gloire kiveclair congo

Interview avec Gloire : Démocratiser le Bitcoin en RDC et en Afrique

2 février 2024

Aujourd’hui, nous donnons la parole à Gloire Kambale Wanzavalere, un entrepreneur et actif défenseur du Bitcoin, en République Démocratique du Congo (RDC) qui organise des événements et porte des initiatives qui participent à pousser l’adoption du bitcoin dans le continent.

Gloire, peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Je suis un Bitcoiner de la République Démocratique du Congo. J’ai cofondé plusieurs initiatives, dont Kiveclair, une organisation dédiée à l’éducation Bitcoin dans mon pays. J’ai également cofondé Africa Bitcoin Community, une autre association qui, entre autres activités, organise “Africa Bitcoin Conference“, un événement annuel qui rassemble la communauté Bitcoin en Afrique. La deuxième édition s’est tenue en décembre 2023 à Accra, au Ghana. Nous prévoyons d’organiser la troisième au Kenya à la fin de cette année.

gloire kiveclair
Meet-up Bitcoin, organisé à Goma en RDC, par Kiveclair. Source : Twitter

Comment es-tu tombée dans “le terrier du lapin” du Bitcoin ?

Ma première rencontre avec Bitcoin remonte à 2014, lorsqu’un reportage télévisé a éveillé ma curiosité, sans pour autant capter toute mon attention. Mon parcours actif ressemble à celui de beaucoup d’autres : fin 2017, un ami proche m’a parlé d’une opportunité de gagner de l’argent facilement en ligne.

Je l’ai suivi, mais nous avons rapidement découvert qu’il s’agissait d’une arnaque. Toutefois, cette mésaventure a eu le mérite de me faire réfléchir à nouveau sur Bitcoin. Je me suis alors plongée dans des recherches, découvrant l’immense potentiel de la blockchain, un sujet qui faisait grand bruit à l’époque. Alors que mes études de droit commençaient à me lasser, cette nouvelle découverte m’a incité à tout laisser derrière moi pour explorer un domaine encore peu connu et non enseigné dans les écoles. J’ai vu là un potentiel immense. J’ai quitté la maison familiale pour me consacrer entièrement à ce sujet, avec diverses aventures spéculatives sur le chemin. Après quelques revers, j’ai commencé à comprendre l’aspect militant de Bitcoin, en apprenant son histoire et ses fondements. C’était début 2019, si mes souvenirs sont exacts. Depuis lors, j’ai entamé un véritable périple au cœur de Bitcoin, un voyage qui continue encore aujourd’hui.

3/ Est-ce que tu penses que l’adoption du bitcoin est sur la bonne voie en Afrique où faut-il améliorer certains points ? Si oui, lesquels ?

Quand j’ai commencé à parler publiquement du Bitcoin et de ses vertus, peu d’Africains le faisaient, bien que Bitcoin fût déjà présent sur le continent, avec un côté plus spéculatif. Aujourd’hui, l’Afrique a de nombreuses figures qui parlent du potentiel libérateur de Bitcoin et des initiatives nobles naissent de partout. Bitcoin s’est révélé à l’Afrique, nous sommes sur une très bonne voie.

Gloire Kiveclair
Conférence de Gloire, lors du “Paradigme Bitcoin”, à Neuchâtel.

Cependant, la jeunesse africaine n’est pas encore suffisamment impliquée, notamment au niveau du développement du protocole. La plupart de Bitcoiners du continent en sont encore à prêcher la bonne parole. Cela reste encore trop théorique et philosophique, mais reste un premier pas positif. Nous devons faire plus. Nos voix doivent se faire entendre par des lignes de code, des produits adaptés à nos réalités, des entreprises puissantes dans l’écosystème, etc.

Qala (aujourd’hui intégré à Btrust) a montré cette voie. Plusieurs développeurs du continent explorent déjà Bitcoin Core. Machankura a lancé une solution incroyable et reflétant le besoin Africain. Nous avons déjà nos premiers mineurs. Mais ce n’est pas encore suffisant. Pour relever le défi, il faut multiplier les formations approfondies afin que les talents Africains soient suffisamment reflétés sur Bitcoin au niveau du protocole ainsi que des applications.  

Tu organises l’événement au Ghana, peux-tu nous dire un peu plus sur l’événement ?

Africa Bitcoin Conference a pour but de fédérer la communauté Bitcoin africaine. Notre objectif est double : d’une part, amplifier la voix de l’Afrique dans l’écosystème, et d’autre part, créer un espace de rencontre pour les Bitcoiners du continent. Cet événement favorise les échanges, encourage les synergies et met en lumière les initiatives remarquables développées à travers l’Afrique et dans le monde. 

La force de Bitcoin réside dans sa communauté, et il est essentiel qu’elle se réunisse régulièrement pour une meilleure coordination. En lançant cette conférence, nous avons comblé un vide en Afrique. Maintenant, cet événement est devenu un catalyseur pour connecter la communauté Bitcoin africaine et partager sa vision avec le reste du monde. Nous sommes également heureux que des initiatives similaires voient le jour, notamment au Sénégal, au Bénin et en Afrique du Sud. 

L’adoption est forte dans les pays anglophones comparativement aux pays africains francophones, pourquoi selon toi?

Il est difficile de déterminer avec précision les raisons du gap entre les pays anglophones et francophones en Afrique. Plusieurs facteurs entrent en jeu, mais à mon avis, il s’agit en grande partie d’une question culturelle, héritée du modèle colonial.

Les populations anglophones tendent à s’intégrer plus rapidement dans divers domaines, y compris les technologies et les affaires, comparativement aux francophones. Comme le disent certains, “l’anglophone est orienté business, tandis que le francophone est politique”. Cette tendance se reflète également dans l’adoption de Bitcoin, bien que la barrière linguistique joue également un rôle. L’univers du Bitcoin, tant scientifique que commercial, est majoritairement anglophone. Cependant, c’est à nous de briser ces chaînes héritées pour penser librement et, heureusement, cela se produit de plus en plus dans plusieurs pays africains francophones, peu importe le secteur.

Que penses-tu qu’il faudrait faire pour améliorer/ accélérer l’adoption en Afrique francophone?

Nous devons multiplier les initiatives éducatives adaptées à nos contextes spécifiques. Ces programmes devraient être conçus dans les langues locales pour assurer une meilleure compréhension et une plus grande accessibilité. Bitcoin est ouvert à tous ; il s’agit de l’adapter et de l’intégrer dans nos diverses réalités. 

6/ Où peut-on te contacter ? (liens vers tes réseaux / email,)

Je compte partager mon twitter ou mon linkedin, c’est beaucoup mieux pour éviter le risque de spam.

Merci de m’avoir donné la parole.

Nous remercions également Gloire pour cet interview et saluons les projets Bitcoin qu’il entreprend avec fougue. Si vous êtes curieux à propos du bitcoin et que vous êtes en RDC, n’hésitez pas à suivre Gloire sur les réseaux pour découvrir les prochaines dates des meetups.

Enfin, pour en savoir plus sur différents projets et perspectives, vous pouvez aussi écouter son interview réalisé par “L’Afrique parle Bitcoin“. C’est d’ailleurs un excellent podcast que nous vous recommandons, en particulier si vous voulez creuser le sujet de l’Afrique et du Bitcoin.

Total
0
Shares

La Rédaction ZoneBitcoin

Passionnés par le Bitcoin, nos rédacteurs tentent de démocratiser leurs connaissances à travers des articles variés et touchant différents sujets.

1 Comment

  1. Salut ZoneBitcoin je suis ravi de lire cet article qui met en valeur mon pays la RDCongo. En effet, je suis également amoureux des Cryptos Bitcoin et autres j’investis régulièrement en mode DCA… J’ai fondé aussi Bushiri Academy dans le but d’éduquer et accompagner les congolais dans l’investissement et l’utilisation des Cryptos… J’aimerais collaborer avec vous pour vous faciliter l’exploration des Cryptos en RDC et rencontrer la grande communauté Cryptos RDC.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Total
0
Share

En savoir plus sur ZoneBitcoin

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Échangez des cryptos sur Changelly

changelly

Tracker de crypto

coinstats app

Sur Google

googlenews

Ne ratez pas :

andre cronje

Andre Cronje (Yearn.finance) se retire de la DeFi et voici ce qu’il en pense (franchement)

Vous avez certainement vu l’info : Andre Cronje ( le
nayib bukele

Nayib Bukele : ” Arrêtez de boire le Kool-Aid des élites”

Un article de Nayib Bukele ( actuel président du Salvador)