Qu'est-ce que le FMI?

Comprendre le rôle du FMI dans l’économie mondiale et dans l’industrie crypto

Le Fonds monétaire international (FMI) est une institution internationale qui joue un rôle crucial dans la gestion de l’économie mondiale. En tant qu’organisation spécialisée des Nations Unies, le FMI a la mission de maintenir a stabilité financière et la coopération monétaire internationale.

Ces dernières années, avec l’émergence de la technologie blockchain et des crypto-monnaies telles que le bitcoin, la position du FMI a pour le moins été changeante au gré des années et de l’évolution du secteur.

‍Récemment, le FMI a annoncé, en partenariat avec la Banque Centrale du Maroc (Bank Al-Maghrib) le lancement d’une plateforme de paiement acceptant les CBDC. On peut voir dans cette déclaration, une volonté de la part du FMI d’intégrer les cryptomonnaies dans les paiements transfrontaliers. On peut aussi y voir une manière de contrôler les cryptomonnaies en imposant un cadre d’usage spécifique.

Il est important de situer le FMI dans le contexte actuel et de comprendre ses missions afin de mieux comprendre son impact pour l’industrie cryptographique. Dans cet article, nous allons explorer le rôle du FMI dans l’écosystème Bitcoin et comprendre comment cette institution envisage son implémentation dans le système financier mondial.

Quel est le rôle du FMI?

Le Fonds monétaire international (FMI) est une organisation dont les missions ont énormément évolué depuis la création en 1944. En 1971, les États-Unis ont abandonné le système de Bretton Woods, ce qui a suspendu de fait la convertibilité de dollar américain en or. Ainsi, Le rôle initial principal du FMI, qui était de garantir la stabilité des taux de change dans une marge de 1 % a disparu. Depuis lors, le FMI a d’autres missions plus larges qui comprennent :

  1. Surveillance économique : Le FMI surveille les économies de ses pays membres et analyse les politiques économiques nationales et internationales afin de détecter les risques potentiels pour la stabilité financière et la croissance économique.
  2. Fourniture de prêts et assistance financière : Le FMI intervient pour aider les pays membres qui rencontrent des difficultés financières. Il peut octroyer des prêts et fournir une assistance financière temporaire pour aider les pays à surmonter les crises économiques, à stabiliser leurs économies et à mettre en œuvre des réformes.
  3. Renforcement des capacités et assistance technique : Le FMI fournit une assistance technique et des conseils aux pays membres pour les aider à améliorer leurs politiques économiques, leur gestion des finances publiques, leur système financier et leur cadre réglementaire.
  4. Promotion de la coopération économique internationale : Le FMI encourage la coopération entre les pays membres en facilitant le dialogue et la coordination des politiques économiques. Il cherche à promouvoir la stabilité monétaire, à réduire les déséquilibres économiques mondiaux et à favoriser la croissance économique durable.
  5. Recherche et analyse économique : Le FMI effectue des recherches approfondies sur des questions économiques mondiales et régionales. Il publie des rapports, des prévisions économiques et des analyses qui contribuent à la compréhension des défis économiques mondiaux et à l’élaboration de politiques.

Quelle est la position du FMI sur les cryptomonnaies?

Le FMI a pris note de l’émergence des crypto-monnaies, y compris le bitcoin, et a exprimé à la fois des préoccupations et même un certain optimisme quant à leur impact sur l’économie mondiale. Cependant, le FMI n’a pas pris de position ferme et formelle sur le statut des cryptomonnaies.

Le FMI reconnaît que les crypto-monnaies peuvent offrir des avantages en termes d’efficacité des paiements et de réduction des coûts mais souligne également les risques associés, tels que la volatilité des prix et les préoccupations en matière de blanchiment d’argent et de financement du terrorisme.

Le FMI a souligné la nécessité d’une réglementation et d’une supervision adéquates des crypto-monnaies pour atténuer les risques potentiels. Il a également appelé à une coopération internationale pour aborder les défis liés aux crypto-monnaies. Le FMI se positionne comme un acteur clé dans le développement de cadres réglementaires et de politiques pour les crypto-monnaies, y compris le bitcoin. De nombreux pays font appels à leurs connaissances pour élaborer un cadre réglementaire approprié.

Rappelons que différentes personnes au sein du FMI peuvent avoir des opinions différentes sur le sujet, et l’organisation peut réévaluer sa position à mesure que le paysage des cryptomonnaies évolue. Ainsi, les opinions publiées par les membres du FMI sont suivis d’une annotation qui spécifie que les options des auteurs n’impliquent pas ceux de l’institution.

L’impact du bitcoin sur les systèmes financiers traditionnels

Le bitcoin est une crypto-monnaie décentralisée qui utilise la technologie de la blockchain pour permettre des transactions sécurisées et transparentes. Contrairement aux monnaies traditionnelles émises par les banques centrales, le bitcoin n’est pas contrôlé par une autorité centrale. Il fonctionne sur un réseau décentralisé de mineurs qui vérifient et enregistrent les transactions.

Pour de nombreux partisans du Bitcoin, c’est une monnaie qui va à l’encontre – dans son principe- avec le système monétaire internationale. Naturellement, l’émergence du bitcoin a suscité des inquiétudes quant à son impact sur les systèmes financiers traditionnels. Au début du Bitcoin, les banques centrales et les institutions financières traditionnelles ont exprimé des préoccupations quant à la concurrence potentielle du bitcoin en tant que monnaie alternative. Certaines institutions et certains États ont craint que le bitcoin ne facilite les activités illicites en raison de son anonymat relatif.

Cependant, le bitcoin a été perçue au fil du temps comme une opportunité pour les systèmes financiers traditionnels. Les technologies sous-jacentes au bitcoin, telles que la blockchain, peuvent être utilisées pour améliorer l’efficacité des paiements et des transactions financières.

Ainsi, dans l’article publié par Tobias Adrian et Tommaso Mancini-Griffoli, les auteurs déclarent que la “La technologie derrière la crypto peut également améliorer les paiements” et servir de bien public à l’économie mondiale.

Ainsi, le FMI ne cherche pas tant à réguler Bitcoin qu’à chercher à instaurer un cadre du côté des cryptomonnaies et plus particulièrement des monnaies numériques des banques centrales (CBDC).

Les défis et les opportunités de l’intégration du bitcoin dans le système financier mondial

En tant qu’organisation internationale de premier plan, le FMI joue un rôle essentiel dans la régulation et la supervision de l’écosystème bitcoin. Le FMI collabore avec d’autres institutions financières internationales comme la SEC et des régulateurs nationaux pour développer des normes et des cadres réglementaires pour les crypto-monnaies. L’institution collabore également avec d’autres organisations internationales, telles que le Groupe d’action financière (GAFI), pour lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme liés aux crypto-monnaies.

Le FMI encourage également la transparence et la coopération dans l’écosystème bitcoin. Il travaille avec les pays membres pour améliorer la collecte de données et l’échange d’informations sur les crypto-monnaies. Le FMI cherche à promouvoir des pratiques réglementées dans l’utilisation du bitcoin et à atténuer les risques potentiels.

L’intégration du bitcoin dans le système financier mondial présente à la fois des défis et des opportunités. Les défis incluent la volatilité des prix, la réglementation et la supervision adéquates, ainsi que la protection des consommateurs et des investisseurs.

Certains pays ont déjà commencé à adopter le bitcoin et à l’intégrer dans leurs systèmes financiers. Ainsi, , le Salvador est devenu le premier pays à adopter le bitcoin comme monnaie légale en 2021. À ce propos, le FMI a montré son opposition face à cette décision et avait même recommandé au président Nayib Bukele de retirer sa décision.

L’institution encourage les pays à adopter une approche prudente et à évaluer attentivement les risques et les avantages potentiels de l’adoption du bitcoin. Pour le moment, faute d’expérience concrète de la légalisation du Bitcoin, le FMI ni aucune institution ne possède de données empiriques ( pour le moment) pour proposer des directions appropriées.

Critiques et controverses entourant l’implication du FMI dans l’écosystème bitcoin

L’implication du FMI dans l’écosystème bitcoin n’est pas sans controverse. Certains critiques estiment que le FMI devrait adopter une approche plus proactive pour soutenir l’innovation et le développement du bitcoin. D’autres s’inquiètent du pouvoir potentiel du FMI de réglementer et de contrôler les crypto-monnaies. Par exemple, le FMI pourrait imposer l’usage des CBDC dans le monde, avec un contrôle stricte des identités et des transactions.

D’autres personnes estiment que le FMI, de par son passif et son historique, est une institution dépassée qui n’a pas apporté la stabilité financière qu’elle préconise.

Voici quelques-unes des principales critiques adressées au FMI depuis sa création:

  1. Des conditions excessives : Le FMI a été critiqué pour imposer des conditions strictes aux pays bénéficiant de ses prêts, ce qui a été perçu par certains comme une intrusion dans la souveraineté nationale et une imposition de politiques économiques néolibérales. Certains soutiennent que ces conditions ont entraîné des politiques d’austérité et ont eu des effets négatifs sur les populations vulnérables.
  2. Représentativité limitée : Certains pays en développement critiquent le FMI pour son manque de représentativité dans la prise de décisions. Ils soulignent que la majorité des décisions sont prises par les pays développés, ce qui peut ne pas refléter les intérêts et les réalités des pays en développement. Par exemple, en l’espace de 10 ans, la présidence du FMI a été portée par Dominique Strauss-Kahn (2007/2011), suivi par Christine Lagarde de 2011 à 2019. Il s’agit de deux personnalités politiques françaises. Pour une instituions internationale, le choix de ces directeurs peut être problématique.
  3. Mesures d’austérité aggravante : Le FMI a été accusé de promouvoir des politiques pro-cycliques, c’est-à-dire des politiques qui peuvent aggraver les fluctuations économiques en encourageant les mesures d’austérité pendant les périodes de ralentissement économique. Ces politiques peuvent avoir un impact négatif sur la croissance économique et l’emploi. (Source : Independent Evaluation Office of the IMF. (2011). The IMF and the Crises in Greece, Ireland, and Portugal.)
  4. Impact négatif sur les pays en développement : Certains économistes ont démontré que les politiques du FMI ont eu des conséquences négatives sur les pays en développement en promouvant la libéralisation des marchés et la suppression des barrières commerciales trop rapidement. L’exemple le plus frappant a été représenté par les politiques d’ajustements structurels. (Source : Baker, D., & Williamson, J. (2006). The IMF and Global Financial Crises: Phoenix Rising?)

Certes, ces critiques ne représentent pas nécessairement l’opinion de tous les experts et observateurs, et le FMI a également reçu des appréciations positives pour son rôle dans la stabilité financière mondiale. Il est important de consulter une variété de sources et d’avis pour avoir une opinion objective sur le sujet.

Conclusion : L’évolution de la relation entre le FMI et le bitcoin

La relation entre le FMI et le bitcoin est en constante évolution. Alors que le bitcoin continue de gagner en popularité et de perturber les systèmes financiers traditionnels, le FMI s’adapte pour répondre aux défis et aux opportunités associés.

Le lien entre le FMI et le Bitcoin est complexe et évolutif. Le FMI surveille attentivement l’impact économique et financier du Bitcoin, soulignant les risques potentiels tout en reconnaissant les opportunités d’innovation. La relation entre le FMI et le Bitcoin est un sujet en constante évolution qui continuera de susciter des débats dans le paysage économique mondial.

Ressources :

  • https://www.imf.org/en/News/Articles/2023/06/19/sp061923-exploring-cross-border-and-domestic-payment-and-contracting-platforms
  • https://www.imf.org/en/Blogs/Articles/2023/02/23/technology-behind-crypto-can-also-improve-payments-providing-a-public-good
  • https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/le-fmi-demande-au-salvador-de-renoncer-au-bitcoin-comme-monnaie-officielle-1382095
  • https://www.brettonwoodsproject.org/2019/06/what-are-the-main-criticisms-of-the-world-bank-and-the-imf/

Lire plus d’articles :

Total
0
Shares

La Rédaction ZoneBitcoin

Passionnés par le Bitcoin, nos rédacteurs tentent de démocratiser leurs connaissances à travers des articles variés et touchant différents sujets.

3 Comments

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Total
0
Share

En savoir plus sur ZoneBitcoin

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading

Échangez des cryptos sur Changelly

changelly

Tracker de crypto

coinstats app

Sur Google

googlenews

Ne ratez pas :

grayscale

Qu’est-ce que le Grayscale Bitcoin Trust (GBTC) et quel est son fonctionnement?

Dans le monde de la finance et des cryptomonnaies, la
blackrock ETF

Quelles pourraient être les répercussions de Blackrock sur Bitcoin?

Le géant financier BlackRock a récemment soumis une demande d’ETF