescents intéressés par la crypto?

C’est ce que Anish Agnihotri, 16 ans, développeur basé à Toronto, a déclaré à CoinDesk qu’il continue de participer à des projets open source depuis qu’il a découvert le bitcoin en 2015.

«J’aime que n’importe qui, n’importe où, puisse entrer en contact avec une communauté de constructeurs si accueillante», a déclaré Agnihotri. «J’ai travaillé avec des gens d’Afrique, du Mexique, de Chine, par le biais de choses comme Gitcoin.» /// Gitcoin est une plateforme de freelancer (NDLR).

Talha Atta, une citoyenne de Toronto âgée de 17 ans, a confié à CoinDesk qu’il était immédiatement inspirée lorsqu’il a appris l’existence du bitcoin en 2017.

«Les envois de fonds, pouvoir transférer de l’argent à l’étranger sans aucun frais, aideraient vraiment ma famille au Pakistan», a déclaré Atta. “Je veux juste trouver la bonne technologie pour résoudre les problèmes et réduire les inégalités.”

Il a déjà commencé à expérimenter de tels cas d’utilisation. Plus tôt cette année, Atta a remporté un hackathon avec des amis en créant un système de micropaiements alimenté par la IOTA destiné aux personnes ne disposant pas du Wi-Fi pour s’appuyer sur les connexions des autres utilisateurs.

Qu’il s’agisse de créer leur propre entreprise, d’étudier l’informatique, de faire un stage, de contribuer à des projets open source sur GitHub ou d’aider à éduquer leurs pairs, voici 10 autres adolescents à retenir à mesure qu’ils évoluent dans l’écosystème cryptographique:

1. Elisha Owusu Akyaw

Peu de bitcoiners sont aussi actifs que le fondateur de BlockXAfrica, âgé de 17 ans seulement. La société ghanéenne Akyaw organise des rencontres éducatives dans un bulletin électronique et un groupe Telegram regroupant près de 300 abonnés, ainsi que 16 adolescents bénévoles qui aident à organiser des rencontres.

«Nous travaillons sur le contenu dans les langues locales et notre contenu en anglais est toujours basé sur des exemples locaux et des éléments pertinents pour le Ghanéen moyen», a-t-il déclaré.

Akyaw intensifie la programmation de BlockXAfrica cette année au Ghana, avec des plans pour un hackathon, un programme de formation pour les développeurs et un cours en ligne d’ici 2020. Il a déclaré que la formation des développeurs porterait sur les applications d’utilisation de la crypto-monnaie qui exploitent déjà les interfaces connues de la communauté locale.

“Les Africains sont plus habitués à envoyer de l’argent via des numéros de téléphone mobiles que des adresses électroniques”, a-t-il déclaré. À terme, son objectif est de faire de BlockXAfrica une entreprise monétisée, avec des formations payantes et un contenu exclusif. Jusque-là, le groupe s’efforce de diffuser des informations de haute qualité et de combattre le mythe selon lequel toutes les cryptomonnaies sont «des arnaques», a-t-il déclaré.

2. Harshita Arora

À l’âge de 16 ans, cette entrepreneur de Saharanpur, dans le nord de l’Inde, a déjà vendu son application mobile Crypto Price Tracker, qui surveille 1 000 crypto-monnaies sur 20 échanges en 10 langues, à Redwood City Ventures.

L’application iOS mappe le prix du bitcoin dans 32 devises différentes. Son orientation globale et conviviale lui a valu le prix de «femme de l’année» lors d’une conférence CryptoChicks à Toronto en avril.

Malgré les menaces de mort et la cyberintimidation, Arora continue de travailler avec Redwood City Ventures afin de perfectionner le produit, qui a déjà été téléchargé par plus de 25 000 personnes.

Au lieu de laisser les trolls la descendre, Arora a utilisé ses gains pour acheter des manuels et demander un visa O-1A pour rester et travailler aux États-Unis. Depuis, elle a déménagé à San Francisco et espère rester dans le secteur de la crypto-monnaie.

À présent, sa deuxième application, Cryptos Stickers, propose plus de 50 autocollants iMessage liés à divers mémentos cryptographiques.

3. Anand Patel

À Londres, l’assistant Anand Patel a aidé au moins 10 personnes à configurer leurs propres nœuds personnels pour diverses crypto-devises, en plus d’une centaine de personnes utilisant ses scripts pour exécuter des nœuds.

«Pour le Bitcoin, j’ai eu un coup de foudre  », a déclaré Patel à CoinDesk. «Je voulais avoir plus d’impact sur la nouvelle technologie et aider les différentes communautés en créant des scripts d’installation afin de simplifier le processus pour les nouveaux utilisateurs essayant de configurer des mineurs et des nœuds complets».

Depuis qu’il a découvert le bitcoin il y a quatre ans, Patel est diplômé de l’atelier de blockchain dirigé par Jimmy Song, un contributeur de Bitcoin Core.

«J’avais les compétences de base, alors je pensais que je devais simplement expérimenter, voir ce qui se faisait, utiliser les logiciels de différentes personnes et apprendre le processus», a-t-il déclaré, ajoutant qu’il était inspiré pour aider à faciliter «une nouvelle génération d’entrepreneurs qui valorisent la liberté et la co-création par la décentralisation. ”

4. Kiki Pichini

Pendant ce temps, dans l’état américain de Washington, un patineur artistique âgé de 15 ans entame des recherches pour mettre au point une application blockchain destinée aux producteurs et vendeurs de fruits locaux.

L’intérêt de Pichini pour les bases de données distribuées a commencé alors qu’il travaillait avec son père pour créer un registre communautaire des compétitions et des opportunités de patinage sur glace. De plus, elle a commencé à échanger du bitcoin avec ses parents comme exercice d’apprentissage.

Après avoir assisté au séminaire Bitcoin de Song, Pichini a remarqué que tous les agriculteurs et les usines de conditionnement de sa ville transportaient des cerises et des pommes à travers le pays.

“Surtout ici à Washington, il y a beaucoup de gens qui exploitent le [bitcoin]”, a-t-elle déclaré à CoinDesk. «Je pense que [bitcoin] pourrait effectivement être utilisé comme moyen de paiement, en particulier dans le secteur du commerce de gros. … Je pense que je voudrais créer ma propre entreprise et que la blockchain en fasse partie. ”

5. Ian Lim

Le natif de Minneapolis, Lim, a acheté son premier bitcoin en 2016, après en avoir entendu parler par des amis à l’école, et est rapidement devenu un habitué des rencontres locales sur le bitcoin.

Lorsque la mère de Lim a eu de graves problèmes de santé après plusieurs AVC, il s’est demandé comment appliquer ses connaissances sur l’éthique du bitcoin au secteur de la santé.

«En général, ce que je veux, c’est être à la pointe de la technologie de la blockchain dans le secteur de la santé», a déclaré Lim à CoinDesk. «Se mettre à la maison était la meilleure chose que j’aurais pu faire, au lieu de simplement lire des livres, mais aussi de rencontrer des gens qui ont de l’expérience dans ce domaine.»

M. Lim a ensuite remporté un hackathon organisé par Startup Weekend à Minneapolis en 2017 avec une solution de blockchain basée sur Hyperledger appelée BlocVac, qui permet aux patients de conserver et de partager leurs propres dossiers de vaccination. Depuis lors, Lim a présenté ses expériences de blockchain dans des universités telles que le MIT et des événements communautaires avec Techstars.

«Je me considère avant tout comme un entrepreneur», a déclaré Lim, «ce qui est courant pour les personnes qui utilisent des applications liées à la [la blockchain]».

6. Saleem Rashid

Ce Londonien s’est fait connaître en mars 2018 en découvrant une faille dans le portefeuille matériel de Ledger. Son blog sur la vulnérabilité l’a propulsé vers la renommée de Twitter, certains théoriciens du complot suggérant que le pirate informatique adolescent travaille pour la startup rivale Trezor.

En réalité, Rashid a fourni du code au firmware de Trezor pour renforcer la sécurité, bien qu’il ne soit pas officiellement impliqué dans la société, et soumet occasionnellement des contributions à des projets open source tels que Bitcoin Core et Zcash.

“Quand on regarde l’histoire, ou même les affaires mondiales actuelles dans des endroits moins fortunés, on peut voir où un bitcoin pourrait être appliqué pour réellement améliorer la vie des gens”, a déclaré Rashid à CoinDesk.

Son objectif est d’aider à améliorer «la sécurité et la convivialité de la gestion de clés privées» dans l’écosystème de la crypto-monnaie.

Pour le moment, Rashid préfère étudier et expérimenter par lui-même plutôt que de rejoindre une startup ou de lancer sa propre entreprise.

«J’aimerais étudier des propositions d’amélioration de la confidentialité, telles que les preuves de zéro connaissance utilisées dans le zcash», a-t-il déclaré.

7. Chanan Sack

En Israël, Sack, 18 ans, est un travailleur indépendant. Il enseigne aux développeurs les contrats intelligents et rédige des rapports de recherche pour les startups. Jusqu’à présent, huit développeurs ont suivi son cours sur ethereum, personnalisé pour chaque client. Il a développé le programme d’études de base tout en apprenant lui-même comment déployer le code Ethereum au début de 2017.

«Vous rencontrez beaucoup de gens intéressants», a déclaré Sack à CoinDesk, en parlant des communautés Ethereum et Bitcoin. «Ces problèmes comptent vraiment. C’est Internet qui perturbe quelque chose de très inhérent: l’argent, l’argent programmable. Cela me donne envie de passer mon temps là-dedans, car il y a beaucoup à faire ici.

Plusieurs des 25 étudiants qui ont assisté aux conférences de Sack à l’Université de Tel Aviv travaillent maintenant sur leurs propres applications open source. Un de ces étudiants a même participé à l’équipe gagnante du hackathon 2018 de l’ambassade de Tel Aviv-Bitcoin à Tel-Aviv, dans le cadre d’un projet lié au réseau Lightning, une solution de dimensionnement pour Bitcoin.

Depuis lors, il a également contribué aux ressources GitHub d’Andreas Antonopoulos à l’intention des développeurs Ethereum et a créé un pare-éclairs à titre expérimental.

“Nous avons passé un bon moment. Cela m’a vraiment aidé dans mes recherches », a déclaré Sacks à propos du portefeuille qu’il a développé avec des amis lors d’un hackathon à Tel Aviv. Il espère pouvoir continuer à travailler à son compte dans l’industrie et contribuer aux projets open source qui le fascinent.

8. Ben Kaufman

Le développeur de DAOstack, Kaufman, 18 ans, a commencé à contribuer aux projets Open Source Ethereum en janvier 2018, après deux ans de recherche sur l’espace.

«J’aime aussi la communauté et l’ouverture de la plate-forme», a déclaré Kaufman à CoinDesk. “J’ai déjà suggéré une proposition d’amélioration EIP [Ethereum].”

Kaufman a abandonné sa première année de lycée pour commencer à travailler à temps plein en tant que développeur d’applications mobiles indépendant dans les startups de Tel Avivian. Mais obtenir des services bancaires est devenu une gêne pour les parents du prodige.

«À l’adolescence, j’ai eu beaucoup de problèmes avec les banques», a déclaré Kaufman. “Le concept de bitcoin qui me permet de contrôler mes propres actifs financiers m’inspire beaucoup.”

En plus d’animer des ateliers ethereum pour plus de 100 étudiants à l’école de codage Le Wagon à Tel Aviv, Kaufman effectue actuellement des recherches sur le réseau Lightning.

“Je suis vraiment intéressé par la façon dont le réseau Lightning peut amener le bitcoin à une adoption plus répandue”, a-t-il déclaré. “J’essaie actuellement de voir comment je pourrais construire quelque chose dans ce sens.”

9. Alex Sicart Ramos

Lorsque Ramos a terminé ses études secondaires en 2018, il a rapidement lancé sa deuxième startup, Shasta. L’idée est venue à cet entrepreneur espagnol car sa première start-up, Sharge, qui lui avait valu une place parmi les 30 à 30 ans du classement du secteur européen des technologies, ne pouvait pas décoller face aux problèmes de réglementation liés aux voitures électriques et à l’énergie.

Ramos a entendu parler de la cryptomonnaie pour la première fois en 2015 sur l’espace de coworking de Tim Draper dans la Silicon Valley. En 2018, une équipe de cinq personnes a aidé Ramos à lancer le projet Shasta, basé sur un ethereum, avec un pilote à énergie solaire dans un petit village espagnol. Ramos a indiqué que près de 2 000 personnes avaient utilisé le testnet jusqu’à présent.

«C’est une plate-forme qui permet aux consommateurs et aux fournisseurs de se connecter au sein d’une DAO [organisation autonome décentralisée]», a déclaré Ramos à CoinDesk. «Vous pouvez gérer tous les paiements et les recettes, tout ce qui se passe sur ce marché. … Si nous pensons qu’il est logique de créer un jeton utilitaire dans ce programme. Si cela a vraiment du sens, nous le ferons. Sinon, nous collecterons des fonds auprès d’investisseurs traditionnels. ”

10. Gerald Nash

Gerald Nash, 19 ans, étudiant en informatique, a déjà effectué un stage à Coinbase. De plus,  il a  dirigé plusieurs programmes au Blockchain Lab de l’Université Howard.

«Beaucoup d’étudiants autour de moi ont au hasard fermé ou gelé leurs comptes Venmo ou PayPal, même s’il n’ya rien de suspect», a déclaré Nash à CoinDesk. “La grande chose qui m’a le plus inspiré est l’idée de la souveraineté monétaire.”

Nash a découvert le bitcoin sur Reddit pour la première fois en 2013, alors qu’il était encore au lycée à Atlanta, en Géorgie. Maintenant, il organise des événements sur le campus pour apprendre aux étudiants à gérer des portefeuilles bitcoin.

«Je suis principalement le bitcoin et l’éthereum comme deux de mes projets préférés», a-t-il déclaré. «Je pense qu’au cours des cinq prochaines années, la [crypto] offrira à davantage d’utilisateurs techniques une plus grande inclusion financière. … Les gens auront plus facilement accès à la mobilité et à la croissance de leur argent. “

Total
0
Shares
Total
0
Shares
0 Shares:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous allez certainement adorer