Les stablecoins algorithmiques ne sont pas aussi “stables” que ce qu’ils prétendent…

stablecoins algorithmique

Le marché des crypto-monnaies a toujours été critiqué, par les sceptiques en la matière, pour sa volatilité. Et les enthousiastes de leur rétorquer qu’elle est largement contrebalancée par l’existence des stablecoins.

Les stablecoins ont souvent été présentés comme le lien entre les crypto et les marchés financiers classiques. Mais l’histoire semble avoir donné il y a quelques jours raison aux sceptiques en prouvant que la stabilité des stables coins est toute relative. 

Gare cependant à ne pas tirer de conclusions trop hâtives de la mauvaise fortune d’un des plus célèbres stablecoins : TerraUSD.  On va alors précisément se concentrer sur ce stablecoin algorithmique. Cela nous semble plus simple pour une meilleure compréhension de la chose.

Qu’est-ce qu’un Stablecoin algorithmique ?

Même si on a tendance à parler des stablecoins comme une seule et même entité unique, ce n’est pas le cas. Il y a différents types de stablecoins. Parmi la variété des stablecoins, on a les stablecoins dit algorithmiques.

Ceux-ci sont conçu pour assurer la stabilité de son prix. Le stablecoin algorithmique est rattaché à un actif de réserve tel que le dollars américain, une autre monnaie FIAT ou encore l’or, par exemple.

En fait, le stablecoin algorithmique utilise un algorithme qui peut émettre plus de pièces lorsque son prix augmente et les racheter sur le marché lorsque le prix baisse. C’est pour cela que l’on parle d’algorithme. C’est selon une équation mathématique que le stablecoin va décider s’il va acheter ou vendre pour équilibrer son prix.

Le plus ancien stablecoin algorithmique est l’Ampleforth (AMPL). De nombreuses crypto de ce type sont entrées dans l’industrie crypto.

Chaque blockchain en possède un, car c’est indispensable aux traders. L’un des plus connus des stablecoins algorithmique est certainement le DAI avec MakerDAO.

Jusqu’à présent, peu ont réussi à atteindre les sommets auxquels a récemment accédé Terra. Les stablecoins traditionnels sont généralement soutenus par des réserves pour assurer leur valeur. Mais les stablecoins algorithmiques fonctionnent sur un équilibre bien plus délicat. En l’occurrence sur des algorithmes et des contrats intelligents qui incitent les traders à maintenir un prix stable.

⚡️ L’UST : le stablecoin qui a annoncé la tempête

On peut dire que l’UST de Terra Blockchain a marqué l’histoire des cryptos. En tous les cas, on a tous eu une bonne piqure de rappel. La semaine dernière, la valeur de TerraUSD, un stablecoin dont la valeur est indexée sur le dollar, s’est complètement effondrée.

En réalité, un autre stablecoin avait montré ses failles quelques semaines plus tôt : il s’agit du stablecoin USDN de Waves...Il avait perdu 80% de sa valeur en moins de 24h. C’était la première fois qu’on voyait un stablecoin s’évanouir de la sorte.

UST token
Le graphique parle de lui-même…

L’UST oscille désormais autour des 17 centimes (selon CoinMarketCap). Une dégringolade qui ne fait que s’ajouter à la baisse que connaît actuellement le Bitcoin. Et les pressions toujours plus fortes pour réglementer le marché des crypto en général, et celui des stablecoins en particulier. 

La crise actuelle du marché crypto- autrefois considéré comme une alternative au système financier traditionnel suit celui du marché financier classique. Les cryptos sont de plus en plus largement adoptés par les investisseurs institutionnels et les sociétés financières traditionnelles. Mais contrairement aux actions, obligations et autres instruments d’investissement classiques, les crypto-monnaies ne sont en grande partie pas réglementées.

La montée en puissance des stablecoins algorithmiques…Et la chute inévitable?

La raison d’être des stablecoins est d’être le rempart qui protège le marché contre la volatilité prétendument inhérente aux crypto monnaies. D’un point de vue pratico-pratique, cela facilite le trading avec les échanges de paires. Ça, ce n’est que le premier avantage à utiliser des stablecoins.

En avril dernier, Terra est devenu (brièvement) le troisième principal stable coin par capitalisation boursière. Il arrivait alors derrière Tether (USDT) Circle (USDC) avec environ 18 milliards de dollars. 

Comme on l’a déjà mentionné, l’UST est un stablecoin algorithmique décentralisé. Ce qui signifie qu’il n’est pas soutenu par des entités centralisées telles qu’une banque ou une entreprise. Il n’est pas non plus soumis au contrôle que ces acteurs pourraient exercer. 

L’algorithme derrière l’UST et le LUNA token

TerraUSD dépend d’un autre coin – Luna. Chaque fois qu’un UST est frappé ou créé, un Luna est “brûlé” (burn en anglais). Comprenez que l’on va les retirer radicalement de la circulation.

( 🤓Vous pouvez en savoir plus en lisant l’article sur le principe de “burner” des tokens).

La même chose se produit à l’inverse lorsqu’un Luna est frappé. Ce système permet de créer des marges commerciales et des modèles d’offre et de demande qui stabilisent la valeur d’un coin à 1 $. 

L’échec de l’ancrage à la monnaie Fiat

Certains considèrent toujours les stablecoins décentralisés comme des investissements intrinsèquement risqués.

L’échec de l’UST à maintenir son ancrage était prévisible pour de nombreux spécialistes. Quoique, certains aiment se prendre pour madame Irma. Méfiez-vous des diseurs de bonnes paroles et de ceux qui pensent lire l’avenir dans des graphiques…Cependant, certains étaient méfiants sur le mécanisme des stablecoins algorithmiques. L‘économie adoptée par Terra, celle des stablecoins algorithmiques, présente de nombreuses failles. 

La première étant que la valeur de ces stablecoin est largement fondée sur la confiance des investisseurs. Il faut aussi prendre en compte les incitations économiques de son écosystème. Une fois que cette confiance érodée, la chute de la demande entraîne bien souvent les stablecoins algorithmiques dans une spirale infernale. 

Faut-il sauver le soldat Terra ?

Au cours des derniers jours, le stablecoin TerraUSD (UST) a subi une chute abyssale, perdant son ancrage au dollar et tombant sous la barre des 3 centimes. 

L’UST n’est pas le premier stablecoin algorithmique à subir un effondrement aussi rapide. L’année dernière, le protocole Iron Finance (dans lequel on retrouve les tokens IRON et  TITAN) s’est lui aussi effondré, perdant près de 2 milliards de dollars de valeur en l’espace d’une journée. 

Mais cet écroulement arrive dans un contexte bien particulier de Bear Market. Il montre surtout que l’UST n’a jamais été vraiment stable, puisqu’il n’a jamais été entièrement garanti. Sa pseudo stabilité dépendait en réalité de l’intérêt porté à Terra Blockchain, en grande partie en raison des rendements insoutenables de son protocole Anchor….

Un autre élément clé de l’écosystème Terra sont les taux d’intérêt sur les dépôts UST proposés via Anchor Protocol. En théorie, le système pousse les traders à réaliser des profits rapides en brûlant et en frappant des pièces. Mais comme les événements récents l’ont montré, il est loin d’être infaillible.

Avec un taux d’APY à plus de 20%, le protocole a attiré énormément d’investisseurs et de spéculateurs. Le crash de l’UST s’explique en partie par l’usage effréné du protocole…

😮 Lire l’article : Comment la DeFi affiche des APY aussi importants? Folie?

Les mises à jour des stablecoins algorithmiques ?

Do Kwon, le co-founder de Terraform Labs et la Luna Foundation Guard (LFG) avaient déjà annoncé leur intention de diversifier leur réserve en achetant 10 milliards de dollars en bitcoins. Cela avait rassuré les investisseurs, un temps. Mais LFG a fini par liquider ses avoirs en BTC lorsque LUNA token a commencé à baisser. Le portefeuille a été vidé de ses 42 350 bitcoins. Cela à littéralement inondé le marché. Ce qui, pour de nombreux observateurs, explique la chute record du bitcoin, qui  est tombé à 26 350 dollars. C’est le prix le plus bas depuis décembre 2020.

Pour beaucoup, c’est justement cette annonce qui visait à s’écarter du protocole de base pour acheter pour plusieurs milliards de dollars en Bitcoin qui a sonné l’alerte.

On est en effet en droit de se demander pourquoi l’équipe de Terra aurait fait cela si elle avait réellement confiance en son algorithme de stabilisation ?

🌚 Vers une régulation des stablecoins algorithmiques ?

Pour autant, l’UST n’est pas la seule responsable de la tempête que traversent actuellement les stablecoins. Le bear market actuel n’est pas seulement l’affaire de Terra blockchain, qu’on se le dise. D’autres failles n’ont pas tardé à être révélées, comme l’annonce qu’en cas de faillite, Coinbase pourrait partir avec les avoirs de ses utilisateurs. Ou encore le fait qu’un autre stablecoin algorithmique, Neutrino (USDN), a commencé lui aussi à glisser de son ancrage. Sans oublier Tether (USDT), le principal stablecoin en termes de capitalisation boursière, qui a également brièvement perdu son ancrage. Pire encore, on accuse souvent Tether de ne pas avoir les actifs dollars en réserve qu’elle prétend avoir…

La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a déclaré au Congrès le 10 mai dernier que la débâcle de Terra renforçait la nécessité d’un “cadre fédéral cohérent” pour réglementer les stablecoins. Les régulateurs ont proposé de réglementer les stablecoins sur le même modèle que les banques.

Les stablecoins étant  souvent comparés aux fonds du marché monétaire, les régulateurs veulent ainsi s’assurer que leurs opérateurs disposent d’actifs suffisants pour payer leurs clients en cas de défaillance du système. 

Dans le cas des stablecoins algorithmiques, beaucoup estiment que leurs opérateurs devraient garantir des réserves plus importantes que pour les stablecoins traditionnels.

Il semblerait que désormais les investisseurs ont perdu confiance aux stablecoins algorithmiques…Or, la confiance est le socle même d’une monnaie, comme vous le savez…

———

Remarque : Aucun conseil financier n’est donné dans cet article ni dans tout autre article sur zonebitcoin. Il s’agit d’information dont vous êtes le seul juge et maitre. Soyez responsable de vos investissements et n’investissez qu’une somme dont vous êtes prêt à perdre.

Nos liens affiliés :

 Pour acheter des cryptomonnaies ( de façon simple):

Pour générer des intérêts sur vos cryptomonnaies:

  • Sur Youhodler ( Gagnez jusqu’à 12% d’intérêts)
  • Sur BlockFI ( Générez des intérêts cumulés) 

Pour sécuriser vos cryptomonnaies:

 Pour se divertir et jouer 

ZoneBitcoin
Suivez-moi
Total
1
Shares
1 Partager
0 Tweeter
0 Pinterest
0 Partager
0 Partager
1 commentaire
  1. Effectivement, depuis la chute de l’UST, j’ai du mal à faire confiance aux stablecoins algorithmiques.
    Quand Justin Sun a proposé son stablecoin USDD (qui est qd même une copie de l’ust) sur son réseau Tron, ma première réaction a été : “pourquoi prendre ce risque ?!”. Pour soi-disant éviter la même erreur que Terra, il surcollatéralise à hauteur de 218%. En toute franchise, je ne vois toujours pas pourquoi ça changerait la donne…
    Puis j’ai découvert que maintenant (alors qu’il en parle depuis plusieurs mois) l’existence d’un autre stablecoin algorithmique pour le réseau Cardano : le Djed. Etant un fan de cardano mais méfiant, j’ai préféré qd même vérifier de quoi il est fait. Y a une vidéo d’animation 2d sur le fonctionnement et ça me paraît pas mal mais il manquait l’explication de la sécurité. J’ai trouvé un article qui expliquait que pour éviter la chute, il empêchera les gens d’acheter ou vendre une fois la limite du prix de reserve atteint. On dirait qu’ils ont pensé à tout. Je suis admiratif mais reste méfiant car je ne sais pas si j’ai bien tout compris. Et c’est pourquoi je vous écris pour demander si ça vous intéresse d’écrire un article sur ça.

Partagez votre avis ici :

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article précédent
gagner 1000 euros GAT

Gagnez jusqu'à 1000$ en vous inscrivant sur la plateforme AEX !

Article suivant
acheter cryptomonnaies en Afrique

Top 5 des meilleures sites pour acheter (et vendre) des cryptos en Afrique

Les articles qui peuvent vous intéresser
Total
1
Share
%d blogueurs aiment cette page :