dollar américain privilège exorbitant

Le dollar américain : Les dessous d’un “Privilège Exorbitant”

La domination du dollar dans l'économie mondiale offre plusieurs avantages aux États-Unis. Découvrons les dessous de ce qui est qualifié de "privilège exorbitant".
23 septembre 2023

Au cœur de l’économie mondiale, le dollar américain règne en maître depuis plus d’un demi-siècle. Cette situation offre aux États-Unis un avantage économique considérable, qui a été qualifié de “privilège exorbitant” par l’ancien ministre français des Finances, Valéry Giscard d’Estaing.

En 1964, il forge l’expression qui sera par la suite reprise par de nombreuses critiques sur la domination du dollars et notamment par Charles de Gaullle. L’expression est une critique de la position privilégiée dont jouit le dollar en tant que monnaie de réserve mondiale.

De gauche à droite : François Mitterand, Jacques Chirac et Valéry Giscard d’Estaing, 1986 (source)

Dans cet article, nous expliquerons le concept de “privilège exorbitant” du dollar américain tout en montrant ses implications profondes dans l’économie mondiale. Il nous semble essentiel de comprendre les mécanismes qui sous-tendent ce statut et d’envisager les conséquences possibles d’un renversement de son hégémonie.

Les Accords de Bretton Woods et le règne du dollar américain

La domination du dollar américain dans l’économie mondiale a commencé à se mettre en place principalement après la Seconde Guerre mondiale. C’est notamment avec les “Accords de Bretton Woods ” en 1944 que le dollar a gagné sa première place. Afin de reconstituer un nouveau système monétaire international, il a été décidé lors de cette réunion que toutes les devises nationales seraient ès lors liées au dollar américain, qui était à son tour adossé à l’or.

Vainqueurs de la guerre et jouissant d’une économie forte, les États-Unis étaient bien positionnés pour faire du dollar la principale devise de réserve internationale. Le choix du dollars s’expliquait par le fait que cela pouvait faciliter les transactions commerciales internationales.

Bien qu’en 1971, le président Nixon annule la convertibilité du dollars en or, il n’empêche qu’aujourd’hui, le rôle dominant du dollar américain dans l’économie mondiale est indéniable. Il est omniprésent dans les transactions commerciales internationales ou comme unité de mesure économique. On utilise, en effet, le dollars pour réaliser des mesures sur la pauvreté extrême (moins de 1,90 dollar par jour), pour classer les fortunes des milliardaires ou pour établir le montant de la balance commerciale des pays. Ainsi, le dollar remplit pleinement les trois objectifs d’une monnaie à savoir être un instrument de mesure, instrument d’échange et instrument de réserve.

En quoi peut-on parler de “Privilège Exorbitant” ?

Pour bien comprendre le propos de Valéry Giscard d’Estaing, il faut bien souligner le terme de “privilège”. Celui-ci évoque une situation où une entité a plus d’avantage dans une situation donnée par rapport à d’autres entités.

En économie, c’est ce qu’on désigne par le mot qui date du Moyen-âge à savoir le “seigneuriage”. Cela définie qui définie le gain inhérent à tout émetteur de monnaie, qui s’avère particulièrement élevé pour le pays dont la devise s’impose comme la principale monnaie internationale. Il faut comprendre donc que l’entité émettrice de la monnaie n’a pas pas les coûts de production, ni de distribution des billets. Cela lui assure alors des revenus supplémentaires ou des frais moindre en émettant la monnaie.

Ainsi, en émettant la monnaie d’échange, cela procure aux États-Unis un avantage économique par rapports aux autres pays. Selon l’économiste Barry Eichengreen, « fabriquer un billet de 100 dollars ne coûte que quelques cents à l’imprimerie nationale des États-Unis, mais pour l’obtenir, les autres pays doivent débourser 100 dollars de biens et services réels ».

Plus généralement, tous les pays qui émettent une monnaie qui est utilisée ailleurs que dans leurs pays jouissent de seigneuriage. Ainsi, la France, par exemple, avec le Franc CFA peut aussi profiter du seigneuriage en imprimant la monnaie dans le territoire.

Les problématiques de la domination du dollar

Parce que les dollars sont abondants dans les entreprises qui commercent avec les États-Unis, les banques et entreprises achètent des titres libellés en dollars (comme typiquement des obligations du Trésor). Dans son livre “The Exorbitant Privilege“, Eichengreen précise que cela exerce une pression à la baisse sur les taux d’intérêt que les États-Unis doivent payer sur leur dette extérieure.

Le taux de rendement de leurs investissements devient ainsi supérieur au coût de financement de leur dette, ce qui permet au pays de supporter un déficit commercial important.

L’autre problématique que soulève la domination du dollar est certainement le fait que les acteurs non-américains sont exposés au risque d’une variation des cours des devises. C’est un risque auquel les entreprises et particuliers américains échappent puisqu’ils n’ont pas besoin d’échanger leurs dollars contre une autre monnaie dans l’absolu. Concrètement, si un importateur français signe un contrat pour l’achat d’un volume de pétrole, il prend le risque que l’euro se déprécie face au dollar et qu’il doive donc débourser davantage en euros pour acquérir un actif dont le prix en dollars reste inchangé.

Les dérives géopolitiques des États-Unis

Ces dernières années, les États-Unis ont également fait du dollar un instrument de chantage politique et militaire. L’usage du billet vert est en effet le motif employé par la justice des États-Unis pour condamner des entreprises européennes ayant fait des affaires dans des pays sanctionnés par Washington. De fait, les États-Unis peuvent décider unilatéralement de sanctionner un pays si le pays juge que ce dernier n’entre pas dans les règles de conduite imposées. Ainsi, l’embargo américain sur Cuba est l’un des plus anciens et des plus connus. Instauré en 1960, l’embargo reste partiellement en vigueur aujourd’hui. On peut également citer l’embargo sur l’Iran qui se renforce depuis 1979 qui est lié au programme nucléaire du pays.

La domination du dollar est alors perçu comme un outil de pression sans équivalent. Les États, les gouvernements ou même les institutions financières peuvent en être victime. À ce titre, on peut rappeler l’affaire de la banque BNP Paribas qui a été accusé d’avoir « violé » l’embargo américain à l’encontre du Soudan, de Cuba et de l’Iran, en faisant transiter des dollars vers ces pays. Le procès qui se déroula à New York, en 2014, condamna alors la banque française à une amende record de 9 milliards de dollars.

Le Paradoxe de Triffin et la résilience du dollar

Normalement, une monnaie de réserve ne devrait pas le rester éternellement. C’est en tous les cas ce que le paradoxe de Triffin nous dit. Appelé aussi le “trilemme de Triffin”, il s’agit d’un paradoixe économique révélée par l’économise belge Robert Triffin en 1960. Cela peut nous paraitre surprenant, nous autres contemporains de voir que ce paradoxe a été énoncée il y a plus de 60 ans. Le paradoxe énonce que les pays dont la monnaie est une monnaie de réserve internationale ne peuvent pas perdurer dans le temps. Triffin explique qu’il faut nécessairement que le pays qui émet cette monnaie soit en déficit commercial pour que les autres pays puissent obtenir sa monnaie. Or, en étant trop longtemps en déficit, les autres pays peuvent perdre la confiance dans la monnaie, ce qui peut amener à la fin de la monnaie hégémonique.

Ce qu’on constate, c’est que Triffin avait prédit juste car en ce qui concerne les États-Unis, il s’avère que le pays connait un déficit extérieur qui s’accroit d’années en années. Ainsi, la dette publique américaine s’élève à 29, 476 milliards de dollars américain.

dette publique américaine 2023
Source : Globometer

Ainsi, certains redoutent même que le plafond de la dette américaine ne soit atteint dans un avenir proche. Actuellement fixé à 31 400 milliards de dollars, ce plafond ne peut être relevé que par un vote du Congrès américain mais pourrait entrainer une véritable secousse dans l’économie mondiale.

Il nous semble important de préciser ici que dans son ouvrage de référence “Gold and the Dollar Crisis. The Future of Convertibility (1960)”, Triffin se montre très critique à l’égard des accords de Bretton Woods et démontre qu’une monnaie nationale ne peut servir de monnaie internationale.

Vers un avenir incertain pour le dollar?

Plus généralement, certaines voix s’élèvent pour prédire un affaiblissement du dollar sur le long terme, notamment en raison des politiques isolationnistes des États-Unis, notamment sous l’administration Bush.

D’autres experts, plus optimistes, cependant, estiment que le dollar restera la monnaie de réserve mondiale pendant encore de nombreuses années.

Cela reste une question épineuse et difficile à trancher. La question de l’avenir du dollar reste ouverte et suscite de nombreux débats aujourd’hui, notamment depuis l’éventualité que les BRICS émettent prochainement leur propre monnaie. Cette monnaie pourraient alors rivaliser pleinement avec le dollar. On parle alors d’une tendance à la dédollarisation du monde qui pourrait bien s’accélérer avec l’introduction de nouveaux pays dans les BRICS. En effet, l’équilibre des forces économiques mondiales serait inévitablement bouleversé.

Mot final :

Des devises comme le renminbi chinois, voire des monnaies numériques et peut-être même le Bitcoin (🙏) pourraient jouer un rôle bien plus important. De nombreux bitcoiners comme l’économiste Saifedean Ammous pensent en effet que le bitcoin pourrait devenir une monnaie de réserve, tout aussi valable que ne l’est le dollar actuellement.

Cependant, pour l’instant, il est encore trop tôt pour se prononcer car aucune de ces alternatives ne semble prête à détrôner le dollar, à l’heure actuelle.

Voir aussi :

Total
0
Shares

La Rédaction ZoneBitcoin

Passionnés par le Bitcoin, nos rédacteurs tentent de démocratiser leurs connaissances à travers des articles variés et touchant différents sujets.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Total
0
Share

En savoir plus sur ZoneBitcoin

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Échangez des cryptos sur Changelly

changelly

Tracker de crypto

coinstats app

Sur Google

googlenews

Ne ratez pas :

von-Mises

Qui est Ludwig von Mises et quel est son lien avec Bitcoin ?

Lors de son récent combat UFC qu’il a remporté, le
PLAN DE sauvetage bitcoin

Encore un plan de sauvetage pour sauver les banques : Jusqu’ici tout va bien…?

Lorsque Satoshi Nakamoto à lancé Bitcoin, le 3 janvier 2008,