timoty may interview

“Il y en a marre du schéma Devenir Riche rapidement avec les cryptos” Timothy C. May

14 décembre 2022

J’avais lu il y a quelques années déjà une interview de Timothy C May qui a été publié sur le journal CoinDesk. Timothy May, c’est LA personne derrière le fameux “Manifeste Crypto-Anarchistes”. Le manifeste a été la référence idéologique des cypherpunk. Or, de par la similarité de la pensée, il est admis que Satoshi Nakamoto, l’inventeur de Bitcoin s’apparente (au moins dans les idées) au groupe des cypherpunk.

Ainsi, je me suis dit – avec tous les événements qui se sont produits en cette année apocalyptique de 2022 ( Chute de Terra, Implosion de Celsius, Collapse de FTX, etc), que cette interview prenait un nouveau sens.

Voici donc la traduction de l’interview originale publiée le 19 octobre 2018 sur Coindesk. Il s’agissait de questionner Timothy May sur l’évolution du Bitcoin après 10 années d’existence. C’est vrai que l’interview est longue, mais croyez-moi, vous en saurez plus sur la philosophie originelle du Bitcoin.

Note: La rédaction de ZoneBitcoin n’est pas nécessairement d’accord avec tous les propos de Timothy May. Nous pensons simplement que de par sa position dans le milieu Cypherpunk, ses analyses peuvent être intéressante à considérer et à débattre.

CoinDesk : Maintenant que le bitcoin est entré dans les livres d’histoire, comment pensez-vous que le livre blanc s’intègre dans le panthéon des progrès de la cryptographie financière ?

Tim : Tout d’abord, je dirai que j’ai suivi, avec un certain intérêt, un certain amusement et beaucoup de frustration au cours des 10 dernières années, la situation publique avec le bitcoin et tout ce qu’il s’est passé.


Au panthéon, elle mérite une place de choix, peut-être l’évolution la plus importante depuis l’invention de la comptabilité en partie double.
Je ne peux pas parler à la place de Satoshi, mais je ne pense pas qu’il voulait des d’échanges de bitcoins qui ont des règles draconiennes de KYC, d’AML, de passeports, de gel des comptes et les lois sur le signalement des “activités suspectes” à la police secrète locale. Il y a une réelle possibilité que tout le bruit autour de la « gouvernance », de la « réglementation » et de la « blockchain » crée effectivement un État de surveillance.


Je pense qu’aujourd’hui Satoshi vomirait en voyant tout ça. Ou du moins il travaillerait sur un remplacement du bitcoin tel qu’il l’a décrit pour la première fois en 2008-2009. Je ne peux pas donner une approbation réelle à là où nous en sommes aujourd’hui ni même être soulagé ur les grandes choses déjà accomplies.


Bien sûr, le bitcoin et ses variantes – quelques fork et de nombreuses variantes d’altcoin – fonctionnent plus ou moins comme prévu à l’origine. Le bitcoin peut être acheté ou miné, peut être envoyé de différentes manières rapides, de petits frais sont payés et les destinataires reçoivent du bitcoin et il peut être envoyé en quelques dizaines de minutes, parfois même plus rapidement.


Aucune autorisation n’est nécessaire pour cela, pas d’agents centralisés, pas même de confiance entre les parties. Et le bitcoin peut être acquis puis conservé pendant de nombreuses années.
Mais ce tsunami qui a balayé le monde financier a aussi laissé beaucoup de confusion et de carnage derrière lui. Détritus du séisme du savoir, expériences ratées, « destructionnisme créatif » de Schumpeter. Ce n’est pas vraiment la réussite absolue. Est-ce que quelqu’un s’attendrait à ce que sa mère “télécharge le dernier logiciel de Github, fasse dus staking sur une plateforme, utilise un Terminal pour réinitialiser des paramètres ?”


Ce que je vois, moi, ce sont des pertes de centaines de millions dans certaines erreurs de programmation, des vols, des fraudes, des offres initiales de pièces de monnaie (ICO) basées sur des idées bidons, une programmation médiocre et trop peu de personnes talentueuses pour réaliser des projets ambitieux.

Timothy May


Désolé si je me montre amer, mais je pense que le récit est foutu. Satoshi a inventé une chose brillante, mais l’histoire est loin d’être terminée. Elle a même reconnu que la version bitcoin en 2008 n’était pas une réponse finale reçue des dieux..

CoinDesk : Pensez-vous que d’autres membres de la communauté cypherpunk partagent votre point de vue ? Selon vous, qu’est-ce qui suscite l’intérêt pour l’industrie ou ce qui la tue ?


Tim : Franchement, la nouveauté du livre blanc de Satoshi (puis les premières utilisations comme avec Silk Road) est ce qui a attiré beaucoup de monde dans le monde du bitcoin.

Si le projet avait porté sur une chose “conforme à la réglementation”, “favorable aux banques”, alors l’intérêt aurait été faible. (En fait, certains projets de transfert électronique remontent à longtemps. “SET”, pour Secure Electronic Transfer, était l’un de ces projets ennuyeux.)


Il n’avait aucune innovation intéressante et c’était légal à 99 %. Les Cypherpunks l’ont ignoré.
Il est vrai que certains d’entre nous étaient là quand les choses dans le domaine de la “cryptographie financière” ont vraiment commencé à bouger. À l’exception de certains travaux de David Chaum, Stu Haber, Scott Stornetta et de quelques autres, la plupart des cryptographes universitaires se sont principalement concentrés sur les mathématiques de la cryptologie : leur regard ne s’était pas beaucoup tourné vers les aspects « financiers ».


Cela a bien sûr changé au cours de la dernière décennie. Des dizaines de milliers de personnes, au moins, ont afflué vers le bitcoin, la blockchain, avec de grandes conférences presque chaque semaine. La plupart des gens sont probablement intéressés par “l’ère Bitcoin”, commençant vers 2008-2010, mais avec une histoire importante qui l’a précédée.
L’histoire est une façon naturelle pour les gens de comprendre les choses… elle raconte une histoire, un récit linéaire.
À propos de l’avenir, je ne spéculerai pas beaucoup. J’ai parlé de certaines conséquences “évidentes” de 1988 à 1998, à commencer par “The Crypto Anarchist Manifesto” en 1988 et la liste Cypherpunks à partir de 1992.

Source : https://groups.csail.mit.edu/mac/classes/6.805/articles/crypto/cypherpunks/may-crypto-manifesto.html


CoinDesk : On dirait que vous ne pensez pas que le bitcoin est à la hauteur de sa philosophie, ou que la communauté qui l’entoure n’a pas vraiment respecté ses racines cypherpunk.


Tim : Oui, je pense que la cupidité, les médias et les propos de type “To the Moon!” et “HODL” est le plus gros FOMO que j’ai jamais vu.
Pas tant dans le sens “Tulipomanie” avec d’énormes augmentations de prix, mais dans le sens de centaines d’entreprises, de milliers de participants qui sont gonflés à leur maximum. Et le culte des héros… C’est beaucoup plus médiatisé que ce que nous avons vu au début d’internet. Je pense que beaucoup trop de publicité est donnée aux discussions lors de conférences, de livres blancs et de communiqués de presse. Il y a beaucoup de “ventes”.


Les gens et les entreprises essaient de se faire une place. Certains déposent même des dizaines ou des centaines de brevets dans des variantes assez évidentes des idées de base, même pour des sujets qui ont été longuement discutés dans les années 1990. Espérons que le système des brevets rejettera certains d’entre eux (mais probablement seuls les grosses entreprises s’en sortiront dans le combat juridique qui s’en suivra).


La tension entre la confidentialité (ou l’anonymat) et les approches « connaissez votre client (KYC) » est une question importante. C’est “décentralisé, anarchique et peer-to-peer” par opposition à “centralisé, autorisé et contrôlé”.

Comprenez que la vision de nombreux membres de la communauté de la confidentialité – les cypherpunks, Satoshi et d’autres pionniers – était explicitement celle d’un système peer-to-peer sans autorisation pour les transferts d’argent. Certains avaient des visions d’un remplacement de la monnaie “fiat”.

Timothy C. May


David Chaum, l’un des principaux pionniers, était très avant-gardiste sur les questions de “l’anonymat des acheteurs”. Où, par exemple, un grand magasin pourrait recevoir des paiements pour des marchandises sans connaître l’identité d’un acheteur. (Ce qui n’est certainement pas le cas aujourd’hui, où des magasins comme Walmart et Costco ont compilé des dossiers détaillés sur ce que les clients achètent. Et où les enquêteurs de la police peuvent acheter les dossiers ou y accéder pour des citations à comparaître. Et c’est encore pire dans certains pays. )


N’oubliez pas qu’il existe de nombreuses raisons pour lesquelles un acheteur ne souhaite pas divulguer ses préférences d’achat. Mais les acheteurs et les vendeurs ont tous deux besoin de protections contre le pistage : un vendeur d’informations sur le contrôle des naissances est probablement encore plus à risque qu’un simple acheteur de telles informations (dans de nombreux pays). Ensuite, il y a le blasphème, le sacrilège et l’activisme politique.

Des approches comme Digicash qui se concentraient sur l’anonymat acheteur (comme avec les acheteurs dans un magasin ou les chauffeurs sur une route à péage), mais manquaient un ingrédient clé : que la plupart des gens sont traqués pour leur discours ou leur politique sur le *vendeur * .
Heureusement, les acheteurs et les vendeurs sont essentiellement isomorphes, avec juste quelques changements dans quelques directions de flèche (“objets de première classe”).
Ce que Satoshi a essentiellement fait était de résoudre la tension de capacité de suivi “acheteur”/”vendeur” en fournissant à la fois l’acheteur ET le vendeur intraçables. Pas parfaitement, semble-t-il. C’est pourquoi tant d’activités continuent.


CoinDesk : Donc, vous dites que les innovateurs en bitcoin et en crypto doivent combattre les pouvoirs en place, essentiellement et ne pas s’aligner sur eux pour réaliser une véritable innovation ?


Tim : Oui, il n’y a pas beaucoup d’intérêt pour beaucoup d’entre nous si les crypto-monnaies deviennent juste un autre PayPal, juste un autre système de virement bancaire. Ce qui est excitant, c’est le contournement des autorités, des collecteurs de frais exorbitants, des intermédiaires qui décident si Wikileaks – pour choisir un exemple opportun – peut faire parvenir les dons. Et pour permettre aux gens d’envoyer de l’argent à l’étranger.


Les tentatives d’être “conformes à la réglementation” tueront probablement les principales utilisations des crypto-monnaies, qui ne sont PAS simplement “une autre forme de PayPal ou de Visa”.


Les utilisations plus générales de la technologie “blockchain” sont une autre paire de manches. De nombreuses utilisations peuvent être favorables à la conformité. Bien sûr, bon nombre des utilisations proposées – comme la mise en place d’enregistrements de la chaîne d’approvisionnement – sur diverses chaînes de blocs publiques ou privées ne sont pas très intéressantes. Beaucoup soulignent que ces “grands livres distribués” ne sont même pas de nouvelles inventions, juste des variantes de bases de données avec des sauvegardes. De plus, l’idée que les entreprises veulent une visibilité publique sur les contrats, les achats de matériaux, les dates d’expédition, etc., est naïve.


N’oubliez pas que l’enthousiasme suscité par le bitcoin concernait principalement le contournement des contrôles, pour permettre de nouvelles utilisations exotiques comme Silk Road. C’était des trucs cool et nouveau, pas juste un autre PayPal.


CoinDesk : Donc, vous dites que nous devrions sortir des sentiers battus, essayer de réfléchir à des façons d’appliquer la technologie de manière novatrice, et pas seulement refaire ce que nous savons ?


Tim : Les gens devraient faire ce qui les intéresse. C’est ainsi que la plupart des trucs innovants comme BitTorrent, mix-nets, bitcoin, etc. ont été inventé. Donc, je ne suis pas sûr que “essayer de réfléchir à des moyens” soit la meilleure façon de le dire. Mon intuition est que les gens motivés par une idéologie feront ce qui est intéressant. Les gens d’affaires ne réussiront probablement pas bien à “réfléchir aux moyens”.
Les chèques, les reconnaissances de dette, les contrats de livraison, etc, sont tous utilisés comme monnaie. Nick Szabo a souligné que le bitcoin et certaines autres crypto-monnaies ont la plupart sinon toutes les caractéristiques de l’or, sauf que bitcoin a aussi plus de fonctionnalités : Il est transférable partout , il est difficile à voler ou à saisir et il peut être envoyé facilement.

La chose est sacrée pour les billets de banque, les pièces de monnaie ou même les chèques d’apparence officielle. Ce sont des systèmes « centralisés » qui dépendent de « tiers de confiance » comme les banques ou les États-nations pour apporter une garantie légale ou royale.

CoinDesk : N’est-ce pas un bon exemple de ce que vous voulez, sans doute, de la censure (la capacité d’appliquer les lois), si nous allons reconstruire l’ensemble de l’économie, ou même des économies partielles, en plus de cela ?


Tim : Il y aura inévitablement des contacts avec les systèmes juridiques des États-Unis ou du reste du monde. Des slogans comme “Code is law ” sont principalement des aspirations, pas vraiment vraies.
Bitcoin, en tant que bitcoin, est pour la plupart indépendant de la loi. Les paiements sont, de par la nature du bitcoin, indépendants des rétrofacturations. Par exemple, le fait de dire “Je veux annuler cette transaction” peut entrainer d’autres problèmes juridiques. Cela peut changer. Mais dans le schéma actuel, on ne sait généralement pas qui sont les parties, dans quelles juridictions vivent les parties, même quelles lois s’appliquent.


Cela dit, je pense que presque toutes les nouvelles technologies ont eu des utilisations que certains n’aimeraient pas. L’imprimerie de Gutenberg n’était certainement pas appréciée par l’Église catholique. Les exemples ne manquent pas. Mais cela signifie-t-il que les presses à imprimer doivent être autorisées ou réglementées ?


Il y a généralement eu des utilisations peu recommandables ou pires des nouvelles technologies (ce qui est peu recommandable pour, disons, l’URSS peut ne pas l’être pour les Américains). Les informations sur le contrôle des naissances ont été interdites en Irlande, en Arabie saoudite, etc. Les exemples ne manquent pas : armes, feu, presse à imprimer, téléphones, photocopieuses, ordinateurs, magnétophones…

CoinDesk : Existe-t-il une blockchain ou une crypto-monnaie qui fonctionne bien ? À votre avis, le bitcoin a-t-il sa propre vision ?


Tim : Comme je l’ai dit, le bitcoin fait essentiellement ce qu’il était prévu de faire. L’argent peut être transféré, épargné (sous forme de bitcoin), voire utilisé comme véhicule spéculatif. On ne peut pas en dire autant des dizaines de variantes majeures et des centaines de variantes mineures où un “cas d’utilisation” clair et compréhensible est difficile à trouver.


Parler de “jetons de réputation”, “jetons d’attention”, “jetons de dons de bienfaisance”, tout cela me semble bien prématuré. Et aucun n’a décollé comme le bitcoin l’a fait. Même Ethereum a une approche très différente et n’a pas encore vu d’utilisations intéressantes (du moins ce que j’ai vu, et j’avoue que je n’ai pas le temps ni la volonté de passer des heures chaque jour à suivre les commentaires sur Reddit et sur Twitter.)

La “Blockchain” a désormais sa propre industrie en développement rapide et emprunte plusieurs voies : les blockchains privées, les blockchains contrôlées par les banques, les blockchains publiques, utilisant même la blockchain bitcoin elle-même.

Certaines utilisations peuvent s’avérer utiles, mais certaines semblent être spéculatives…C’est superficiel. Vraiment, on en parle des demandes en mariage sur la blockchain ?


Le grand nombre de petites entreprises, de grands consortiums, de crypto-monnaies alternatives, d’offres initiales de pièces (ICO), de conférences, d’expositions, de forks, de nouveaux protocoles, est à l’origine d’une grande confusion et pourtant, de nouvelles conférences ont lieu presque chaque semaine.

Les gens voyagent de Tokyo à Kiev à Cancun pour la dernière conférence à la mode qui dure de 3 à 5 jours. Les plus petits n’attirent que des centaines de fanboys, les plus grands ont apparemment attiré des foules de 8 000 personnes. Vous pouvez comparer cela avec le déploiement simple des cartes de crédit, ou même le déploiement relativement propre du bitcoin. Les gens ne peuvent pas dépenser leur énergie mentale à lire des articles techniques, à suivre les annonces hebdomadaires, les débats controversés. Les coûts de transaction mentale sont bien trop importants.
Les personnes dont j’entends parler qui transfèrent des sommes d’argent “intéressantes” utilisent des formes de base de bitcoin ou de bitcoin cash, et non de nouvelles choses exotiques comme le Lightning, Avalanche ou les 30 à 100 autres manières qui existent.


CoinDesk : Il semble que vous soyez optimiste quant au cas d’utilisation du transfert de valeur pour les crypto-monnaies.


Tim : Eh bien, ce serait une erreur tragique si la course au développement (et au profit de) ce que l’on appelle confusément les “crypto-monnaies” finit par développer des dossiers ou des sociétés de surveillance comme le monde n’en a jamais vu. Je dis juste qu’il y a un danger.


Avec la réglementation “connaissez votre client”, les transferts monétaires cryptographiques ne seront plus comme ce que nous avons actuellement avec les transactions en espèces ordinaires, ou même avec les virements électroniques, les chèques, etc. Les choses seront pires que ce que nous avons maintenant si un système d’accréditation “est une personne” et de gouvernance “connaissez votre client” est un jour mis en place. Certains pays veulent déjà que cela se produise….
Le « permis de contrôler Internet » est quelque chose contre lequel nous devons nous battre.

CoinDesk : C’est possible, mais vous pourriez faire une affirmation similaire à propos d’Internet aujourd’hui, ce n’est pas exactement la même chose que l’idée originale, mais cela reste utile pour stimuler le progrès humain.


Tim : Je dis simplement que nous pourrions nous retrouver avec une réglementation de l’argent et des transferts qui serait à peu près la même que la repression de la liberté d’expression. Est-ce une avancée ? Si Alice peut se voir interdire de dire “je te paierai volontiers un dollar la semaine prochaine pour un cheeseburger aujourd’hui”, n’est-ce pas une restriction de la parole ? « Connaissez votre client » pourrait tout aussi bien s’appliquer aux livres et à l’édition : « Connaissez votre lecteur ». Gaaack !
Je dis qu’il y a deux chemins : liberté vs. systèmes autorisés et centralisés.


Cette question a fait l’objet de nombreuses discussions il y a 25 ans déjà. Les types du gouvernement et de l’application de la loi n’étaient même pas vraiment en désaccord: ils ont vu l’approche de cette question.

À une époque où le smartphone ou l’ordinateur d’une personne peut contenir des gigaoctets de photos, de correspondance, d’informations commerciales – bien plus qu’une maison entière emportée lorsque la Déclaration des droits a été rédigée – l’interception occasionnelle de téléphones et d’ordinateurs est inquiétante. Beaucoup de pays sont encore pires que les États-Unis. De nouveaux outils pour sécuriser les données sont nécessaires et les avocats doivent être formés.


Les entreprises montrent des signes de corporatisation de la blockchain : il existe plusieurs grands consortiums, même des signes qui veulent la “conformité réglementaire”.


Il est tentant pour certains de penser que les protections légales et le contrôle judiciaire arrêteront les excès… du moins aux États-Unis et dans certains autres pays. Pourtant, nous savons que même les États-Unis se sont livrés à des comportements draconiens (purges de mormons, meurtres et marches de la mort pour les Amérindiens, lynchages, emprisonnement illégal de personnes soupçonnées d’ascendance japonaise).
Que feront la Chine et l’Iran du puissant “connaissez vos écrivains” (pour étendre “connaissez votre client” de manière inévitable) ?


CoinDesk : Parlons-nous encore de technologie ? N’est-ce pas juste le pouvoir et l’équilibre des pouvoirs. N’y a-t-il pas de bonnes choses qui viennnent d’internet même s’il est devenu plus centralisé ?


Tim : Bien sûr, il y a eu beaucoup de bonnes choses à la suite du tsunami Internet.
Mais la Chine utilise déjà des bases de données massives – avec l’aide de sociétés de moteurs de recherche – pour compiler des évaluations de « fiabilité des citoyens » qui peuvent être utilisées pour refuser l’accès aux banques, aux hôtels et aux voyages.

Les géants des médias sociaux s’empressent d’aider à construire la machinerie de la “Dossier Society” (ils prétendent le contraire, mais leurs actions parlent d’elles-mêmes).
Je ne veux pas faire une diatribe de gauche à propos de Big Brother, mais tout libertaire civil ou libertaire réel a des raisons d’avoir peur. En fait, de nombreux auteurs ont prédit il y a des décennies cette “société du dossier”, et les outils ont fait des bonds en avant depuis.
En thermodynamique, et dans les systèmes mécaniques, avec des pièces mobiles, il y a des “degrés de liberté”. Un piston peut monter ou descendre, un rotor peut tourner, etc. Je crois que les systèmes sociaux et les économies peuvent être caractérisés de manière similaire. Certaines choses augmentent les degrés de liberté, d’autres “la verrouillent”.


CoinDesk : Avez-vous pensé à écrire quelque chose de définitif sur l’époque actuelle de la cryptographie, une sorte de nouvelle version de vos anciens travaux ?


Tim : Non, pas vraiment. J’ai passé beaucoup de temps dans la période 1992-95 à écrire plusieurs heures par jour. Je n’ai plus la force de refaire ça. Qu’un vrai livre n’en soit pas sorti est légèrement regrettable, mais je suis stoïque à ce sujet.


CoinDesk : Prenons du recul et regardons votre historique. Sachant ce que vous savez des premiers jours du cypherpunk, voyez-vous des analogies avec ce qui se passe actuellement dans la crypto ?


Tim : Il y a environ 30 ans, je me suis intéressé aux implications de la cryptographie forte. Pas tant sur la partie “envoi de messages secrets”, mais sur les implications financières, le contournement des frontières, le fait de laisser les gens faire des transactions sans contrôle gouvernemental, les associations bénévoles.
J’en suis venu à l’appeler “crypto anarchie” et en 1988 j’ai écrit “Le manifeste crypto anarchiste”, vaguement basé sur un autre manifeste célèbre. Il était basé sur “l’anarcho-capitalisme“, une variante bien connue de l’anarchisme. (Cela n’a rien à voir avec les anarchistes ou les syndicalistes russes, juste le libre-échange et les transactions volontaires.)


À l’époque, il y avait une conférence principale – Crypto – et deux conférences moins populaires – EuroCrypt et AsiaCrypt. Les conférences académiques avaient peu ou pas d’articles sur les liens avec l’économie et les institutions (la politique, si vous voulez). Certains articles liés à la théorie des jeux étaient très importants, comme le travail époustouflant “Zero Knowledge Interactive Proof Systems” de Micali, Goldwasser et Rackoff.

–>Vous pouvez lire le document ici.


J’ai exploré ces idées pendant plusieurs années. Lors de ma retraite d’Intel en 1986 (merci, le cours de l’action a été multiplié par 100 !), J’ai passé de nombreuses heures par jour à lire des articles sur la cryptographie, à réfléchir à de nouvelles structures qui étaient sur le point de devenir possibles.
Des choses comme les refuges de données dans le cyberespace, les nouvelles institutions financières, la cryptographie à libération prolongée, les chutes numériques grâce à la stéganographie et, bien sûr, l’argent numérique.


À cette époque, j’ai rencontré Eric Hughes et il est venu chez moi près de Santa Cruz. Nous avons élaboré un plan pour réunir quelques-uns des personnes les plus brillantes que nous connaissions pour parler de ce genre de choses. Nous nous sommes rencontrés dans sa maison nouvellement louée dans les collines d’Oakland à la fin de l’été 1992.


CoinDesk : Vous avez mentionné les implications pour l’argent… Y avait-il alors des inclinations à ce que quelque chose comme le bitcoin ou la crypto-monnaie se présente ?


Timothy May : Ironiquement, lors de cette première réunion, j’ai distribué de l’argent du jeux Monopoly que j’avais acheté dans un magasin de jouets. (Je dis ironiquement parce que des années plus tard, lorsque le bitcoin a été échangé pour la première fois vers 2009-2011, cela ressemblait à de l’argent fictif pour la plupart des gens – rappelez-vous l’histoire de la pizza !)


Je l’ai réparti et nous l’avons utilisé pour simuler à quoi pourrait ressembler un monde de cryptographie forte, avec des paradis de données et des marchés noirs et des remailers (les “mixes” de Chaum). Des systèmes comme ce qui est devenu plus tard “Silk Road” étaient incroyables. (Plus d’un journaliste m’a demandé pourquoi je n’avais pas largement diffusé ma preuve de concept “BlackNet”. Ma réponse est généralement “Parce que je ne voulais pas être arrêté et emprisonné”. Proposer des idées de la sorte est risqué, au moins aux États-Unis à l’heure actuelle.)


Nous avons commencé à nous rencontrer tous les mois, voire plus souvent, et une liste de diffusion (NDLR “une newsletter” s’est rapidement mise en place. John Gilmore et Hugh Daniel ont hébergé la liste de diffusion. Il n’y avait pas de modération, pas de filtrage, pas de “censure” (au sens large, sans référence à la censure gouvernementale, dont bien sûr il n’y en avait pas.) La politique de “pas de modération” allait de pair avec “pas de dirigeants”.
Alors qu’une poignée d’environ 20 personnes ont écrit 80% des essais et des messages, il n’y avait pas de véritable structure. (Nous pensions également que cela offrirait une meilleure protection contre les poursuites gouvernementales).


Et bien sûr, cela correspond à une structure polycentrique, distribuée, sans autorisation, peer-to-peer. Une forme d’anarchie, dans le vrai sens “archie” ou “pas de sommet” du mot anarchie. Cela avait déjà été exploré par David Friedman, dans son livre influent du milieu des années 70 “The Machinery of Freedom“. Et par Bruce Benson, dans “The Enterprise of Law.”

“Source: Livre broché “Source: Livre broché “Vers une société sans État” de David Friedman


J’ai étudié le rôle des systèmes juridiques en l’absence d’une autorité suprême au pouvoir. Et bien sûr, l’anarchie est le mode par défaut et préféré de la plupart des gens – choisir ce qu’ils mangent, avec qui ils s’associent, ce qu’ils lisent et regardent.

Et chaque fois qu’un gouvernement ou un tyran essaie de restreindre leurs choix, ils trouvent souvent un moyen de contourner les restrictions : contrôle des naissances, littérature clandestine, réception radio illégale, cassettes copiées, clés USB….


Cela a probablement influencé la forme qu’à pris bitcoin avec la vision de Satoshi Nakamoto.


CoinDesk : Quelle a été votre première réaction aux messages de Satoshi, vous souvenez-vous de ce que vous avez ressenti à propos des idées ?


Timothy May: En fait, je faisais d’autres choses et je ne suivais pas les débats. Mon ami Nick Szabo a mentionné certains des sujets mentionnés autour de 2006-2008. Et comme beaucoup de gens, je pense que ma réaction en entendant parler du livre blanc de Satoshi et des premières transactions “gadget” n’a été qu’un intérêt modéré. Il ne semblait tout simplement pas probable qu’il devienne aussi gros qu’il l’est aujourd’hui.


Il/elle/ils ont débattu des aspects du fonctionnement d’une monnaie numérique, de ce dont elle avait besoin pour la rendre intéressante. Puis, en 2008, Satoshi Nakamoto a publié “leur” livre blanc. Beaucoup de débats ont suivi, mais aussi beaucoup de scepticisme.


Début 2009, une version alpha de “bitcoin” est apparue. Hal Finney a reçu la première transaction bitcoin avec Satoshi. Quelques autres, Satoshi lui-même (eux-mêmes ?) a même dit que le bitcoin atteindrait probablement soit une valeur nulle, soit avoir une “grosse” valeur. Je pense que beaucoup ne le suivaient pas ou s’attendaient à ce qu’il tombe à zéro, juste comme autre tentative ratée sur l’autoroute de l’information.


Le tristement célèbre achat de la pizza montre que la plupart le considéraient comme de l’argent factice.

CoinDesk : Pensez-vous toujours que c’est de l’argent “gadget”? Ou la valeur qui augmente lentement a-t-elle en quelque sorte mis fin à cet argument, dans votre esprit ?


Timothy May: Non, ce n’est plus seulement de l’argent de type gadget….Cela ne l’est plus depuis plusieurs années. Mais ce n’est pas non plus encore un substitut de l’argent. Pour les virements bancaires, pour les banques Hawallah, bien sûr. Il fonctionne comme un système de transfert d’argent, et pour les marchés noirs et autres.]


Je n’ai jamais vu un tel battage médiatique, une telle manie. Pas même pendant la bulle dot.com, l’ère de Pets.com et les gens qui parlaient de l’argent qu’ils gagnaient en achetant des actions de “JDS Uniphase“.


Je pense toujours que la crypto-monnaie est trop compliquée… tokens, forks, sharding, réseaux hors chaîne, DAG, preuve de travail vs. preuve de participation, la personne moyenne ne peut pas suivre de manière plausible tout cela.

Quels cas d’utilisation, vraiment? On parle du remplacement éventuel du système bancaire, ou des cartes de crédit, PayPal, etc.

C’est bien, mais qu’est-ce que ça fait MAINTENANT ?
Les cas les plus convaincants dont j’entends parler sont ceux où quelqu’un transfère de l’argent à une partie qui a été bloquée par PayPal, Visa (etc.), ou des banques et des virements bancaires. Le reste est du blabla médiatique, de l’évangélisation, du HODL, des mensonges et des Lamborghini pour devenir riche…


CoinDesk : Donc, vous trouvez que cela a mal tourné. Vous n’acceptez pas l’argument selon lequel c’est ainsi que les choses se construisent, au fil du temps, même s’il y a des négligences parfois…

Timothy May : Les choses sont parfois construites de manière bâclée. Les plans échouent, les barrages échouent, les ingénieurs apprennent en rant. Mais il y a de nombreux défauts flagrants dans tout ça. Erreurs de programmation, erreurs conceptuelles, méthodes de sécurité médiocres…

Des centaines de millions de dollars ont été perdus, volés, enfermés dans des erreurs de coffre-fort. Si les banques devaient perdre ce genre de mon argent dans ce genre de situations, il y aurait des cris sanglants.

Lorsque les coffres-forts étaient cambriolés, les fabricants étudiaient les défauts – ce que nous appelons aujourd’hui “la surface d’attaque” – et des modifications étaient apportées. Ce n’est pas seulement que les clients – les banques – ont été encouragés à mettre à niveau, c’est que leurs tarifs d’assurance étaient plus bas avec les nouveaux coffres-forts. Nous avons désespérément besoin de quelque chose comme ça avec les crypto-monnaies et les plateformes d’échanges.


Les universités ne peuvent même pas former assez rapidement des “ingénieurs en crypto-monnaie” de base, sans parler des chercheurs. La crypto-monnaie nécessite de nombreux domaines inhabituels : théorie des jeux, théorie des probabilités, finance, programmation.


Lorsque j’ai reçu ma première carte de crédit, je n’ai pas passé beaucoup de temps à lire des manuels, encore moins à télécharger des portefeuilles, des outils de stockage à froid ou à me tenir au courant des protocoles. “Cela a fonctionné, et l’argent n’a simplement pas disparu.


CoinDesk : On dirait que vous n’aimez pas la façon dont l’innovation et la spéculation sont entrées dans l’industrie…


Tim : L’innovation, c’est bien. J’en ai vu beaucoup dans l’industrie des puces. Mais nous n’avions pas de conférences TOUTES LES SEMAINES ! Et nous n’avons pas annoncé de nouveaux produits qui n’avaient que des bribes d’idées. Et nous n’avons pas créé de nouvelles entreprises avec une telle négligence. Et nous n’avons pas financé en “lançant une ICO” et en levant 100 millions de dollars auprès de spéculateurs naïfs qui espèrent investir dans le prochain bitcoin.


Parmi mes amis, dont certains travaillent dans des sociétés et des échanges de crypto-monnaie, le principal intérêt semble être la spéculation. C’est pourquoi ils conservent souvent leur crypto-monnaie sur les bourses : pour des transactions rapides, des ventes à découvert, des couvertures, mais PAS pour acheter des choses ou transférer des actifs en dehors des canaux normaux.

CoinDesk : Pourtant, vous semblez assez bien informé dans l’ensemble sur le sujet… On dirait que vous pourriez avoir une idée précise de comment l’écosystème “devrait” être.


Timothy May: Je passe probablement beaucoup trop de temps à suivre les fils de discussion Reddit et Twitter (je n’ai pas de compte Twitter à proprement parler).


Comment cela “devrait” être ? Comme le dit le proverbe, la rue trouvera ses propres usages à la technologie.

Pendant un certain temps, Silk Road et ses variantes ont été largement utilisés. Récemment, ça a été le HODLing, c’est-à-dire la spéculation. J’entends dire que le pari en ligne est l’une des principales utilisations d’Ethereum… Laissez les imbéciles gaspiller leur argent.


Est-ce que le battage médiatique en vaut la peine? La crypto-monnaie va-t-elle changer le monde ? Probablement. L’avenir est sans aucun doute en ligne, électronique, sans papier.


Mais en fin de compte, il y a beaucoup trop de battage médiatique, beaucoup trop de publicité et pas beaucoup de gens qui comprennent les idées.

C’est presque comme si les gens réalisaient qu’il y avait tout un nouveau monde et que des milliers commençaient à construire des bateaux dans leur arrière-cour.
Certains réussiront, mais la plupart arrêteront de construire leurs bateaux ou couleront en mer.
Nous étions autrefois très attachés aux manifestes. Ce n’étaient pas des moyens d’imposer la conformité, mais de suggérer des façons de procéder. C’est un peu comme conseiller un chat… on ne commande pas un chat, on se contente de suggérer des idées et parfois, ça fonctionne.

Dernières pensées:


N’utilisez pas quelque chose juste parce que ça a l’air cool… ne l’utilisez que si vous résolvez réellement un problème (à ce jour, la crypto-monnaie résout les problèmes de peu de gens, du moins dans les pays industrialisés).


La plupart des choses que nous considérons comme des problèmes ne peuvent pas être résolues avec la cryptographie ou toute autre technologie de ce type (des conneries comme “de meilleurs systèmes de dons” ne sont pas quelque chose qui intéresse la plupart des gens).


Si quelqu’un est impliqué dans des transactions dangereuses – drogues, informations sur le contrôle des naissances – pratiquez une « sécurité opérationnelle » intensive… regardez comment Ross Ulbricht s’est fait attraper par la justice.
Les mathématiques ne font pas la loi. La crypto reste très loin d’être utilisable par le commun des mortels (même les techniciens)
Intéressez-vous à la liberté et à la liberté de transiger et de parler pour revenir aux motivations initiales. Ne perdez pas de temps à essayer de trouver des alternatives financières favorables au gouvernement.

Fin de l’interview.

Lien de l’interview original en anglais : https://www.coindesk.com/markets/2018/10/19/enough-with-the-ico-me-so-horny-get-rich-quick-lambo-crypto/

—-

Total
0
Shares

La Rédaction ZoneBitcoin

Passionnés par le Bitcoin, nos rédacteurs tentent de démocratiser leurs connaissances à travers des articles variés et touchant différents sujets.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Total
0
Share

En savoir plus sur ZoneBitcoin

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Échangez des cryptos sur Changelly

changelly

Tracker de crypto

coinstats app

Sur Google

googlenews

Ne ratez pas :

nerdminer

À quoi sert un NerdMiner et peut-on miner du Bitcoin avec ?

Si vous êtes tombé dans le terrier du lapin du
rainbow chart bitcoin

Le RainBow chart de Bitcoin : Savoir à quel moment investir?

Les marchés financiers ont toujours été empreints d’une certaine complexité,